Chapelle ardente sur la rue

Chapelle ardente sur la rue

1902
Sion pittoresque, éditeur A. Spuhler Neuchâtel, collection Leonard Bertelletto
Sion pittoresque, éditeur A. Spuhler Neuchâtel, collection Leonard Bertelletto

Etonnant cliché ! Cette scène a été photographiée à Sion en 1902. Elle montre un cercueil d'enfant dans la rue offert à la prière des passants. Le petit coffre est simplement posé sur une tablette précédée d'un guéridon sur lequel trônent un crucifix et deux chandeliers. La scène semble coutumière. Seule une femme bénit le petit corps tandis qu'à l'arrière deux enfants semblent s'amuser. Une femme remonte la rue croisant une fillette à chapeau de soleil. Toutes deux paraissent indifférentes à la scène.

Cette photo est issue de la collection intitulée "Album-Panorama Suisse" (éditeur A.Spuhler, Neuchâtel), vol 1, livraison 7. Sion pittoresque.

Voir aussi

notrehistoire.imgix.net/photos...

Pierre-Marie Epiney
1 octobre 1955
Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Charly-G. Arbellay

    Le petit cercueil blanc, couleur de la lumière, est déposé au sommet de la Rue du Rhône, à l'intersection de la rue de Lausanne et de la rue du Grand-Pont. La photo suivante montrant la procession a été prise le même jour. On distingue à gauche des tuyaux d'eau sur les deux documents. La disposition du cercueil sur la rue mais devant la maison du défunt, indique que la prêtre va venir le recevoir pour le conduire à l'église. J'ai vécu cette scène en 1951 au décès d'un parent. C'était l'été et il faisait très chaud. Le curé de Chalais a dit: "dépêchons, dépêchons, ça sent déjà..!". Cette phrase m'est restée gravée dans ma mémoire. Aujourd'hui, les chapelles mortuaires , parfois climatisées, évitent ce problème dans un canton où la météo joue parfois des tours.

    • Renata Roveretto

      Cher monsieur Charly-G.Arbellay,

      Oui je vous comprend bien. Il n'est guère facile de ne pas être profondément remué par cette réaction. Surtout une pareille phrase venant d'un religieux supérieur, qui sait qu'il est vu et cru d'être un personnage très empathique et plutôt d'un genre apaise douleur. Eh bien NON, une fois de plus c'est la routine sans le moindre ménagement d'autrui qui avait prise le dessus.

      Et je suppose que cet imprudent pour avoir parlé aussi crument, méconnaissait lui même le véritable cycle de la putréfaction dont voici je vous fait part pour mieux comprendre :

      Quand un cadavre commence à sentir mauvais il entre dans le cycle de putréfaction. Autrement dit, quand les bactéries présentes dans son organisme s'attaquent d'abord au système digestif puis à tous les organes (cœur, foie, cerveau, rate).

      cairn.info/revue-francaise-d-e...

      persee.fr/doc/rhpr_0035-2403_1...

      dailyscience.be/31/10/2023/la-...

      Avec mes remerciements à vous cher Charly et à Pierre-Marie

      Amitiés Renata

Pierre-Marie Epiney
2,392 contributions
9 février 2023
90 vues
1 like
0 favori
2 commentaires
4 galeries