Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

1936: la première voiture de reportage radio Repérage

juillet, 1936
Radio-Genève, Rapport SSR 1936
Valérie Clerc

L'entrée en service des voitures de reportage est un moment clé de l'histoire de la radiodiffusion. La première voiture de Radio-Genève fait l'objet d'une description minutieuse dans le rapport d'activité de la SSR en 1936. Son équipement est au centre de l'intérêt. Véritable concentré de technologie embarquée, sa description invite les autres sociétés radiophoniques à se doter de véhicules similaires. Aujourd'hui, cet extrait est un témoignage important de la conception du véhicule.

Disposition générale

La voiture de reportage a et conçue en vue de se substituer a l'équipement fixe du studio chaque fois qu'il n'est pas possible de raccorder celui-ci au lieu de diffusion soit directe ou différée. Ce but étant fixe, la voiture a été réalisée de la façon suivante:

Carrosserie de fourgon montée sur châssis ambulance, distribution comme suit:

  1. la cabine du chauffeur pouvant être utilisée comme studio pour les interviews:
  2. la cabine de l'opérateur contenant tout le matériel de transmission et d'enregistrement;
  3. Ie toit, avec accès par échelle extérieure, permettant au reporter de décrire ce qu'il voit depuis un point élevé.

Equipement

La cabine de l'opérateur comprend symétriquement a gauche: un châssis supportant les panneaux d'alimentation (appareils de mesure, commutateurs, etc.); à droite: un châssis supportant l'amplificateur microphonique, l'amplificateur d'enregistrement, le mélangeur, le signal de pause et la centrale téléphonique; en avant: l'enregistreur à double plateau monté sur cardan permettant un travail de durée illimitée, le haut-parleur et le récepteur de contrôle. A gauche et à droite, au-dessus des glaces Iatérales, 6 casiers à portée de main contiennent des disques vierges ou enregistrés. A gauche et a droite, entre les châssis susmentionnés et l'enregistreur, des tablettes facilitent la manipulation des disques; au dessous de ces tablettes, les tiroirs d'outils et d'accessoires. De part et d'autre du couloir central, en arrière des châssis d'alimentation et d'amplification, se situent les armoires de matériel accessoire, téléphone, signaux, amplificateurs de réserve, unité d'alimentation. Ces armoires sont prévues pour recevoir une extension éventuelle de l'équipement de transmission. A l'arrière, au centre, la porte d'accès; de part et d'autre de cette porte, les armoires contenant les enrouleurs de câble à contact permanent; Ces armoires contiennent en outre la perche démontable pour la pose des lignes, les mâts d'amarrage des câbles sur la voiture et une échelle mobile. Sous le plancher de la voiture, dans des coffres spéciaux, sont installées les différentes machines, commutatrices, convertisseurs, groupe de charge. La batterie d'accumulateurs et les piles de réserve. A l'extérieur, des coffres latéraux permettent, à gauche, le raccordement du camion a un réseau (l'alimentation alternatif ou continu; à droite, Ie raccordement à un réseau téléphonique (modulation et conversation).

Cette disposition générale permet à un seul opérateur d'avoir sous les yeux et à portée de main tous les organes de transmission. Il a devant lui l'enregistreur qu'il peut commodément manipuler, à gauche le contrôle des différentes alimentations, à droite le contrôle de la transmission et Ie téléphone.

De plus, dans un reportage rapide comme Ie Tour de Suisse, l'opérateur peut préparer et mettre en marche, pendant que la voiture roule, tout ce qui est nécessaire à un enregistrement, à une reproduction ou une transmission directe. Le travail du second opérateur sera dans ce cas, et dès l'arrêt de la voiture, la connexion au réseau téléphonique et le déroulement du câble microphonique. Tout le courant d'alimentation nécessaire dans un tel reportage est fourni par la batterie d'accumulateurs auxiliaire qui, par l'intermédiaire de la commutatrice, produit le courant alternatif 50 périodes nécessaire pour faire tourner à vitesse constante les plateaux d'enregistrement.

Source

Rapport d'activité de la SSR, 1936, pp. 97-98.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Valérie Clerc
48 contributions
30 mai 2022
114 vues
2 likes
1 favori
0 commentaire
4 galeries
Partenariats éditoriaux 2022:
Partenaires de soutien:
107,805
6,722
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.