Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
00:00:00
00:20:52

J. S. Bach, BWV 1068, OSR, E. Ansermet, 1961 (disque)

1 janvier 1961
Disques DECCA
René Gagnaux

**Johann Sebastian BACH, Orchestersuite Nr. 3 in D-Dur, BWV 1068, Orchestre de la Suisse Romande, Ernest ANSERMET, 30.09.-15.11.1961, Victoria-Hall, Genève, VM9312/CS6243 (10/1962), LXT6004/SXL6004

Les quatre "Ouvertüren" de Bach - qui ont survécu jusqu'à aujourd'hui - ont été composées probablement à Leipzig entre 1723/4 et 1739. Elles portent souvent le nom de Suites: elles sont effectivement des suites avec une introduction initiale en trois sections, les autres mouvements donnent à chaque suite son caractère particulier. L'ouverture est toujours le mouvement le plus important, c'est pourquoi on les nomme souvent 'ouverture'.

"[...] L'orchestration de la troisième suite - trois trompettes, deux hautbois, des timbales, des instruments à cordes et une basse continue - lui confère son caractère solennel. Les premières mesures de l'ouverture au rythme pesant, sa partie centrale en forme de fugue (au tempo «vite»), où les trompettes en ré brillent dans les sons les plus clairs et les plus aigus, les coups de timbale marqués, le contre-chant nerveux des hautbois - tout cela évoque le prélude d'une cantate dominicale.
Le deuxième mouvement, l'«air», comporte une des inventions les plus nobles et les plus pures de Bach: un chant très expressif des premiers violons, accompagné par les octaves descendantes de la basse continue et par les harmonies des parties secondaires. Depuis que Wilhelmy a arrangé cet air pour violon seul, en 1871, il a atteint, sous le nom de «Air sur la corde de sol», une popularité presque fâcheuse.
Au milieu de cette suite à cinq mouvements se trouve la Gavotte, dans laquelle Bach emploie tout l'orchestre. Les trompettes présentent le thème de joie. Dans la deuxième partie de la première gavotte, les hautbois et les cordes inversent le thème, tandis que la seconde gavotte ajoute une variation de la première.
La bourrée prolonge le caractère joyeux et illuminé des gavottes. A nouveau, les trompettes s'épanouissent dans les registres les plus aigus.
Comme souvent dans ses suites instrumentales, Bach donne au final la forme d'une gigue. Son thème, au rythme vif de 6/8, ressemble à une chanson populaire. Déjà lors de l'exposition du thème, les trompettes répètent le motif principal à l'octave supérieure, donnant ainsi au final un lustre inouï. Cette «ouverture» qui, dans son éclat et sa somptuosité, dépasse de loin de modèle de Lully, demande une extrême virtuosité, surtout aux trompettes aigües qui, à l'époque baroque, jouissaient d'une très grande renommée
. [...]" Cité d'un texte de Karl Schumann, traduction de Dieter Lohnherr, verso pochette Eurodisc S 70 301 KK.

Dans l'enregistrement que je vous propose ici, Ernest ANSERMET dirige "son" Orchestre de la Suisse Romande. Decca a fait cet enregistrement entre le 30 septembre et le 15 novembre 1961, bien entendu dans le Victoria-Hall de Genève, aussi bien en monophonie qu'en stéréophonie.
Il est paru sur les disques CM9312/CS6243 en octobre 1962 et LXT6004/SXL6004 en janvier 1963 (BWV 1067 - avec André Pépin à la flûte - et 1068, Sinfonia de la cantate BWV 12 - avec Roger Reversy au hautbois - et Sonata de la cantate BWV 31, ces deux dernières pièces choisies pour finir de remplir les faces du disque).

Pour cette restauration j'ai utilisé une réédition sur Eurodisc S 70 301 KK: cette deuxième face a un bruit de surface nettement moins prononcé que pour la première face (pour comparer -> http://www.notrehistoire.ch/group/ernest-ansermet/audio/1289/).

L'enregistrement a été réédité en novembre 2008 par Decca Australie dans son admirable collection Éloquence, un double CD 480 0027 d'excellente qualité, que je recommande très chaudement (voir par exemple http://www.buywell.com/cgi-bin/buywellic2/efly.html?mv_arg=12874).

L'enregistrement que vous écoutez:

Johann Sebastian Bach, Orchestersuite Nr. 3 in D-Dur, BWV 1068, Orchestre de la Suisse Romande, Ernest Ansermet, 30.09.-15.11.1961, Victoria-Hall, Genève, VM9312/CS6243 (10/1962), LXT6004/SXL6004 (01/1963) (1. Ouverture 06:53 (06:53), 2. Air 05:55 (12:48), 3. Gavotte I et II 03:50 (16:38), 4. Bourree 01:20 (17:58), 5. Gigue 02:53 (20:51))** Entre () les temps cumulés**.

Eurodisc S70301KK Ste026246 -> WAV -> léger DeClick avec ClickRepair, des réparations manuelles -> MP3 320 kbps, le tout effectué par moi-même: l'enregistrement est donc de ce fait libre de droits d'autres personnes ou sociétés, le disque étant paru il y a plus de 50 ans, et le compositeur et autres ayants droits décédés il y a plus de 70 ans.

L'enregistrement peut être aussi téléchargé sur la page suivante de mon site, en format FLAC (donc comprimé sans pertes):

http://www.renegagnaux.ch/14601/645981.html**

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
René Gagnaux
1,588 contributions
15 janvier 2013
896 vues
0 like
0 favori
1 commentaire
2 galeries
00:20:52
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,316
6,467
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.