Clocher ajouré de la chapelle de Burgen

Clocher ajouré de la chapelle de Burgen

28 mai 2005
Philippe Chappuis

Balade dans les prairies somptueuses du mois de mai au départ de Zeneggen jusqu'à Embd. Une forêt de mélèzes franchie, entouré des grasses prairies de graminées et d'apiacées, apparaît le hameau de Burgen avec la silhouette élégante de son clocher ajouré. Cette petite chapelle, dédiée à Marie, remonte au début du XVIIIe s, datée de 1701.Une petite nef, un simple berceau séparé du choeur par un arc triomphal.

A propos des clochers ajourés, la monographie de V. Glassey sur les Chapelles baroques du Valais nous dit: " (concernant les clochers) certaines régions développent leur propre type de prédilection. Le plus frappant est sans doute le clocher ajouré à arceaux, que l'on trouve dans la région de Viège, plus précisément autour de Bürchen, Unterbäch et Eischoll, ainsi qu'autour de Stalden et Törbel, jusque dans la vallée de Saint-Nicolas. Une demi-douzaine de chapelles, toutes dans ce périmètre, possède ce type de clocher. Il s'agit de : Mauracker, Neubrück

, Holz, Capetsch, Brunnen, Burgen, Imfeid et peut-être Ibrich (...). Tous ces bâtiments remontent aux années 1680-1720.Quant à leur position sur le faîte, ce sont des campaniles, mais quant à leur forme, carrée et maçonnée au lieu d'être en charpente, on peut les considérer comme des tours dans-oeuvre, même si elles sont ajourées. Leur position, soit au bout du vaisseau, soit sur la façade, soit encore sur le chevet, est accentuée par la continuité du mur, comme à Holz (au-dessus d'Unterbäch). Ces campaniles, que l'on rencontre exclusivement dans cette région particulière, présentent une remarquable unité formelle : tous sont des copies conformes. Construits sur une base carrée maçonnée, ils portent quatre petits piliers toscans de tuf, complétés d'un entablement du même ordre. A l'aplomb des piliers, quatre arceaux en quart-de-cercle partent pour se rejoindre au centre du carré. Au-dessus de leur intersection s'élève une colonnette, posée sur un socle carré et que couronne l'habituelle boule supportant la croix**."**

".. il paraît évident que l'apport d'architectes locaux dans la construction aux XVIIe et XVIIIe siècles est maigre.....l'apport des architectes étrangers est incontournable : ce sont eux qui y importent les modèles et le langage formel que leur région d'origine et leur formation ont mis à leur portée. Les éventuelles tentatives locales procèdent d'un désir d'émulation par rapport à ces maîtres incontestés...Ces bâtisseurs sont, comme aux siècles précédents, majoritairement originaires de l'Italie du Nord. Pour le Valais, les régions des Val Sesia et Ossola fonctionnent depuis le Moyen Age comme de véritables viviers : ils fournissent non seulement des architectes et des maîtres maçons (ce sont souvent les mêmes), mais aussi des sculpteurs, des stucateurs, des tailleurs de pierre... Soit des artisans spécialisés dans toutes les techniques nécessaires à la construction et à la décoration d'édifices religieux."

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Philippe Chappuis
2,206 contributions
29 février 2020
119 vues
1 like
0 favori
2 commentaires
1 galerie
Déjà 18,019 documents associés à 2000-2009

Galeries: