Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Le soutien du Dr. Fernand Cardis à l'OCL et à Victor Desarzens

Le soutien du Dr. Fernand Cardis à l'OCL et à Victor Desarzens

De Jong photographe Lausanne, DR, autorisé aimablement par Truus de Jong photographe. Av. de Tissot 17 1006 Lausanne.
Martine Desarzens

Le Dr. Fernand Cardis de Lausanne, à joué un rôle déterminant dans l'avenir de l'OCL

Si la radio, en la personne d'Edouard Moser, joua un rôle important dans la création de l'OCL, le soutien et l'appuis d'amis dévoués à la musique fut non moins essentiel.

"Ce furent d'abord le Professeur Marc Amsler, le Dr. Fernand Cardis auxquels s'étaient joints les peintres René Auberjenois et Charles Clément, le pianiste Florian Cosandey, Emmanuel Faillettaz, Albert Mermoud, l'éditeur fondateur de la Guilde du Livre.

La conjoncture de ces énergies, le charisme de Victor Desarzens qui avait su s'entourer d'amis fidèles amoureux de la musique a certainement contribué à assurer la vie de l'OCL malgré le grand manque de ressources financière.

Conduit par une énergie magnifique le Dr. Fernad Cardis sait qu'il faut trouver ces ressources. Radio-Lausanne demeure l'employeur des musiciens. Il ne faut pas moins trouver un financement pour les cachets qu'elle sous-tend.

Les 450 places de la Maison du Peuple vendues même intégralement entre 2 et 4 francs (environ 10 ou 20 francs aujourd'hui, ne suffit pas-de loin-à couvrir les frais des musiciens touchant 40 à 50 francs (200 à 250 francs aujourd'hui) par concert…

En homme d'action, le président du comité, Fernand Cardis, se tourne d'abord vers Radio-Lausanne, Marcel Bezençon directeur fait une fois de plus des miracles accepte de délier sa bourse.

Dopé par cette première victoire, le tandem Cardis-Desarzens se tourne alors vers le Syndic ; le premier subside communal est « arraché », et c'est tout ce qui compte disait le Dr. Fernand Cardis.

Comme l'avais toujours imaginé Victor Desarzens, l'OCL devient une institution pour la Ville de Lausanne. "

Extrait; « Tout là-haut sur la terre; «Victor Desarzens et son temps ». Antonin Scherrer, biographe de Victor Desarzens.

Voir aussi;http://www.notrehistoire.ch/video/view/1018

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,258
6,403
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.