Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Repérage
Jean des Neiges

Jean des Neiges

juillet, 1949
© Famille Luc Saugy
Michel Savioz

Jean Vianin, photographie prise en 1949 devant la cabane du Grand-Mountet, observant une cordée à l'Obergabelhorn. J'ai écrit quelque part dans Mes Souvenirs en Anniviers, 1944-1957 qu'Oscar avait dû hériter sa longue vue en cuivre de son père; la voici ! C'était une de ses dernières saisons à Mountet, puisque en 1952, Oscar prenait le relais, jusqu'en 1974 ! © Luc Saugy

Jean Vianin

Le papa Vianin (Mountet) - ne pas confondre avec l'autre Vianin, son fils, gardien-ami de la cabane de Tracuit, aussi long que son père était court et aussi aimable que lui - le papa Vianin régnait en maître au Mountet. «Ça bardait, fallait voir ça! »Quelle autorité, quelle intelligence et quel savoir- faire !

Négligé de sa personne (sa nuque poilue devait avoir horreur de l'eau, comme un condamné à mort de la guillotine), toujours coiffé du même chapeau de feutre fatigué, il allait et venait dans son royaume de 2 heures du matin à 10 heures du soir, l'œil ouvert et les mains actives ... Vous savez que le règlement du Club alpin interdisait la vente des boissons alcoolisées dans ses cabanes et vous savez d'autre part, que rien ne fait plus plaisir qu'un verre de vin quand on arrive au but (le vin en montagne a une saveur toute spéciale). On peut naturellement en transporter dans son sac, mais c'est très lourd et l'on est tenté de le boire pendant les heures longues et assoiffantes de la montée" Eh bien, le brave Vianin savait s'y prendre pour nous tirer d'affaire. Voici comment (c'était un code secret entre nous): notre premier geste - une fois que nous avions franchi le seuil de la cabane et que nous étions habitués à la demi-obscurité de la cuisine, aussi sombre que l'intérieur d'une belle cathédrale - était de poser nos sacs sur la table. Vianin, sous prétexte de les ranger pour faire de l'ordre, s'en saisissait prestement et les portait dans sa «loge», au fond de la cuisine. Quelques minutes s'écoulaient et Vianin revenait, chargé de nos sacs qu'il déposait devant nous sur la table. On les ouvrait… Sésame ouvre-toi! et l'on trouvait une bouteille de Fendant dans chacun d'eux ...

Il détestait être dérangé, «réquisitionné» comme des vivres ou un logement, à partir de 10 h. du soir et les retardataires en entendaient de sa bouche courroucée. Un soir que nous nous étions attardés, mon ami et moi, sur le chemin du retour, en cueillant des brins de genépi sur la moraine, après l'ascension merveilleusement réussie du Rothorn de Zinal et que nous lui avions demandé à boire, nous avons été très mal reçus. On n'a pas idée, nous a-t-il dit, de rentrer si tard du Rothorn, allez vous coucher, ça vous passera la soif !

Exactement ce qu'aurait dit un père à ses enfants en rupture de ban. Malgré ses sautes d'humeur et ses brusqueries, nous l'aimions comme un ami, et son expérience de la montagne nous était précieuse à nous autres qui faisions toujours nos ascensions sans guide. En outre, ses pronostics du temps local étaient bien meilleurs que ceux du baromètre ou de la radio, qui se contentent de « suivre » le temps qu'il fait, sans réussir à le prévoir !

Texte tiré de "Nos Cabanes", par Robert Eggimann, Neuchâtel.

Les Alpes, 1969. © Collection Sylvie Bazzanella

Ci-dessus, l'Obergabelhorn.

Ci-dessous, la Dent-Blanche.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Pierro Vianin

    Bonjour, j'ai eu beaucoup de plaisir à lire vos commentaires étant le petit fils d'Oscar et héritier de cette fameuse longue vue. Longue vue si précieuse que je l'expose avec les jumelles d'époques dans le salon de mon chalet à St-Jean où j'ai d'ailleurs un énorme plaisir à les montrer et expliquer leurs histoires...

    • Michel Savioz

      Salut Pierro, j'ai eu le plaisir de pouvoir publier de nombreux documents mis à disposition par Monsieur Luc Saugy. J'espère qu'il puisse lire ton commentaire... Je t'encourage à publier sur NH si tu détiens des documents sur Mountet ou autres lieux.

    • Pierro Vianin

      Salut Michel J'ai beaucoup de documents sur Mountet et le Val d'Anniviers mais le temps me manque... Mais promis je vais essayer d'en publier de temps en temps

Partenariats éditoriaux 2022:
Partenaires de soutien:
107,813
6,727
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.