Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Forage d'un nouveau puits filtrant aux sources du Morand

Forage d'un nouveau puits filtrant aux sources du Morand

1946
Pierre Auguste Chappuis
Philippe Chappuis

Visite aux sources du Morand en 1946, près de Villars-Bozon au Pied du Jura, des municipaux morgiens Louis Pache, municipal des travaux (à gauche), Pierre Auguste Chappuis municipal des Domaines ( photographe) et Edmond Lambert (à droite) chef des Services industriels depuis 1923, à l'occasion de la création par forage d'un puits de filtrage supplémentaire à celui de 1926 pour améliorer la production d'eau pour la ville de Morges.Le Morand prend sa source dans le Bois de Morges, dans une zone marécageuse mais il ne s'agit pas d'une source vauclusienne (résurgence d'une rivière souterraine, à la façon des eaux de la Fontaine de Vaucluse) comme il y en a de nombreuses dans le Jura, par exemple la source de la Venoge. L'eau du Morand provient de la nappe phréatique (nappe du Morand) particulièrement abondante:

"Le bassin Lémanique compte une vingtaine de grandes nappes souterraines de quelques km2 et qui alimentent entre 10 et 20 mille habitants chacune. Ce sont des nappes situées généralement à une dizaine de mètres de profondeur, solides et stables, qui réagissent peu aux précipitations et à la sécheresse. La nappe du Morand fait partie de celles-là. Depuis plus de 80 ans, elle alimente tous les ménages de la commune ainsi que les villages avoisinants à raison de près de 7000 litres par minute." (dans, "Les nappes souterraines lémaniques sous l'œil des hydrogéologues")

La source du Morand restera la source principale d'alimentation morgienne, nécessitant des améliorations des installations de captage, comme en 1926, forage d'un puits filtrant avec siphon automatique remplaçant le drainage simple et en 1946 un nouveau puits filtrant. En 1968, un nouveau forage révèle une nappe plus profonde qui permettra de faire face aux besoins accrus de la région morgienne.

Photographie de Pierre Auguste Chappuis

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Renata Roveretto

    Cher monsieur Philippe Chappuis, excellente documentation avec en prime les images très impressionnantes, lesquelles donnent envie de les revoir absolument après avoir tout bien lu...

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,331
6,469
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.