Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Paul PARAY, «Sanctus - Benedictus» et «Agnus Dei» de la «Messe du cinquième centenaire de la mort de Jeanne d'Arc», OSR, Paul PARAY, 1952

RSR resp. RTSR
René Gagnaux

Le samedi 26 avril 1952, la «Société de Chant L'ORPHÉON», de Neuchâtel, dont Carlo BOLLER fut le directeur à partir de 1942, prévoyait de célébrer son centenaire avec un concert qui aurait du être dirigé par Carlo Boller, hélas décédé prématurément le 23 janvier précédent, suite à une intervention chirurgicale, âgé de seulement 55 ans.

Pour ce jubilé, Carlo Boller avait mis au programme la «Messe du cinquième centenaire de la mort de Jeanne d'Arc» pour solistes, choeur et orchestre de Paul PARAY. Ce dernier, dans un geste d'amitié qui toucha vivement le monde musical romand, accepta de le remplacer: ce samedi 26 avril 1952 il dirigea donc l'ORPHÉON et l'Orchestre de la Suisse romande:

"[...] UN CENTENAIRE À NEUCHATEL - Hommage à la mémoire de Carlo Boller

Fondée quatre ans après l'avènement de la République neuchâteloise, la société de musique «l'Orphéon» de Neuchâtel, qui n'a cessé de «cultiver l'art, la beauté et l'amitié par le chant», a célébré samedi et dimanche son centenaire.

Ces fêtes étaient préparées depuis de longs mois. Désireux de marquer son anniversaire d'une façon exceptionnelle, «l'Orphéon» avait mis à l'étude - sous la direction de M. Carlo Boller, qui dirigeait l'ensemble depuis dix ans - la «messe» pour le 500me anniversaire de la mort de Jeanne d'Arc, de Paul Paray. La mort de Boller vint jeter le désarroi dans les rangs des musiciens. Fort heureusement, le compositeur de l'oeuvre, M. Paul Paray, directeur des Concerts Colonne, de Paris, accepta de venir diriger lui-même. C'est ce qui a valu aux Neuchâtelois de pouvoir écouter samedi soir, au temple du Bas, cette oeuvre de qualité exécutées dans des conditions et avec des moyens qu'elle a rarement connus.

Un des moments les plus pathétiques de la soirée fut l'hommage ému que le grand chef d'orchestre Paul Paray rendit - avant de diriger son oeuvre - à la mémoire de Carlo Boller.

À l'issue du concert, une réception avait lieu au casino de la Rotonde où MM. André Richter et P. Sauvin, de l'Orphéon, saluèrent leurs invités avec une exquise urbanité et décernèrent le titre de membre honoraire de la société à M. Paul Paray, follement acclamé.

La célébration proprement dite du centenaire se fit hier dans la salle du Grand Conseil. L'historique du groupement centenaire fut présenté avec une émouvante sobriété par M. Jean Pfaff, président des fêtes du jubilé, puis par M. A. Richter. M. Edmond Guinand, vice-président du gouvernement cantonal, puis M. Paul Rognon, président de la Ville de Neuchâtel, vinrent apporter les voeux des autorités cantonales et communales. Tous les orateurs rendirent, de façon diverse, hommage à la mémoire de Carlo Boller dont le fils aîné était dans la salle.

Un banquet groupa ensuite les participants au casino de la Rotonde.

Signalons que le concert de l'Orphéon sera donné ces jours prochains à Paris et a Orléans. [...]" cité du Journal de Genève du 28 avril 1952, page 2.

Le Temple du Bas de Neuchâtel en 1806 (cité de la plaquette de Jean Courvoisier publiée pour le 300ème anniversaire de la dédicace du Temple du Bas, décembre 1996).

Le concert fut donné dans le Temple du Bas de Neuchâtel, une église datant de 1695-1697, plus tard utilisée comme salle de concert, actuellement - 2018 - en cours de restauration en véritable salle de concert, du moins comme projet.

Les solistes étaient Suzanne DANCO, soprano, Marie-Lise de MONTMOLLIN (*), alto, Franz MERTENS, ténor et Paul SANDOZ, basse; Samuel DUCOMMUN, organiste titulaire de la collégiale de Neuchâtel, était à l'orgue.

Le concert fut diffusé le lendemain sur l'émetteur de Sottens, à 17h dans la traditionelle émission de l'«Heure Musicale».

Pour écouter ...

Paul Paray, «Sanctus - Benedictus» et «Agnus Dei», 3e et 4e parties de la «Messe du cinquième centenaire de la mort de Jeanne d'Arc» pour solistes, choeur et orchestre (1931), Suzanne Danco, soprano, Lise de Montmollin, alto, Franz Mertens, ténor, Paul Sandoz, basse, Samuel Ducommun, orgue, Société Chorale et Société de Musique l'Orphéon, Neuchâtel, Orchestre de la Suisse Romande, Paul Paray, 26 avril 1952, Temple du Bas, Neuchâtel

(41:13) 3. Sanctus - Benedictus

(49:36) 4. Agnus Dei

... de l'épisode «1952» de la série «Les annales radiophoniques de l'OSR» de Jean-Pierre AMANN, cliquer sur les liens ci-dessus qui ouvrent une nouvelle fenêtre avec l'audio démarrant au minutage en question, ou cliquer ici pour démarrer l'audio au début de la présentation faite par Jean-Pierre Amann.

(*) Marie-Lise de Montmollin

30 septembre 1918, Neuchâtel - 2015

Marie-Lise de Montmollin étudie la musique dès son enfance. Elle étudie ensuite au Conservatoire de La Chaux-de-Fonds sous la direction de Ch. et Caro Faller, puis à Genève avec Rose Féart et Maroussia le Marc-Hadour, à Prague chez Carpi.

Elle débute en chantant surtout des oratorios et des cantates de Bach, puis - peu à peu - pénètre l'esprit de la musique contemporaine.

Parmi ses interprétations célèbres on peut relever la 9e symphonie de Beethoven et la 2e de Mahler sous la direction de Carl Schuricht, Pelléas, le Martyre de Saint Sébastien, Le Roi David, L'Enfant et les Sortilèges sous la direction d'Ernest Ansermet.

Parmi ses interprétations de musique contemporaine: Martinet au festival de la SIMC, 1958, à Strasbourg; le Vin Herbé à l'Exposition de Bruxelles, Golgotha, In Terra Pax, le Cornet de Frank Martin; les Goethelieder de Dallapiccola; des oeuvres de Hindemith, Sutermeister, Schibler, Oboussier et Wiblé.

**********

Le sommaire de ce volet 1952, avec les minutages sur les débuts de chaque séquence:

  • (01:06) Camille SAINT-SAËNS, Danse macabre, poème symphonique pour orchestre, Orchestre de la Suisse Romande, Ernest ANSERMET, enregistrement paru chez Testament

Aller sur cette page de notrehistoire.ch pour écouter ou télécharger ma restauration de l'enregistrement (mp3 320kbps*, comprimé avec pertes****), resp. sur*** cette page de mon site pour le télécharger au format FLAC (comprimé sans pertes).

  • (08:48) Frank MARTIN, Concerto pour violon et orchestre, Hansheinz SCHNEEBERGER, Orchestre de la Suisse Romande, Ernest ANSERMET, 11 juin 1952

Présenté sur cette page (***https://www.notrehistoire.ch/medias/115887***) de notrehistoire.ch.

  • (40:17) Paul PARAY, Sanctus - Benedictus et Agnus Dei de la Messe pour le 500 ème anniversaire de la mort de Jeanne d'Arc, pour soli, choeur et orchestre, Suzanne DANCO, Lise de MONTMOLLIN, Frank MERTENS, Paul SANDOZ, Samuel DUCOMMUN, Orphéon, Société Chorale, Neuchâtel, Orchestre de la Suisse Romande, Paul PARAY, 26 avril 1952

Présenté sur cette page ***(***https://www.notrehistoire.ch/medias/115890***)*** de notrehistoire.ch.

  • (56:10) Robert SCHUMANN, Fantaisie pour violon et orchestre en ut majeur, op. 131, Georges TESSIER, Orchestre de la Suisse Romande, Edmond APPIA, 26 septembre 1952

Aller sur cette page de notrehistoire.ch pour écouter ou télécharger cet enregistrement (mp3 320kbps*, comprimé avec pertes****), resp. sur*** cette page de mon site pour le télécharger au format FLAC (comprimé sans pertes).

  • (1:11:57) Wolfgang Amadeus MOZART, extrait de la Sérénade pour 13 instruments à vents no 10 en si bémol majeur, Gran Partita, Orchestre de la Suisse Romande, Peter MAAG
Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
92,868
4,628
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.