Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Granges - camp des internés polonais 1942-1943

Granges - camp des internés polonais 1942-1943

1 janvier 1942
inconnu, collection de Charly-A. Arbellay, Granges
Pierre-Marie Epiney

Rare photo originale du camp des internés polonais de Granges en 1942-1943. Ce camp a été occupé du 15 avril 1942 au 13 juillet 1943 (source).

Selon

ce site, "Durant la guerre de 39-45, la Suisse accueille plusieurs dizaines de milliers de réfugiés. Le Valais n'y échappe pas. La première vague arrive en 1942, suivie d'une deuxième en 1943, puis d'un 3ème et dernier afflux en 1944. Militaires internés, prisonniers de guerre évadés, déserteurs ou encore personnes hospitalisées sont hébergés dans des homes d'accueil ou des camps. Plus de 30 communes valaisannes seront confrontées à ce type d'hébergement.

Ces réfugiés étaient d'origines multiples : des Polonais internés, aux Soviétiques évadés du 3ème Reich durant la fin du conflit, en passant par les internés civils et militaires italiens ou encore les réfugiés juifs.

Bien souvent, ces étrangers exilés participaient aux travaux en Valais, que ce soit dans les mines, la construction de barrages et chemins de fer ou dans l'agriculture et la création de canaux. Leurs conditions de vie étaient difficiles, tant au niveau des infrastructures mises à disposition que de la rudesse du travail à fournir.

Durant cette période, le nombre de permis de séjour octroyés devient lui insignifiant. L'afflux d'étrangers reprendra avec le développement économique d'après-guerre."

En encadré sur la même page :

« En février 1943, dix camps d'internement figuraient dans le secteur Rhône, dont six en Valais. Le camp d'Illarsaz constituait le plus grand camp valaisan avec 190 occupants, suivi de Châteauneuf (180), de Granges-Lens (128) et de Saillon (103). Deux détachements de travail occupaient encore nonante internés aux mines de Chandoline et dix-neuf à celles du Mont-Chemin. Ainsi, sur 1027 internés militaires du secteur Rhône, 710 étaient placés en Valais.»

David Michelian, Camps et homes d'accueil valaisans (2005), p.72

Cette autre source précise en page 87 : "A partir de 1942 et jusqu'à la fin de la guerre, les Polonais sont engagés notamment au défrichement et à la mise en culture des terrains de la plaine du Rhône. Des colonies de travail et d'internés sont implantés à Glis (il existe toujours une «Polenstrasse» dans cette localité), Lalden, Rarogne, Gampel, Granges, Châteauneuf, Saillon et Illarsaz.

Selon Charly-A. Arbellay, "Il y a encore une ou deux tombes de soldats polonais autour de l'église. Les Polonais ont offert à la paroisse ce tableau de la Vierge Noire qui se trouve à l'entrée de l'église."

Et aujourd'hui, à l'emplacement de ce camp se trouve le parc d'attractions Happyland:

S O U R C E S C O M P L E M E N T A I R E S

1. images de la médiathèque Valais à cette page.

2. "Camp et homes d'accueil valaisans" par David Michielan
Ce document fournit une très riche documentation sur tous les camps d'internés en Valais.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
101,382
5,907
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.