Concours photo "La rue, témoin de nos passions": publiez-vous images jusqu'au 25 mars ! Toutes les infos
Fêtes de Vignerons

Fêtes de Vignerons

juillet, 1927
Secrétariat des CFF
Yannik Plomb

Ancienne revue publicitaire des CFF

La fête des vignerons à Vevey

Cette belle cette unique fête sera célébrée à Vevey les 1er, 2, 4, 5, 8, et 9 août 1927.

De toute parts aussi bien de l'étranger que de la Suisse on viendra assister à l'une ou l'autre des six représentations annoncées, qui seront données sur la Grand-Place où l'on termine la construction d'imposantes estrades pouvant recevoir 14’000 personnes.

Mais qu'est-ce que la fête des vignerons ?

Représentation allégorique de la vie champêtre dans les quatre saisons magnifiant le travail de l'agriculteur et du vigneron, la Fête des Vignerons est un hymne à la terre féconde et nourricière unique en son genre, elle ne ressemble à aucune autre des grandes festivités nationales suisses.

Ce n'est pas un de ses « Festspiel » chers à la Suisse allemande montrant les aspirations d'un peuple vers la liberté encore moins une pièce de théâtre dit national, mettant en scène un héros légendaire ou historique.

Cette manifestation originale et caractéristique du génie du lieu née du sol même ou elle se célèbre : c’est la synthèse et la glorification artistique du travail agricole et plus spécialement de la culture de la vigne

Comme l'a dit Juste Olivier le poète vaudois par excellence c'est notre renom notre création propre notre chef-d'œuvre national, elle est l'image du Pays de Vaud des travaux de ses enfants et de leur joie.

L’organisation de la fête des vignerons est assumée par la Confrérie des Vignerons de Vevey. Corporation dont les origines paraissent remonter au 12e siècle son existence est établie par des document précis à partir du 16e siècle connu alors sous le nom d’Abbaye de l'Agriculture de Vevey, dite de Saint Urbain.

Elle acquiert quelques dizaines d'années plus tard la dénomination de Louable Confrérie. Au 17e siècle elle est peu nombreuse et ne compte qu'une trentaine de membres, elle avait et c'est encore le cas aujourd'hui pour mission de surveiller les cultures des vignes de les visiter à des époques déterminées de récompenser les vignerons diligents et d’user des remontrances vis-à-vis des négligeants.

En ces temps révolus la confrérie organisait une modeste fête la parade qui avait lieu d'abord annuellement puis une fois tous les trois ans et ensuite une fois tous les 6 ans étant entendu qu'elle serait renvoyée si elle tombait à une année de calamité

Cette parade célébrait par des chants et quelques symbole les travaux agricoles.

Peu à peu la fête gagna en importance et les porteurs d'attributs figurant les quatre saisons furent admis au cortège.

C’est que la parade de la confrérie de Saint-Urbain avait un sens et exprimait quelque chose correspondant aux sentiments intimes du pays. Elle devait se développer au cours des âges l’émouvant spectacle quel est aujourd'hui, fête du Travail et des saisons fête de la Patrie Vaudoise dans ce qu'elle a de plus touchant.

Mais faisons ici appelle à l'éloquence des chiffres pour montrer succinctement l'importance qu'a prise la fête des vignerons au cours de ces 100 dernières années, en 1819 les estrades peuvent contenir 2000 personnes, pour cette fête déjà une partition spécial fuit écrite, un livret édité un corps de 200 suisses adjoint au cortège.

En 1833 les estrades sont construites de façon à pouvoir recevoir 5’000 personnes les premiers bateaux à vapeur amenèrent un grand nombre de spectateurs la fête durera 2 jours les dépenses s’élevèrent à 28’000 francs.

Dès 1851 on commence à faire grand, cette année-là les estrades contenait 7’000 personnes et la dépense plus de 64’850 francs pour 3 jours de fête.

Si en 1865 le jour le nombre de jour de fête ne fut pas augmenter on se rattrape à en revanche sur la mise en scène qui fut splendide et les dépenses qui atteignirent 150’000 francs les estrades pouvait recevoir 11’000 spectateurs.

En 1889 on augmente encore le nombre des places, au cours de 5 représentation plus de 60’000 personnes se succédèrent sur les estrades. Hugo de Senger de Genève avait écrit une charmante partition et plusieurs poètes de la Suisse romande avaient collaboré à l'élaboration du livret et la fête coûte 300’000 francs.

Le vif succès que remporta la fête de 1905 la première du 20e siècle et dû à la collaboration de 3 artistes vaudois Gustave Doret pour la musique René Morax pour les poèmes Jean Morax pour les costumes.

Six enthousiastes représentations eurent lieu. Plus de 100'000 spectateurs applaudirent les chants et les danse de 1'800 figurants.

L’abbé président était M. Emile Gaudard conseiller national, les dépenses se montèrent à 450'000 Fr.

La fête des Vignerons de 1927

Conçue dans ses grandes lignes, sur le même plan que les Fêtes précédentes, La fête des Vignerons de 1927 se séparera d’elles par l’ampleur qu’elle revêtira.

Elle atteindra un sommet qu’on ne pourra que difficilement dépasser à l’avenir !

Un million de francs de dépenses, 2’000 figurants 300 chanteurs, cinq corps de musique avec 300 exécutants 150 musiciens exécuteront la magistrale partition écrite par M. G. Doret et le livret par Pierre Girard, La mise en scène est assurée par Edouard Vierne, réunis dans une arène de 14’ 000 places inspirée d'une ville moyenâgeuse entourée d'une muraille et de tours.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Yannik Plomb
1,826 contributions
29 décembre 2021
60 vues
2 likes
0 favori
0 commentaire
2 galeries