Repérage
Chevrier de Fionnay

Chevrier de Fionnay

1 janvier 1935
Collection André Groux
Sylvie Bazzanella

Qui peut nous renseigner quant à l'identité du chevrier de Fionnay.

Fionnay, village valaisan, se situe dans la commune de Bagnes (District d'Entremont)

Monsieur Philippe Bruchez, en date du 13/04/2018, nous informe qu'il s'agit de Maurice Rossoz habitant à la Montoz.

Grand merci !

© Collection particulière de André Groux, Lausanne.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Michel Savioz

    Est-ce le même personnage ?

    LA CHASSE ET LA... CONTREBANDE

    LA MONTOZ (Set). — Samedi dernier les conseillers communaux Bessard (Le Châble), Bruchez (Versegères) et Fellay (Lourtier) avaient l'agréable tache de rendre visite à M. Maurice Rossoz qui fêtait dans sa maison et entouré de ses deux enfants son 90% anniversaire. Aujourd'hui encore alerte et plein de vie, vaquant quotidiennement à l'entretien de son bétail, au ramassage du bois et aussi aux divers travaux de tout agriculteur de montagne, M. Rossoz est une personne fort connue dans les milieux de la chasse et aussi, pourquoi ne pas le dire, de la contrebande. Il fut le porteur et ami de feu Maurice Troillet qui chassait en compagnie d'Henri Charles, de regrettée mémoire également et du père Burrus de Boncourt. Pendant de longues années, et spécialement pendant l'hiver, M. Rossoz fut également le gardien des hôtels de Fionnay qui recevaient souvent l'indésirable visite des contrebandiers italiens qui pillaient en ce temps là toute la région. L'alerte nonagénaire fut en quelque sorte le promoteur du retour des bouquetins, dans le val de Bagnes. Chassant dans la région du Mont-Pleureur avec Maurice Troillet, il devait demander au conseiller d'Etat de procéder à l'achat de bouquetins. La réponse vint quelques jours plus tard : très difficile et presque impossible. Alors, j'ai dit à Maurice : « va voir à Bourg-Saint-Pierre, y'a un contrebandier qui tient une épicerie. Il te fera venir, lui, huit petits magnifiques... » et effectivement, quelque temps plus tard, par cette adresse, le val de Bagnes recevait une nouvelle famille de bouquetins.

    À la rituelle question : « comment faites-vous pour atteindre ce bel âge ?», M. Rossoz, pétillant de cet humour authentiquement bagnard nous a répondu : « Il faut boire un café tous les matins et puis, pas mourir avant. » Nous nous faisons un plait de joindre aux félicitations de la municipalité de Bagnes, nos vœux les meilleurs à l'adresse de cet ancien et fervent chasseur. Nouvelliste, 31 mars 1972

    • Yannik Plomb

      notrehistoire.imgix.net/photos... Le nouvelliste, Volume 5, Numéro 78, 31 mars 1972

      Selon sa généalogie :Ouvrier à la carrière de pierres ollaires de Bocheresse. Il serait également un des premiers Bagnards à fabriquer des skis.

Sylvie Bazzanella
3,262 contributions
11 juillet 2013
888 vues
4 likes
1 favori
2 commentaires
5 galeries