Concours photo "La rue, témoin de nos passions": publiez-vous images jusqu'au 25 mars ! Toutes les infos
00:00:00
00:06:41

En prison pour avoir aidé le FLN (3/6) Jean Mayerat

18 mars 2022
David Glaser, reporter FONSART

Jean Mayerat a été un des créateurs de "Plans-Fixes". Il a toujours eu cette curiosité des autres, ce regard attentif. Il l'exprimera à travers sa passion pour la photo. Il est né à Yverdon, une ville précieuse pour son apprentissage, ses valeurs, son ouverture au monde des travailleurs. Après la guerre, il entre à la Poste et va cultiver sa sensibilité d’homme de gauche, ce qui lui vaut des problèmes, surtout vis-à-vis de personnalités conservatrices incarnant le pouvoir et l’anticommunisme. 1953, l’année du changement, il fait une formation de dessinateur-architecte. Il se met à tourner des films dans ce domaine. En 1960, en pleine guerre d’Algérie, il est arrêté avec sa femme pour avoir transporté des journaux interdits de Suisse en France, le journal s'appelle « El Moudjahid » et est édité par le FLN. La sentence est impitoyable. Un an de prison à Besançon, une année difficile loin de sa famille, sa famille bénificie d'un sursis. Il découvre des prisonniers algériens engagés pour des valeurs justes. Il tue le temps en dessinant à ses enfants de magnifiques petites vignettes qu'il envoie par la poste. En 1977, c’est la création de « Plans-Fixes », avec une petite équipe de copains, Michel Bory et Nag Ansorge. Voici le deuxième partie de notre interview (en six parties) où il est question entre autres de son arrestation ainsi que celle de sa femme.

Le photographe et cinéaste vaudois revient sur son éducation politique, écologique, ouvrière et humaniste dans cette troisième partie.

Portrait de Jean Mayerat (Droits réservés)

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
3 juin 2022
79 vues
2 likes
0 favori
0 commentaire
2 galeries
00:06:41