Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

La Télévision à l’assaut du Cervin: un exploit ! Repérage

Marielle Rezzonico, RTSarchives
Radio Télévision Suisse

Cent ans après la conquête du Cervin par l'Anglais Edward Whymper qui le premier atteignait le sommet tant convoité, il fallait rien de moins qu'un autre exploit pour commémorer cette ascension historique. Et c'est la télévision - Télévision suisse, BBC et RAI réunies - qui le tente ce 14 juillet 1965 en choisissant de transmettre en Eurovision à plusieurs millions de téléspectateurs l'ascension en direct du Cervin.

Une opération d'envergure

Un défi technique à la hauteur de l'exploit initial, là où Whymper partait avec six compagnons, tente et corde, plus de 9 tonnes de matériel encombrant et particulièrement fragile sont transportées par hélicoptère mais également à dos d'hommes, avec le concours de l'armée. Un tour de force. Les PTT suisses sont également mis à contribution pour assurer les liaisons hertziennes nécessaires à une diffusion en Eurovision.

Une opération d'envergure

C'est aussi un pari osé que d'engager des moyens sans commune mesure, des mois de travail de préparation, mobiliser durant 4 semaines 25 collaborateurs de la TSR en haute montagne pour le montage, le reportage en direct puis le démontage des installations, s'assurer le soutien d'une longue série d'intervenants extérieurs… : tout cela pour une émission à la merci des conditions atmosphériques de haute montagne ! D'ailleurs le directeur de la TSR de l'époque René Schenker invoquait le « Dieu Soleil » dans le magazine Le Radio de l'époque. Le suspens météorologique durera jusqu'à la fin du reportage, des nuages s'accrochant, comme souvent, à la cime du pic majestueux.

Proposer une telle émission constituait sans doute également une décision politique. S'il a fallu l'aval du conseiller fédéral Paul Chaudet pour obtenir le concours de l'armée et si l'on a pu compter sur l'aide des télévisions britanniques et italiennes, le choix de mobiliser pendant un mois l'unique car de reportage de la TSR sur cet événement a suscité des critiques. Les organisateurs de manifestations sportives déplorant que la Télévision suisse renonce à les couvrir au profit du direct du Cervin. En définitive, La Gazette de Lausanne titrera le 20 juillet 1965 « Les leçons de l'émission Le Cervin en direct , il est maintenant indispensable que la télévision suisse dispose enfin d'un matériel approprié ».

Filmer l'ascension

Durant les préparatifs et la diffusion de ce reportage, les différentes télévisions s'étaient ainsi réparti les responsabilités: en plus de son expérience, la BBC fournissait des caméras légères et ses techniciens alpinistes. Préparation et organisation technique étaient du ressort de la TSR, la Télévision alémanique se chargeant de son côté de la réalisation. La RAI s'étant jointe plus tardivement à l'opération s'occupait pour sa part des relais-images pour l'Eurovision.

En direct du Cervin

Au final ce 14 juillet 1965 a constitué pour la télévision un jour historique, le jour le plus long également : les techniciens sur pied à 3h00 du matin filment dès 5h00 le départ pour le sommet des cinq équipes. Deux cordées menées par des reporters alpinistes britanniques et suisses entreprennent la voie Whymper par l'arête du Hörnli et trois autres constituées de grands noms de l'alpinisme, Michel Darbellay, Walter Bonatti, Michel et Yvette Vaucher, Paul Etter, Hilti Von Allmen et M. Davis s'attaquent à la difficile face nord.

L'ascension en direct du Cervin

Les images du départ seront enregistrées et diffusées lors du premier direct de 8h00 : au cours des 5 prises d'antenne proposées au long de la journée, le téléspectateur voit les cordées gravir le Cervin et il entend les propos échangés par les alpinistes. Certains passages, trop périlleux, requièrent le silence. Installés devant leur petit écran, quelques millions de téléspectateurs sont ainsi intégrés à la cordée et juchés sur l'arête Hörnli.

Un succès total

Alors que l'équipée de Whymper s'était terminée de façon tragique, tant l'ascension que l'émission se déroulent de la manière prévue et le succès de l'opération est « total », avec en prime unepremière féminine de la face nord du Cervin réalisée par Yvette Vaucher !

Laissons le soin de conclure à La Gazette de Lausanne du 15 juillet 1965, « le centième anniversaire de la première ascension du Cervin a été commémoré de manière inoubliable tant par le monde de l'alpinisme que par les gens de télévision ».

Au sommet du Cervin

Ces images qui témoignent d'un rapport à la montagne d'une autre époque valaient bien d'être conservées et restaurées, cela grâce au soutien de la FONSART.

Des documents à voir dans le dossier Objectif Cervin sur RTSarchives

(Sources : Le Radio et La Gazette de Lausanne)

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire