Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Moulin de Bayerel

Moulin de Bayerel

30 janvier 2021
Claire Bärtschi-Flohr

Samedi 30 janvier 2021. Le Seyon est grossi par la fonte des neiges et les pluies. Le Moulin attend des jours meilleurs pour recevoir à nouveau du public.

Depuis 2002, une association gère le Moulin. Elle l’a entièrement rénové et a choisit de promouvoir les énergies renouvelables pour son fonctionnement. Car, en temps de non pandémie, le Moulin reçoit beaucoup de visiteurs. On peut y louer des salles, y faire la cuisine, y dormir. Il faut parfois réserver longtemps à l’avance. Il y a aussi un programme annuel d’activités, de spectacles et d’animations.

Depuis des siècles, le Val-de-Ruz a utilisé des moulins pour diverses activités.

On trouve une première mention de moulins en 1351. En 1555, on recense neuf sites.

La force hydraulique était la seule à pouvoir actionner les roues, les rouages destinés à différentes activités. Moudre de la farine n’était de loin pas le seul emploi. On y broyait aussi des fruits, des graines, dans les rebattes, on y battait le chanvre dans le battieu. Les rebattes et les battieu étaient composés d’une pierre que l’on faisait tourner dans un bassin. On y foulait la laine. Et les raisses permettaient de scier le bois.

Le moulin de Bayerel est mentionné pour la première fois en 1416. En 1622, il comprend déjà :

« quatre roues à augets (rouages) entraînant deux meules à grain (moulins), une scie en long (raisse) et un battoir (rebatte), un agencement classique que l’on retrouve dans les moulins voisins.

Puis il est reconstruit en 1642. On sait aussi qu’il a subi un important incendie en 1742. Deux calamités principales menaçaient les habitations de ce temps-là : les incendies et le débordement des rivières qui, gonflées par les pluies emmenaient tout sur leur passage. On l’a vu encore récemment au Pâquier.

Le Moulin de Bayerel n’a peut-être pas toujours occupé l’endroit actuel. Il a été situé plus en aval à une certaine époque.

Au XIXème siècle, le Val-de-Ruz compte quinze moulins. Il y en a trop semble-t-il car on dissuade ceux qui désire créer une nouvelle entreprise.

L’ère industrielle va radicalement transformer les activités. Le moulin a fonctionné jusqu’à la première guerre mondiale. La scierie jusqu’en 1950.

Pour en savoir plus, lisez la brochure de la Nouvelle Revue Neuchâteloise no 85 du printemps 2005.

Selon le site de l’association, voici les buts du projet Bayerel ECO

• Mettre en œuvre au moulin de Bayerel différentes techniques de production d’énergies renouvelables et d’économies d’énergie.

• Donner la priorité à l’intérêt didactique des différentes techniques pour le centre d’interprétation.

• Prioriser les réalisations en fonction des moyens obtenus, de l’efficacité énergétique et des ressources à disposition pour les réaliser.

• Supporter et promouvoir l’innovation dans le domaine des énergies renouvelables.

• Objectif clé : Bayerel 100% autonome ou plus grâce à la mise en place d’un bouquet de systèmes de production d’énergie renouvelable.

notrehistoire.imgix.net/photos...

Voir aussi :

et

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Claire Bärtschi-Flohr
922 contributions
31 janvier 2021
42 vues
2 likes
0 favori
0 commentaire
7 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,012
6,373
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.