Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Victor Desarzens un défendeur sans relâche.

Victor Desarzens un défendeur sans relâche.

1 janvier 1960
Théâtre Municipal, av. du Théâtre 12, 1002 Lausanne
Jacques Thévoz photographe, Copyright, reproduction interdite
Martine Desarzens

La recherche de qualité occupait une grande partie du temps de Victor Desarzens, il poursuit sa quête d'absolu face à une montagne de partitions de tous âges, pensant servir au mieux les intérêts de SON orchestre et du public lausannois. Cette quête agit comme prix celui d'aller défendre des demandes de budgets auprès des autorités politiques, responsables de secteur de la culture, mais pas toujours qualifié pour évaluer ces demandes d'argent. Victor Desarzens ne se décourageait jamais, il invitait ces autorités à venir partager un moment ou un repas avec un compositeur contemporain. Il a toujours obtenu gain de cause !

J'aime et connais bien cette expression de mon père qu'a su capter Jacques Thévoz; Victor Desarzens reprend son souffle pour mieux argumenter, il rentre à l'intérieur de lui. Il lui aura fallu une énergie incroyable et une grande capacité de conviction pour réaliser le merveilleux Vin gerbé de Frank Martin, oeuvre qui a nécessité beaucoup de solistes.

Voir :

http://www.notrehistoire.ch/photo/view/66739/?msg=photoUpdateSuccesset aussi :

http://www.notrehistoire.ch/group/frank-martin/photo/47937/- Je vous propose une série de photos de mon père et de l'Orchestre de Chambre de Lausanne, OCL, réalisées par le photographe fribourgeois Jacques Thévoz. Jacques Thévoz aimait la musique classique et Victor Desarzens. Durant des décennies, de 1945 à 1970, Jacques Thévoz a photographié l'orchestre de chambre de Lausanne, OCL ainsi que mon père Victor Desarzens, son chef fondateur. Ils se connaissaient bien et aiment parler musique autour d'une table au café du Chat Noir ou à la Brasserie de la Sallaz. Jacques Thévoz venait aux répétitions ou aux concerts, il était d'une grande discrétion, l'homme se faufilait parmi les musiciens de l'orchestre, au Théatre Municipal de Lausanne, (aujourd'hui Opéra Lausanne) ou à Radio Lausanne dans le Studio Victor Desarzens (aujourd'hui disparu), on le voyait se déplacer pour prendre des photos de l'OCL de haut ou de face etc....

A travers ces magnifiques photos on sent l'immense talent du photographe dans ses clairs obscurs, ses tirages noir/ blanc et la sensibilité des prises de vues de proximité qui montre la complicité et l'amitié de ces deux artistes. J'aime tant la photo noir/blanc, pour moi c'est celle qui s'approche le plus de l'art.

Je suis très touchée d'avoir retrouvé cette belle série de photos.

Lorsque nous nous rendions à Fribourg au Collège Saint Michel voir notre frère Jean-Marie, nous passions toujours à l'atelier de Jacques Thévoz, mon père adorait la ville de Fribourg. C'est dans cette ville, plus précisément au Collège Saint Michel, qu'il a choisi son chef successeur à la tête de l'OCL, Armin Jordan.

Ma soeur Isabelle Desarzens, photographe a eu Jacques Thévoz comme professeur à l'Ecole de photo de Vevey:http://www.notrehistoire.ch/photo/view/37389/

et ; http://www.notrehistoire.ch/photo/view/40261/

Je publie ces photos avec l'aimable autorisation de la Bibliothèque cantonale et universitaire, BCU, Secteur Collections fribourgeoises et activités culturelles. Je remercie tout particulièrement Monsieur Claudio Fredigo, directeur des collections iconographiques.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!