Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Repérage
Projet plateforme aviation gare Neuchâtel

Projet plateforme aviation gare Neuchâtel

21 janvier 1941
Louis Martenet
Yannik Plomb

M. Louis Martenet ingénieur en chef de la société de l’électricité neuchâteloise 1873 - 1961

Société des ingénieurs et architectes de Neuchâtel

Compte rendu de la séance du 21 janvier

Plateforme d'atterrissage pour avions au-dessus des voies ferrées des gares

Communication de M. Louis Martenet

Le gros inconvénient, pour le public s'intéressant à l'aviation civile et commerciale, c'est d'être obligé d'aller quelquefois très loin d'une ville, sur une place d'aviation, pour prendre l'avion. De même, l'atterrissage, à une certaine distance d'une grande cité, fait perdre beaucoup de temps aux voyageurs en les obligeant d'avoir recours à l'auto avec tous les aléas du transbordement. L'atterrissage en pleine ville, dans les conditions actuelles, n'est pas possible. Il existe pourtant, dans chaque ville importante, une ou plusieurs gares de chemins de fer qui occupent, pour les voies, une place énorme en surface et très peu de place en hauteur. Pourquoi ne construirait-on pas, sur ces voies, au-dessus de cette place libre, une grande plateforme en béton sous laquelle continueraient à circuler les trains et sur laquelle pourraient atterrir les avions.

Les voyageurs de l'air auraient ainsi, à leur disposition, tous les services de la gare, téléphone, télégraphe, douane, taxis, etc. et gagneraient un temps précieux.

Il est bien évident que les hangars, ateliers de réparation, etc. resteraient fixés en dehors de ville, sur les places aménagées à cet effet.

Cette plateforme d'atterrissage, placée à 8 ou 10 mètres de hauteur, sous laquelle les trains circuleraient librement, aurait l'avantage de protéger les voies contre les intempéries ; des ascenseurs relieraient cette plateforme au niveau de la gare ; des services de ravitaillement pourraient y être installés.

L'éclairage de jour, sous la plateforme, pénétrerait par les côtés restés ouverts et par des dalles translucides. Les lignes électriques nécessaires à la traction des chemins de fer pourraient être fixées au plafond de la construction. Les navires porte-avions ont une surface de plateforme infiniment moindre et réussissent à rendre d'appréciables services. En temps d'ouragans, si la plateforme décrite n'offrait pas la sécurité voulue, l'envol et l'atterrissage pourraient toujours avoir lieu sur les aérodromes. Il y a là, semble-t-il, un immense progrès à réaliser après-guerre.

L´Express, vendredi, janvier 31, 1941

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • David Glaser, le web éditeur

    Bonjour Yannik, je suis surpris que cette magnifique intention n'ait pas été suivie d'effet... Le Concorde et l'A380, deux véritables réussites de technologie, sont semble-t-il passés par là entre temps.

  • Yannik Plomb

    Cela devait être un peu le Géotrouve tout de l'époque 1903 nommé maitre d'électrotechnique à l'école d'horlogerie et de petite mécanique. 1910 Depuis hier fonctionne, à l'hôtel communal, un appareil électrique d'un système nouveau qui a pour but d'indiquer et d'enregistrer au bureau du service des eaux l'état du niveau de l’eau, à 5cm. près, au réservoir du Chanet qui alimente la ville. Cet appareil, de l'invention de M. Louis Martenet, ingénieur du service de l'électricité 1915 membre du conseil général de la commune 1917 a conçu un projet en vue de la mise en valeur de la force motrice du Seyon 1921 L’utilisation du Seyon comme force motrice 1927 membre du Club d’aviation neuchâtelois 1929 président 1929 nous avons eu l'occasion de voir fonctionner un appareil, inventé et mis au point par M. Louis Martenet, ingénieur de notre ville, dispositif qui permet d'ouvrir et de fermer à distance la porte d'un garage d'automobiles à l’aide d’un moteur électrique

  • Robert Di Salvo

    Très intéressant document. Une idée certes visionnaire que celle de transformer les gares en plateformes multimodales à l'époque, mais qui n'aurait vraisemblablement pas survécu à l'augmentation de la taille et de la vitesse des avions de ligne après le deuxième guerre mondiale !

    Il aurait aussi fallu convaincre les CFF d'accepter cette concurrence sur leur domaine...

Yannik Plomb
1,366 contributions
14 juin 2020
863 vues
3 likes
1 favori
3 commentaires
1 galerie
Déjà 5,544 documents associés à 1940 - 1949

Galeries:

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
103,995
6,370
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.