Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Pont sur le Valsorey, réalisation d'Ignace Venetz en  1844

Pont sur le Valsorey, réalisation d'Ignace Venetz en  1844

1921
Julien Frères Photos. Genève
Héritiers des albums de René Burnand

Cette belle et spectaculaire image dans l'album n° 10 de René Burnand (1921-1924), souvenir d'une balade au Grand-St Bernard avec le Colonel Mercanton.

Ci-dessous une autre vue en 1917 du nouveau pont due à Samuel Tzaut et mise sur NH par Maurice Perry

Ce pont et ce bel enjambement du Valsorey ne laisse pas indifférent et offre un bel exemple de construction des ponts en pierres, voûte surbaissée reposant sur 2 culées, technique maîtrisée de longue date par les constructeurs romains.Ce pont fait partie de l'inventaire des voies de communications historiques d'importance nationale (ISOS) et a fait l'objet d'une observation détaillée dont j'extrais ce passage:

La route carrossable du Grand Saint-Bernard atteint Bourg-Saint-Pierre en 1855. Toutefois la sortie amont du village est déjà aménagée au début des années 1840 et dès 1835 les habitants du Bourg s’étaient réunis pour établir une route pour atteindre Sarreire (environ 1.5 km en amont de Bourg St Pierre). Dès 1843 on aménage la sortie du village pour rejoindre ce tronçon par un nouveau pont sur le Valsorey, construit en 1844. En 1843, l’ingénieur Ignace Venetz décrit son projet ainsi : il « sera en bonne maçonnerie à mortier ayant trente six pieds d’ouverture [env. 11 m] et vingt de largeur y compris les parapets. L’arche sera surbaissée au quart. Le tout fondé sur le roc solide. La clef de voûte aura deux pieds d’épaisseur. » On aménage aussi une route en corniche contournant la colline du Château, terminée en 1847. Dans les années 1850 on poursuit jusqu’à la cantine de Proz, principalement aux frais du tenancier de cet établissement désireux d’aménager son accès par une voie carrossable. La réalisation du projet se heurte en partie à l’opposition des guides de la région qui ont peur de perdre leur gagne-pain en voyant le service de diligence poursuivre plus haut.

Ci-dessous la Cantine de Proz vers 1880 mise sur NH par Yannick Plomb

Les 2 passage de Valsorey sur Swisstopo avec le marquage ISOS national

Ce nouveau pont remplace l'ancien passage par le pont Saint Charles. Ce passage très ancien, permettant l'accès au Grand St Bernard fait également l'objet d'une description par ISOS

Le site sur lequel est construit le village de Bourg-Saint-Pierre sur la route du Mont-Joux aurait été déjà habité à l’époque romaine. Quaglia suppose l’existence d’un relais étant donné «les nombreux vestiges de constructions romaines qui y ont été trouvés». Un monastère-hospice consacré à saint Pierre apparaît dans les textes entre 812 et 820. Mentionné régulièrement par la suite, le monastère-hôpital de Saint-Pierre est pillé par les Sarrasins au milieu du Xème siècle. En 990, Sigéric, archevêque de Canterbury, y fait halte à son retour de Rome. En 1011 Rodolphe III, roi de Bourgogne, donne l’abbaye de Saint-Pierre de Mont Joux en dot à son épouse Ermengarde. Suite à la fondation de l’hospice sur le col vers 1050, celui de Bourg-Saint-Pierre perd peu à peu de son influence, mais fonctionne encore en 1320 puisque des abbés y logent. Le bâtiment est affecté au service de la paroisse dans le courant du XIVème siècle. Un bourg fortifié, le « burgus sancti Petri » mentionné dans les textes depuis 1125, se développe autour de l’hospice. La communauté rurale de Bourg-Saint-Pierre qui date du début du XIVème siècle vit du trafic engendré par le passage du Grand-Saint-Bernard, le marronnage (service de guides) du Bourg à St-Rhémy de l’autre côté du col (déjà connu au Xème siècle et attesté en 1406), l’octroi des droits de voiturage (connu au début du XIVème siècle), de souste (env. 1430 – 1786) et de péage (XVIème – 1808) par les comtes de Savoie tout d’abord, puis par les dizains, lui assurent jusqu’au début du XIXème siècle des revenus importants jalousés par les communautés avoisinantes. /.../L'ancienne route quittait le village de Bourg-Saint-Pierre par la rue menant au pont Saint-Charles sur le Valsorey pour rejoindre la route carrossable derrière la maison de douane. Il longe la colline du Château sur son flanc est. Le pont Saint-Charles, dont la date de construction précise nous échappe (certains le datent de l’époque carolingienne), commandait l’entrée de Bourg-Saint-Pierre par le sud. Il était fortifié, muni d’une porte-tour, démolie en 1875 .

En voici une reconstitution sur cette photographie d'ISOS datant de 2001

notrehistoire.imgix.net/photos...

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Philippe Chappuis
2,192 contributions
21 mars 2022
20 vues
4 likes
0 favori
0 commentaire
3 galeries
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
107,622
6,676
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.