Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Repérage
Le Café des Grandes Roches  avant l'incendie de 1912

Le Café des Grandes Roches  avant l'incendie de 1912

Photographie des Arts Lausanne
Rémy Rochat

Cette image du café des Grandes Roches se trouve dans les Archives culturelles de la Vallée de Joux de Rémy Rochat des Charbonnières. Il la sous-titre ainsi "

Elle constitue très certainement la plus ancienne photo du Café des Grandes Roches, datant du début XXe siècle. Nous sommes toujours probablement au temps de Maurice Audemars qui cédera bientôt la patente à Arnold Bornand. Les murs de pierre sèche sont alors en parfait état. Non seulement le café est fort fréquenté, mais aussi l’on ne doit négliger d’aucune manière la partie agricole de l’entreprise.

Dans ce document en lien, Rémy Rochat complète son texte introductif par un texte, peut être de Samuel Aubert et par des photographies du café des Grandes Roches après sa reconstruction et avant sa vente avec alpage et chalet d'alpage en 1944 à la Commune de Morges.

Le bâtiment reconstruit entre 1913 et 1914, après l'incendie de 1912, diffère totalement d'avec le précédent. A l'occasion de la mise aux enchères de sa location en 1914, le propriétaire, l'horloger Jules Reymond-Aubert décrit la propriété ainsi:

Les Grandes Roches comprennent une maison de ferme avec café restaurant, jouissant d'une clientèle assurée, un domaine de 9 et demi poses , et alpage avec chalet du port de 22 vaches. C'est un bâtiment qui comprend un bel appartement, une vaste salle à boire, une salle à manger, une grande salle pour familles et sociétés, un magasin, un beau et vaste rural. Selon les désirs du fermier, il y a deux chambres au soleil pour pensionnaires.

On comprend bien ici le choix architectural assez ambitieux et inhabituel dans cette combe faisant coexister projet commercial et touristique et la poursuite de l'activité d'un alpage.

De 1944 à 1946, la commune de Morges maintiendra l'exploitation du café, puis elle le transformera en colonie de vacances.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Philippe Chappuis
2,077 contributions
25 juin 2021
26 vues
2 likes
0 favori
0 commentaire
2 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,618
6,437
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.