Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
00:00:00
00:12:33

W.A. MOZART, Sérénade No 6, «Serenata notturna», KV 239, OCL, Ferenc FRICSAY, 19.11.1951

19 novembre 1951
Radio Télévision Suisse
René Gagnaux

Le 19 novembre 1951 Ferenc FRICSAY conduisait l'Orchestre de Chambre de Lausanne - un concert donné au Théâtre Municipal de Lausanne, avec des oeuvres de Mozart - Serenata notturna, KV 239 -, Bartok - Divertimento, Sz 113 -, Rossini - Sonata per archi en do majeur No. 3 - et Haydn - Symphonie No. 101, «L' Horloge».

Illustrant ce descriptif: à gauche un portrait inhabituel de Mozart - une gravure provenant de la Bibliothèque Nationale de France - et Ferenc Fricsay.

Ferenc Fricsay était alors en tournée en Suisse Romande, venait de diriger avec succès le Fidelio de Beethoven au Grand Casino de Genève: "[...] Au pupitre : M. Ferenc Fricsay, de l'Opéra de Berlin. Cet artiste, que nous entendions pour la première fois, s'est révélé un chef d'une réelle autorité, au métier très sûr, plus apte sans doute à affirmer les côtés dramatiques et vigoureux d'une telle oeuvre qu'à dégager son émotion pénétrante. Il tint en outre tout son plateau remarquablement en main, et sut donner du mordant à nos choeurs. [...]" Franz Walter dans le Journal de Genève du 7 novembre 1951 en page 7.

Ferenc FRICSAY, photo de presse DGG

parue entre autres sur la pochette DGG LPM 18 580-82

C' est à Salzburg, en janvier 1776 (*), que Mozart composa cette courte pièce assez inattendue, qui tire ses effets des oppositions entre deux formations orchestrales:

- l'une avec les instruments solistes: 2 violons, alto et contrebasse

- l'autre avec timbales, violons 1 et 2, altos et violoncelles.

(*) L'autographe de la partition de cette sérénade est conservé à la Bibliothèque de l'Institut de France à Paris (Ref.: Ms 2646), daté de janvier 1776, une datation reprise lors de la première édition de l'oeuvre

Son titre «Serenata notturna» devrait annoncer une musique conçue pour accompagner quelque activité en plein air, par une chaude soirée (d'été). Mais comme elle est datée de janvier 1776, et que Mozart composait ses oeuvres quasiment pour un usage immédiat, elle aurait donc plutôt dû être composée pour une activité tenue à l'intérieur?! On n'en sait toutefois rien - et on ne peut faire que des suppositions - Fêtes du Nouvel An, Carnaval, ou tout simplement un dîner de gala?!

"[...] La grandeur de la Serenata notturna peut être attribuée, dans une large mesure, à son orchestration particulière: deux groupes de musiciens séparés y sont mis à contribution. L'un de ces groupes est un ripieno composé de premiers et seconds violons, d'altos, de violoncelles et de timbales; l'autre est un concertino regroupant un premier violon, un second violon, un alto et une contrebasse.

La composition de chacun des deux ensembles est assez inusitée: le ripieno (le groupe orchestral) offre un cas très rare (pour l'époque) d'utilisation des timbales dans un rôle de soliste et, qui plus est, sans le traditionnel accompagnement de trompettes. Le concertino (le groupe soliste) fait usage de la contrebasse au lieu du violoncelle.

Les deux ensembles étaient vraisemblablement disposés aux deux extrémités d'une grande salle, voire dans des salles adjacentes. Mozart tire le meilleur parti des possibilités d'alternance, d'effets d'écho, et de contrastes de couleurs et de textures que lui offre cette disposition.

Le mouvement d'ouverture est une marche, une musique sur laquelle les musiciens avaient coutume de parader en entrant dans la salle ou en se rendant à l'endroit précis qu'ils allaient occuper jusqu'à la fin du morceau. Le second mouvement est un élégant menuet où règne en maître le rythme lombard (succession rapide d'une note brève accentuée et d'une longue valant trois fois la brève). On peut entendre tout au long les effets d'écho produits par la séparation des deux groupes instrumentaux. Le finale est un rondo ayant pour sujet principal un thème «à la turque», alternant avec plusieurs mélodies populaires de l'époque. [...]" cité d'après un texte de Robert Markow publié dans un programme de concert du Centre National des Arts (Canada) de la saison 2011-2012 ( 13 juin 2012)

Le 19 novembre 1951, Ferenc FRICSAY dirigeait donc le 3e concert d'abonnement de l'Orchestre de Chambre de Lausanne:

Le concert fut diffusé sur l'émetteur de Sottens le surlendemain, 21 novembre 1951, dans le cadre du traditionnel concert du mercredi soir.

Il fut commenté dans la Gazette de Lausanne du 22 novembre 1951, par le chroniqueur "Ed. H." - probablement Edouard Henriod: voir cet article.

L' enregistrement que vous écoutez...

Wolfgang Amadeus Mozart, Sérénade No 6 en ré majeur pour orchestre à cordes et timbales, «Serenata notturna», KV 239, Orchestre de Chambre de Lausanne, Ferenc Fricsay, 19.11.1951, Théâtre Municipal de Lausanne

1. Marcia Maestoso 03:07 (-> 03:07)

2. Menuetto 04:08 (-> 07:15)

3. Rondo: Allegretto - Adagio - Allegro 05:17 (-> 12:32)

Provenance: Radiodiffusion, Archives Radio Television Suisse

Lire cet article pour une présentation - ainsi que l'écoute - du Divertimento de Bartok, la 2e oeuvre au programme de ce concert, après cette Serenata Notturno.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,911
4,816
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.