Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
150 ans internement de l’armée de l'est, enveloppe du jour d'émission

150 ans internement de l’armée de l'est, enveloppe du jour d'émission

4 mars 2021
Poste Suisse
Poste Suisse

Enveloppe commémorative de l'internement de l'armée de l'est du Général Bourbaki.

Timbres: 150 ans de l’internement de l’armée de Bourbaki

Entre le 1er et le 3 février 1871, une armée française de 87 000 hommes et de 12 000 chevaux entre en Suisse aux Verrières, à Sainte-Croix, à Vallorbe et dans la Vallée de Joux pour y être désarmée. Les soldats de l’armée de Bourbaki, du nom de son général, sont ensuite internés en Suisse.

Ce curieux événement trouve son origine dans une série de revers essuyés par la France lors de la guerre franco-prussienne (1870–1871). Le général Charles-Denis Sauter Bourbaki est encerclé à proximité de la frontière suisse alors qu’il essaye de se replier sur Lyon avec ses troupes. En réponse à sa requête, le Conseil fédéral donne son accord à l’internement de son armée.

Pendant les jours qui suivent, les troupes suisses stationnées sur place ainsi que la population locale se distinguent par leur solidarité exemplaire, apportant aide et secours aux soldats français. Cet événement marque aussi la première intervention humanitaire de la Croix-Rouge suisse, fondée peu de temps auparavant. Dix ans plus tard, Edouard Castres dépeint cet élan de solidarité sans précédent dans un tableau long de 112 mètres et haut de 10 mètres (initialement 14 mètres). Le Panorama Bourbaki se trouve dans le bâtiment du même nom à Lucerne.

Le format spectaculaire de cette œuvre s’exprime également dans la conception du timbre-poste spécial. Les extraits montrent des soldats français bénéficiant des soins et du secours alimentaire prodigués par la population locale. À proximité, des wagons de train sont rangés sur la voie pour évacuer les troupes vers les lieux d’internement. L’image est divisée par une bande blanche, dont les éléments typographiques offrent un contraste moderne par rapport au tableau, tout en rappelant la Croix-Rouge par leur couleur.

Exposition spéciale 2021 - (11.05.2021 au 31.12.2022)

Le Panorama Bourbaki rappelle les événements de 1871 et leurs effets jusqu’à nos jours dans le cadre d’une exposition spéciale. Le musée se penche sur le thème du franchissement de frontière et permet, parallèlement aux explications historiques apportées par le panorama, d’engager une réflexion sur des sujets de société actuels. Pourquoi doit-on, peut-on, souhaite-t-on ou a-t-on le droit de franchir des frontières de nos jours? Vous découvrirez les réponses à ces questions dès le mois de mai au Panorama Bourbaki de Lucerne.

bourbakipanorama.ch

  • Informations techniques

  • Vente: Philatélie: du 25.2.2021 au 31.3.2022 ou dans la limite des stocks disponibles

  • Validité: Illimitée dès le 4.3.2021

  • Impression: Offset, en 4 couleurs; Cartor Security Printing, La Loupe, France

  • Formats: Timbre: 80 × 33 mm,

  • Feuille: 188 × 160 mm (4 rangées de 2 timbres)

  • Papier: Papier pour timbres blanc, avec azurant optique, gommé mat, 110 gm²

  • Dentelure: 13 : 13 1/4

  • Conception: Edouard Castres †

  • Traitement graphique: Tobias Lauber, Emmenbrücke

  • La réalité augmentée permet à ce timbre de déployer toute sa force: elle vous donnera l’impression de découvrir au plus près l’impressionnant panorama d’autrefois. Vous pouvez profiter de cette expérience visuelle unique sur votre smartphone grâce à la Post-App.

    Scannez ce timbre-poste et donnez-lui vie:

    Téléchargez gratuitement la Post-App sur votre smartphone.

    Ouvrez l’application et sélectionnez la fonction «scanner».

    Positionnez l’appareil photo au-dessus de l’image du timbre; le scannage démarre automatiquement.

    Laissez-vous surprendre.

© 2021 La Poste Suisse SA

post.ch/fr/sites/timbres-poste....

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Pierre-Marie Epiney

    Est-ce possible d'en savoir un peu plus sur cet événement ?

    • Roger Monnard

      Bonjour M. Epiney, comme vous le voyez j'ai développé le suget du timbre même, en y incorporant le descriptif de la Poste.

      Quand à l'événement même je vous envoie les URL concernés:

      Emission radio : rts.ch/audio-podcast/2021/audi...

      Exposition pour les 150 ans de l'entrée des Bourbakis en Suisse : bourbakipanorama.ch/fr/musee/a...

      Ainsi que l'article de l'agence télégraphique Suisse

      26 janvier 2021 - 15:29 (Keystone-ATS)

      Il y a 150 ans, le 1er février 1871, plus de 87'000 soldats de l'armée française du général Bourbaki se sont réfugiés en Suisse. Le musée du Panorama Bourbaki, à Lucerne, consacre une exposition spéciale à cet évènement. L'internement de l'armée Bourbaki est le plus grand accueil de réfugiés jamais réalisé en Suisse et la première intervention d'assistance de la Croix-Rouge suisse. C'est "un jalon dans l'histoire de la politique de neutralité suisse", a indiqué mardi le musée du Panorama Bourbaki. Pour marquer "l'année du souvenir", le musée organise dès le 11 mai une exposition spéciale intitulée "Sur frontières. Curiosité, espoir et courage". Elle invite les visiteurs à un examen thématique des frontières et des expériences transfrontalières en montrant que les frontières ne créent pas qu'une séparation, mais qu'elles unissent également.

      Panorama peint en 1881

      Le tableau circulaire du panorama Bourbaki (110 m sur 14) montre l'entrée de l'armée Bourbaki aux Verrières (NE). Il a été peint en 1881 par Edouard Castres (1838-1902) et une équipe de peintres dont faisait partie le jeune Ferdinand Hodler. Le panorama a d'abord été exposé à Genève avant d'être installé à Lucerne en 1889. Petit rappel historique: la guerre franco-allemande de 1870-1871 s'est soldée par une défaite de la France. En janvier 1871, le général Charles Denis Bourbaki (1816-1897) déploie son armée pour mener une contre-offensive dans l'espoir de repousser l'armée allemande. Les soldats français sont encerclés dans le Jura français par les troupes allemandes.

      Demande d'asile militaire

      L'armée Bourbaki se retranche alors à Pontarlier (F), tout près de la frontière suisse, et demande l'asile militaire au Conseil fédéral. Entre le 31 janvier et le 3 février 1871, plus de 87'000 soldats et 12'000 chevaux entrent en Suisse. Après avoir été désarmés par l'armée suisse, les soldats français sont soignés, nourris et hébergés dans 188 communes de tout le pays, à l'exception du Tessin. L'armée Bourbaki quitte la Suisse six semaines plus tard pour retourner en France.

      Je vous souhaite une bonne fin de journée et à bientôt car j'ai toujours plaisir à vous lire.

    • Roger Monnard

      Voila ce que dit Wikipédia:

      Convention des Verrières Internement en Suisse de la 1re armée française. 1er février 1871

      La convention des Verrières fut signée, le 1er février 1871 aux Verrières, par le général Hans Herzog, commandant en chef de l'armée suisse et le général Clinchant commandant la 1re armée française (armée du général Bourbaki) à la suite de la défaite de la guerre franco-prussienne de 1870. La convention prévoit l'internement en Suisse des troupes françaises (87 000 hommes) alors encerclées par l'armée allemande. Sommaire

      1 Contexte
      2 Texte de la convention
      3 Voir aussi
          3.1 Articles connexes
          3.2 Bibliographie
      4 Notes et références
          4.1 Source
      

      Contexte Dernière page du chapitre III de l'article La Guerre de France 1870-1871, par Charles de Mazade, dans la Revue des deux Mondes, tome 102 (1872).

      Une armée de l'Est a été constituée dans le but de libérer Belfort. Le général Bourbaki est à son commandement, mais l'armée progresse lentement et von Werder organise une ligne de défense efficace qui lui permet de concentrer ses troupes au point où les Français font signe de lancer leur attaque principale. Cette attaque a lieu le 16 janvier, après une journée de préparation d'artillerie. L'armée de l'Est parvient à durement affaiblir ses ennemis et à les faire reculer à proximité de Belfort. Mais, à l'image de ce qui s'est passé à Mars-la-Tour six mois plus tôt, Bourbaki, surestimant l'adversaire et sous-estimant ses forces, donne l'ordre de revenir sur les positions initiales, refusant de poursuivre l'avantage. Le 17, ses troupes repoussent victorieusement une attaque surprise d'un régiment badois, mais restent encore sur place, puis le 18, Bourbaki ordonne la retraite.

      La retraite de Bourbaki vers Besançon fut coupée par d'autres forces allemandes dirigées par Manteuffel, et il fut contraint de replier son armée vers la frontière suisse. Ses troupes étaient dans une situation déplorable, et manquaient de nourriture. Des 150 000 hommes avec qui il était parti, il n'en restait plus que 87 847 dont 2467 officiers1.

      Le 26 janvier 1871, il délégua ses fonctions au général Clinchant et dans la nuit se tira une balle dans la tête. Mais la balle ricocha contre son crâne et, bien que grièvement blessé, il fut sauvé. Clinchant signa la convention des Verrières et ce fut alors le passage en Suisse où l'armée de l'Est fut désarmée puis internée dans les divers cantons de la Confédération2, avec l'aide logistique du Comité international de secours aux militaires blessés, future Croix-Rouge, et le soutien de la population civile suisse.

    • Le commentaire a été supprimé.

    • Le commentaire a été supprimé.

    • Pierre-Marie Epiney

      Magnifique ! Ca c'est de l'information.

    • Roger Monnard

      Je vous met la convention

      Texte de la Convention

      Entre Monsieur le général Herzog, général en chef de l'armée de la Confédération suisse, et Monsieur le général de division Clinchant, général en chef de la 1re armée française, il a été fait les conventions suivantes:

      Art. 1er - L'armée française demandant à passer sur le territoire suisse déposera ses armes, équipements et munitions en y pénétrant.

      Art. 2 - Ces armes, équipements et munitions seront restitués à la France après la paix, et après le règlement définitif des dépenses occasionnées à la Suisse par le séjour des troupes françaises.

      Art. 3 - Il en sera de même pour le matériel d'artillerie et ses munitions.

      Art. 4 - Les chevaux, armes et effets des officiers seront laissés à leur disposition.

      Art. 5 - Des dispositions ultérieures seront prises à l'égard des chevaux de troupe.

      Art. 6 - Les voitures de vivres et de bagages, après avoir déposé leur contenu, retourneront immédiatement en France avec leurs conducteurs et leurs chevaux.

      Art. 7 - Les voitures du Trésor et des Postes seront remises avec tout leur contenu à la Confédération helvétique, qui en tiendra compte lors du règlement des dépenses.

      Art. 8 - L'exécution de ces dispositions aura lieu en présence d'officiers français et suisses désignés à cet effet.

      Art. 9 - La Confédération se réserve la désignation des lieux d'internement pour les officiers et pour la troupe.

      Art. 10 - Il appartient au Conseil fédéral d'indiquer les prescriptions de détail destinées à compléter la présente Convention.

      Fait en triple expédition, aux Verrières, le 1er février 1871 .

      Signatures: Clinchant, Hans Herzog

    • Roger Monnard

      Articles connexes, notes et références

      Guerre franco-allemande de 1870 Armée de l'Est Siège de Metz (1870) Siège de Belfort

      Les Bourbakis : 1871 ; Constant Guignard ; Les Charbonnières : Éditions Le Pèlerin, 1998. (OCLC 61671258 (worldcat.org/oclc/61671258&amp...))

      Les bourbakis : l'internement en Suisse, en 1871, des unités de l'armée Bourbaki ; André Meyer, Jean-Pierre Chuard, Henri Daussy, Heinz Horat ; Lausanne : Éditions 24 Heures, cop. 1983. (OCLC 78007748 (worldcat.org/oclc/78007748&amp...))

      L'Armée de l'Est (20 décembre 1870 1 février 1871) ; Colonel Édouard Secretan ; 2 éd., Neuchâtel, Attinger Frères Éditeurs, 1894, p. 553. (OCLC 3821754 (worldcat.org oclc/3821754&lang=fr))

      Le général Bourbaki, 1816-1897. ; G de Corlay ; Abbeville, C. Paillart 1900. (OCLC 23425910 (worldcat.org/oclc/23425910&amp...))

      L'arrivée des «Bourbaki» aux Verrières (icrc.org/web/fre/sitefre0.nsf/... H) ; François Bugnion ; Revue internationale de la Croix-Rouge no 818, p. 191-203. 30 avril 1996.

      « Bourbaki, armée (hls-dhs-dss.ch/fr/articles/026...) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.

Roger Monnard
398 contributions
13 mars 2021
103 vues
2 likes
0 favori
6 commentaires
2 galeries
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
107,524
6,701
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.