Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Jean-Claude Hesselbarth est mort mercredi

14 mai 2015
Lausanne centre
Martine Desarzens
Martine Desarzens

ADIEU l'AMI.......nous sommes tous très triste d'apprendre la mort de cet immense artiste lausannois survenue mercredi 13 mai à Grignan dans la Drôme.
Le peintre Jean-Claude Hesselbarth, assis, lors de l'hommage pour ses 90 ans, il y a quelques jours....

Portait de Hesselbatrh

Le peintre lors d'un hommage que lui a rendu le Théâtre de Vidy pour la sortie d'un magnifique ouvrage édité pour marquer ses 90 ans.
Jean-Claude Hesselbarth portait

Photo ci-dessous: la maison où vivait Jean-Claude Hesselbarth à la ue de Bourg à Lausanne
Façade de l'immeuble de la Rue de Bourg 29
Jean-Claude Hesselbarth, artiste peintre est né dans cet immeuble et y a vécu jusqu'en 2010.

Sur cette photo, ci-dessous, ma mère Louky Desarzens et Jean-Claude Hesselbarth, je crois me souvenir qu'il préparait de la confiture d'abricots. En été, notre mas était entouré d'abricotiers. Nous achetions ces merveilleux abricots aux agriculteurs voisins et amis, Lucien et Marinnette Brechet, aujourd'hui c'est son fils qui a repris le domaine, il cultive également des oliviers et fabrique une huile d'olive artisanalement délicieuse.

Jean-Claude Hesselbarth avec Louky Desarzens

Le peintre Jean-Claude Hesselbarth avec l'une de ses oeuvres.

Le peintre Jean-Claude Hesselbarth avec l'une de ses oeuvres. Image: PATRICK MARTIN

Jean-Claude Hesselbarth a posé ses pinceaux en 2007. Mais il a dessiné jusqu'à son décès, mercredi à Grignan, à 90 ans. Né à Lausanne en 1925 d'une mère lausannoise et d'un père allemand naturalisé suisse, il a été reconnu dès 1954 comme l'un des premiers peintres tachistes de Suisse. Il était le neveu du sculpteur Jean Clerc, qu'il surnommait le «Mozart de la boulette d'argile».

Chantre du lyrisme abstrait, Hesselbarth a vu son talent encensé par des sommités telles que Charles Clément, Casimir Reymond, Gustave Roud, Charles Ferdinand Ramuz, René Auberjonois. Il manquait pourtant cruellement de confiance en lui. «Comme je doute tout le temps, j'en remets, j'en rajoute. Je fais des dessins où les erreurs sont comprises: je fais un tel fouillis de traits qu'on ne les voit plus, confiait l'artiste en 2004 dans nos colonnes. La peinture et le dessin sont ma thérapie. Je peins clair pour éclairer ma vie, je me vitamine à la couleur pure.»

Le peintre a fondé, avec le sculpteur-céramiste André Gigon, le Collège vaudois des artistes concrets, un collectif qui militait pour que les œuvres d'art soient mieux intégrées dans l'espace urbain. Il a aussi participé à de nombreuses expositions et enseigné à l'EPFL.

En 2010, l'artiste a quitté Lausanne et la rue de Bourg, qui l'a vu naître, pour s'installer à Grignan, en Drôme provençale, lieu qu'il a découvert dans les années 1960 grâce à son ami de toujours, le poète Philippe Jaccottet.

Avant de s'y établir, il y passait quatre à cinq mois par an: «Il y peignait des toiles très lumineuses qu'il ramenait à Lausanne pour les assombrir. Au fur et à mesure, il s'est libéré de cet assombrissement pour aller vers du très coloré», raconte Nicolas Raboud, historien de l'art et coauteur du livre Hesselbarth - Peindre le pays où fleurit l'oranger.

L'ouvrage a été présenté en avril à Vidy, en présence du peintre. Un rendez-vous similaire était agendé pour le 15 mai à Grignan, où une exposition est également consacrée à l'œuvre du peintre. Sa veuve, Liliane Allen, a tenu à maintenir l'événement.

L'auteur vaudois Jean Prod'hom, qui avait rencontré plusieurs fois Jean-Claude Hesselbarth, l'avait encore vu à Grignan en avril. «C'était un homme extraordinaire. Il était fatigué mais il a toujours gardé une acuité d'esprit et un humour acéré.» (24 heures)

(Créé: 14.05.2015, 11h17)

Liens:

http://www.notrehistoire.ch/photo/view/38529/Et aussi _

http://www.notrehistoire.ch/photo/view/36639/«Ses peintures semblent naître en plein soleil, en plein midi, exploser comme un rire de couleurs percutantes, en feu d'artifice…» Ce sont quelques-uns des mots posés par le poète Philippe Jaccottet sur l'œuvre de son ami de toujours Jean-Claude Hesselbarth, né à Lausanne en 1925 et exilé comme lui à Grignan (F), mais depuis moins longtemps. C'est en 2010, en effet, qu'Hesselbarth a quitté la capitale vaudoise, après avoir habité plus d'un demi-siècle à la rue de Bourg, qui l'avait vu naître, et occupé divers ateliers, dont celui du Rôtillon, détruit en 2004.

Jaccottet était présent, vendredi dernier, à l'Espace d'Art François-Auguste Ducroz, parmi la foule venue fêter les 90 ans de l'artiste sous le ciel de Provence. Sa santé déclinant, ce dernier ne peint plus mais continue à dessiner. Une exposition et une importante monographie rétrospective ont été vernies à cette occasion. Publié par l'Association des amis de Jean-Claude Hesselbarth, l'ouvrage sera présenté au public romand jeudi 23 avril prochain, à 11 heures, au Théâtre de Vidy.

A travers des témoignages d'artistes et des essais d'écrivains et d'historiens de l'art, ce beau livre intitulé Hesselbarth - Peindre le pays où fleurit l'oranger couvre 65 ans de création et réunit 180 œuvres (peintures et dessins à l'encre de Chine) provenant de collections publiques et privées suisses. Il met en lumière la trajectoire de cet acteur majeur de la scène artistique romande et le replace dans le contexte de l'apparition, en Suisse, des différents mouvements alternatifs: rejet de l'art figuratif, abstraction lyrique, intégration de l'art dans l'architecture, tachisme et expres­­sionnisme.

  • Enseignement et expositions

Depuis, il a enseigné à l'EPFL et participé à de nombreuses expositions, dont "Beginn des Tachismus in des Schweiz" au Kunsthaus de Zurich. Il a aussi régulièrement exposé ses oeuvres à la Galerie Plexus à Chexbres (VD).

A Lausanne, où il a habité de 1956 à 2010, Jean-Claude Hesselbarth a occupé divers ateliers avant de s'établir à Grignan, dans la Drôme provençale. Sa santé déclinant, il avait renoncé à la peinture mais continuait à dessiner.

>> Le documentaire "La Tête Buissonnante" sur Jean-Claude Hesselbarth est un merveilleux documentaire qui vous invite à découvrir le monde de l'artiste , durée 45'

http://www.rts.ch/info/suisse/6782646-le-peintre-romand-jean-claude-hesselbarth-est-decede-a-90-ans.html

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,223
4,671
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.