Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Le train fantôme Les Convers - Le Creux (1874-1888) Repérage

12 juillet 2015
Les Convers, Le Creux
Jean-Marie Bouverat

P1000788

C'est dans ce décor que se déroule notre histoire

L'arrivée du chemin de fer vers le milieu du dix-neuvième siècle fut une révolution d'un genre plutôt pacifique. Elle souleva des espérances significatives dans la plupart des lieux où son implantation était prévue. Des régions assez isolées du reste du monde allaient enfin pouvoir se relier avec le reste de leurs contemporains bénéficiant de positions plus favorisées. C'est plus l'attrait économique qui motive les troupes, le transport des voyageurs sans raison commerciale étant plus secondaire, il faut le souligner.

Sans être très en retard, la Suisse n'avait pas non plus une avance significative dans le développement des voies ferrées. Le contexte politique n'est pas totalement étranger à cela. La Suisse n'existe dans sa forme actuelle que depuis 1848. Le canton de Neuchâtel, bien qu'il en fasse partie depuis 1814, était encore sous la juridiction du roi de Prusse. La révolution de 1848, plus un mouvement d'humeur qu'un fait d'armes sanglant, ancra définitivement le canton dans la Suisse. Devenu république, il dispose d'un gouvernement qui n'a plus de compte à rendre à la Prusse, malgré une tentative de rétablissement de l'ancien régime en 1856. Le développement des voies de communication fut une des priorités du nouveau gouvernement cantonal. On peut considérer que par rapport aux moyens techniques de l'époque, l'implantation du chemin de fer se fit assez rapidement puisqu'il fallut une dizaine d'années pour que les liaisons ferroviaires principales soient fonctionnelles.

Il est vrai que géographiquement le canton offrait plus de difficultés que de facilités pour l'installation d'un réseau performant. Les montagnes du Jura ne sont pas particulièrement élevées, mais il y a presque 600 mètres de dénivellation entre les deux principales villes, Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds. Sur le plan purement cantonal, le défi était de relier ces deux villes entre elles, en continuant vers le Locle. Une autre liaison d'importance était la connexion avec la France par le Val-de-Travers jusqu'à Pontarlier. Cette dernière était considérée jadis comme la ligne idéale pour relier la Suisse à la France, liant les deux capitales. Par la suite, elle fut supplantée au niveau du trafic par la ligne Lausanne-Vallorbe.

Historiquement ce fut la liaison Le Locle-La Chaux-de-Fonds qui fut terminée la première et inaugurée en 1857. Celle de La Chaux-de-Fonds-Neuchâtel le fut en 1860, ainsi que la liaison Neuchâtel-Pontarlier.

Fin 1860, le canton de Neuchâtel a résolu une bonne partie de ses problèmes de transports par chemin de fer. Bien vite, l'exploitation du « Jura-Industriel », c'est son nom d'alors, se révélera un gouffre financier. La compagnie est déjà déclarée en faillite en 1861. Les années suivantes, elle passera sous divers groupes d'intérêts. Vendue, elle est exploitée en 1875 par la « Compagnie Jura-Bernois », avant de devenir « Société d'exploitation du chemin de fer du Jura-Neuchâtelois », suite à une votation populaire en 1886 qui exprime le mécontentement de la gestion de la société depuis 1875. Ce n'est guère que lors du rachat définitif par la Confédération en 1912 que la situation se stabilisera.

Le canton de Berne voisin décide lui aussi de s'y mettre et prévoit de relier les villages du vallon de Saint-Imier et de pousser jusqu'à La Chaux-de-Fonds, sous le nom premier de Compagnie du Jura-Berne (ou JBL). En 1874, la connexion est établie avec le réseau neuchâtelois via la gare de Convers. Cette option est préférée car elle ne nécessite qu'un tunnel de 152 mètres. Le côté peu pratique reste la manière dont l'embranchement est fait, il implique un rebroussement dans cette gare coincée entre deux tunnels.

On peut s'étonner du manque de jugement dans sa conception, pour ce point et encore d'autres, car il aurait été plus simple de faire un raccordement à l'entrée du tunnel qui va en direction de la Chaux-de-Fonds. Techniquement c'était possible et résolvait le problème de retournement des locomotives à vapeur qui n'ont en principe qu'un sens de marche idéal. D'autant plus qu'à ma connaissance, il n'a jamais existé de plaque tournante à la gare des Convers.

Soulignons qu'au début, la Compagnie Jura-Berne était en quelque sorte invitée sur le tronçon neuchâtelois, invitation qu'elle payait d'un droit de passage. D'après ce que je sais, la somme était de 50.000 francs de l'époque et par année.

Relier ces lignes entre elles par les Convers fut un manque de vison à court terme, alors qu'il apparut bien vite que l'idéal serait de la remplacer pour une liaison plus directe en perçant un tunnel sous le Mont-Cornu. Le percement de ce tunnel fut achevé en 1888, ce qui condamna le raccordement des Convers, qui n'aura été en service que 14 ans. Elle fut définitivement abandonnée en 1895.

P1000772

La gare du Creux fut construite pour la mise en service de la nouvelle ligne en décembre 1888. On peut s'étonner de mettre une gare dans un coin où il n'y a pas dix maisons dans les environs, mais n'oublions pas que la gestion du trafic dépend alors énormément du facteur humain. Elle monte en quelque sorte la garde à l'entrée du tunnel et régularise le trafic. Il y avait alors fréquemment une guérite ou une maison habitée par un employé des chemins de fer, avoisinant les ouvrages d'une certaine importance.

Quelques péripéties qui firent la "une" des journaux de l'époque

J'ai choisi de vous emmener faire une balade le long de cette ligne oubliée, pas à pas, mètre par mètre. Plutôt que d'employer un texte technique ou d'historien, j'ai préféré le présenter sous une forme plus rêveuse, un peu poétique, sans concurrencer Verlaine. Il est certain que ces lieux s'y prêtent admirablement.

Note: certaines photos de cet article datent de 2005. Pour des photos complémentaires, je suis retourné explorer l'endroit. J'ai constaté que certains vestiges avaient depuis disparus. Le gare des Convers a été rasée, les rails cachés sous l'herbe également. Les anciennes photos prennent la forme de documents témoins du passé plus récent. Aujourd'hui, il faut encore plus deviner qu'une ligne de chemin de fer existait le long des deux kilomètres qu'il faut parcourir pour l'explorer.

La gare des Convers avant 1900

Voyez les silhouettes des âmes qui figurent sur cette scène. Elles sont parties vers leur destin, vers des jours tristes ou rieurs. La nuit est tombée, les jours, les mois, les années se sont perdues dans les dédales du temps. Peut-être dans mon enfance, j'ai rencontré un vieillard, dernier survivant sorti de cette image immobile. Peut-être dans un rêve futur, sortant des mystères de l'invisible, il viendra me rendre visite pour me souffler qu'il n'a pas disparu, qu'il a seulement cessé d'exister. Peut-être me dira-t-il que les choses ne disparaissent pas tout à fait, qu'il y a une porte, des portes, qui mènent vers le passé, le futur.

Je n'ai pas trouvé le futur, mais je sais déjà que le passé se meurt lentement, d'autant plus lentement qu'il a vécu intensément. Le futur effacera la dernière trace, dans un an, dans un siècle, nul ne sait.

Partons vers ce passé, découvrir les quelques restes de ce qui fut une page de l'histoire d'un coin de terre, de quelques hommes et de beaucoup de souvenirs.

Comme il est difficile de s'imaginer maintenant en pénétrant en ces lieux, ce qu'ils furent jadis. Les volutes de fumée haletantes, le bruit des machines, le sifflet des locomotives, résonnent encore dans l'écho qui les emporta vers le loin. Peut-être que dans sa course infinie, il s'approche maintenant d'une étoile lointaine.

Il y a plus de cent ans, dans un endroit aujourd'hui si calme, si paisible, roulait un train. En allant nous promener tout au long de l'endroit où il passait, on peut encore entendre, si on tend bien l'oreille, le bruit de la locomotive à vapeur, respirer l'odeur du charbon dans un coin de notre imagination. Tous ceux qui l'ont vu rouler ont aujourd'hui disparus. Pourtant en étant un peu curieux, il y a encore ici et là des témoins de sa grandeur passée, souvent enfouis sous l'herbe ou recouverts de mousse verdâtre. Parfois, le chemin caillouteux est le seul vestige qui peut encore éclairer notre imagination, créer des images arrachées aux fantômes du passé, un passé d'autant plus insaisissable que nous ne l'avons pas connu.

Des fantômes, je n'en ai pas vus, ils se sont enfuis, sachant que j'allais venir. Tant pis, j'ai pour un moment refait le voyage seul, je suis monté dans le train qui n'existe plus et qui ne mène plus nulle part. Et pourtant, un jour il y a longtemps, là où j'ai passé, un train soufflant ses jets de vapeur passait. Remontons le temps

A2

De ce tunnel sortent encore des trains qui sont bien réels. Jadis, un embranchement aiguillait les trains sur la ligne fantôme.

P1000798

Un bout de quai d'une gare disparue, seul témoin encore présent. Sur la droite de la voie actuelle partait le vieux train.

A5

A côté du ballast nu, deux lutins nous attendent pour nous emmener vers cette promenade un peu mystérieuse.

A6

Mais oui, c'est par ici, disent les lutins. Imaginez qu'un train passait ici!

A7

En fouillant l'herbe, à mes pieds, au monde des vivants se cache un rail.

A8

Une traverse métallique à peine apparente, les herbes cachent des secrets.

A32

Les orties, seul moyen de défense contre celui qui voudrait jouer au forgeron.

A10

Une traverse en bois. Depuis combien d'années est-elle là?

A11

La voie se cache là-dessous. Quand j'étais enfant elle servait encore de voie de garage pour entreposer des vieux wagons rouillés.

A13

Des arbustes poussant selon leur gré sur un tapis de feuilles mortes. Dessous, une voie.

A14

Un rail, triste et solitaire, les arbres se moquent bien de lui.

A15

Un heurtoir, la fin silencieuse de l'aventure visible.

A16

Le sentier continue, le rail est derrière. Entre rocher et précipice, le train a roulé sur ce sol.

A17

Un mur de pierre qui servait de soutien au rail

A18

Un autre plus imposant, à gauche trente mètres de vide, brrr...

A19

Nous sortons du bois, bref retour à aujourd'hui, une maison cachée derrière le feuillage, un véhicule et le chemin qui continue vers les souvenirs.

A30

Deux raies caillouteuses qui vont vers l'horizon. Deux rails, il y a bien longtemps...

A21

Une lisière de forêt a remplacé le chemin de fer

A22

Avant de se cacher dans d'autres feuillages, une butte construite par l'homme...

P1000793

Un fouillis de bois mort et plus loin...

A23

Surgi du passé, les ruines d'un tunnel, vestige qui nous prouve qu'un train passait par là...

P1000790

Une haleine glacée sort des éboulis...

P1000781

Franchissons la colline et nous voici de l'autre côté, même spectacle de désolation...

A27

Un mur de soutènement, qui prouve encore son efficacité et le talent de l'homme capable de construire plus solide que lui.

P1000784

Entre deux parois rocheuses menant au tunnel, un silence parfait.

P1000777

Un petit val ombragé et courbé mène à un tunnel oublié.

P1000778

Un détail d'une histoire passée

P1000776

Quelques restes de ballast encore présents nous mènent ailleurs...

A33

Une autre ancienne petite gare dans un coin perdu où nul train ne s'arrête plus.

A31

La ligne actuelle, celle qui a remplacé celle que nous venons de parcourir dans les souvenirs.

Les trains y passent encore. Ils emmènent leurs passagers vers d'autres ailleurs, d'autres rêves. Leurs rêves seront-ils plus beaux que les images qui se baladent dans ma tête? J'ai rêvé de trains à vapeur, de mécaniciens aux gueules noires de charbon, de belles dames en crinoline et de beaux messieurs en habits élégants. Tous, ils sont venus vers moi pour un instant, surgissant du passé pour y retourner jusqu'au prochain voyage. Il y a deux petits lutins qui attendent les prochains voyageurs, là-bas, au début de l'embranchement fantôme qui mène vers le train qui ne va nulle part, sauf au pays des rêveries. Peut-être vous attendent-ils?

Note : l'ancienne gare du Creux n'est pas un endroit abandonné, elle est encore habitée. Il est inconvénient de s'approcher et d'importuner les résidents en essayant de regarder par les fenêtres ou de pénétrer dans les lieux, l'endroit est privé.

Jean-Marie Bouverat

Toutes les photos en couleurs et le texte sont de l'auteur de l'article

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
102,582
6,097
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.