Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Repérage
Le Port de Morges

Le Port de Morges

Pierre Auguste Chappuis
Philippe Chappuis

Le port de Morges (article utile sur la ville de Morges dans le Dictonnaire historique de la Suisse) avec ses 2 guérites, servant d'abris aux factionnaires en cas de gros temps, plan incliné facilitant la mise à l'eau des bateaux et un treuil mécanique à démultiplication tirant un chariot muni de brancards sur lesquels se dépose le bateau.

Cette photographie a été prise par Pierre Auguste Chappuis

La baie naturelle de Morges a certainement servi de longue date d'abris aux bateliers et pêcheurs. Un petit port à proximité du château accompagna la fondation de la ville neuve de Morges en 1286 par Louis Ier de Vaud (Louis de Savoie).

Un port est mentionné en 1536 associé à des halles et est signalé alors un service régulier de bateaux entre Morges et Genève, trafic lacustre profitant à certains notables morgiens, pourvus de privilèges sous l'occupation bernoise.

Au cours du XVIIe s. les ébauches d'un nouveau port se multiplient, d'abord en pieux de bois et ce n'est qu'1696 que le port avec ses deux digues en pierres. Ce sont 2 môles curvilignes qui enserrent le port, 140 m au nord, 125 m au sud avec un passage de 31 m que garderont deux guérites à plan presque carré, celle du du sud datant de 1734-36. Les guérites sont ouvertes par une porte sur la digue et par de petites baies rectangulaires sur les autres faces. Le bâti est couronné d'une élégante corniche et d'une toiture à 4 pans. Le port de Morges offrait le plus grand bassin de la rive vaudoise jusqu'à la construction en 1791 du port de Lausanne-Ouchy.

Au XIXe s. la ligne de chemin de fer Morges -Yverdon, construite en 1855-56, se termine à proximité du port à un quai construit à cet effet et à un débarcadère (1855).

Dans la Revue L'IIlustration , cette image de l'inauguration du raccordement entre gare et port de Morges de la Compagnie Ouest-Suisse (Chapitre IV Secteur tertiaire P.-A. Bovard Histoire animée des Morgiens 1803-1970)

Mais l'espoir d'un regain d'activité du port est vite concurrencé par la construction de la ligne Morges-Genève 1858 puis Morges-Villeneuve en 1861 (jusqu'à cette date la liaison Lausanne Villeneuse se fait par bateaux). Le raccordement au port sera abandonné en 1862**.**

A proximité du port un chantier naval construira de 1858 à 1889 des bateaux à vapeur, La Dranse 1858, La Flèche 1865, le Bonivard 1868, le Winkelried II 1871, le Cygne et la Mouette 1875 , le Jura 1879 , le Simplon II 1879, le Dauphin 1882 le France 1886. (dans "La Ville de Morges" de Paul Bisseger). Voir CGN et Léman, les yachts à vapeur

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
96,757
5,401
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.