Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
00:00:00
00:17:35

Richard STRAUSS, Burlesque, TrV 145, Friedrich GULDA, OSR, Ernest ANSERMET, 1958

8 octobre 1958
RSR pour l'audio, R.Gagnaux resp. sources citées pour le texte
RSR pour l'audio, R.Gagnaux resp. sources citées pour le texte

Écrite entre 1885 et 1886, l'oeuvre est nettement influencée par la passion qu'avait le jeune Richard Strauss pour les compositions de Johannes Brahms. Il qualifia lui-même son oeuvre comme étant le résultat de sa «damaligen Brahmsschwärmerei (unter Bülows suggestivem Einfluss)» (Schuh, Willi (Ed.): «Richard Strauss, Betrachtungen und Erinnerungen», Zürich 1981, page 207)

Le jeune Richard Strauss en 1888

L'oeuvre porta d'abord un autre nom: "[...] Das neben Konzeptionen wie Wandrers Sturmlied TrV 131 und vor einer (nur skizzierten) Rhapsodie cis-Moll entstandene Werk sollte ursprünglich als ›Scherzo‹ betitelt werden, in dessen typischem ganztaktigem Allegro-Vivace-Tempo es verläuft. Doch wurde der Titel vermutlich schon deshalb verworfen, weil das Stück nicht die für diese Gattung übliche A-B-A-Form mit Trio als Mittelteil, sondern die für Konzertsätze übliche Sonatenhauptsatzform mit Ritornell-Solowechsel aufweist, die streckenweise von Rondostrukturen überlagert wird (Struck 1995, 278 f.) [...]" cité du «Richard Strauss Handbuch», édition de Walter Werbeck, page 449

Son „Scherzo“ était à l'origine dédié au pianiste et chef d'orchestre Hans von Bülow - auprès duquel Richard Strauss étudiait la direction d'orchestre -, et qui l'avait engagé en 1885 comme assistant de son orchestre de Meiningen. Hans von Bülow refusa toutefois catégoriquement de la jouer, prétextant d'une trop grande difficulté technique: "[...] Jeden Takt eine andere Handstellung – glauben Sie, ich setze mich vier Wochen hin, um so ein widerhaariges Stück zu studieren? [...]" cité d'après Ernst Krause: Richard Strauss. Piper, München 1988, ISBN 3-492-10851-2, page 40

Bien conscient que l'oeuvre était pour le soliste «unmenschlich schwer», Richard Strauss fut toutefois extrêmement consterné par le refus de Hans von Bülow. Le compositeur joua certes quand-même son Scherzo avec l'orchestre de Meiningen - interprétant lui-même la partie de piano tout en dirigeant -, mais il le mit ensuite de côté, l'oubliant pendant quelques années. En 1889, il fit la connaissance du jeune pianiste Eugen d'Albert, qui se montra intéressé par l'oeuvre et lui suggéra quelques modifications de la partie pianistique: Richard Strauss revisa alors son Scherzo et c'est sous son nouveau nom de «Burlesque» qu'il le donna en première audition le 21 juin 1890 au festival de musique d'Eisenach («Eisenacher Tonkünstlerfest des Allgemeinen Deutschen Musikvereins»), avec son nouveau dédicataire - Eugen d'Albert - en soliste. Dans le même concert, il dirigea la première audition de son poème symphonique «Mort et Transfiguration».

Mais ayant entretemps considérablement modifié son style, Richard Strauss se distança de son Burleske, s'excusant presque de l'avoir composé: «über das ich weit hinaus bin und für das ich nicht mehr mit voller Überzeugung einstehen kann» (entretien ou correspondance avec le compositeur et violoniste Alexander Ritter). Il ne la dirigera plus que «immer äußerst lieblos» cité du «Richard Strauss Handbuch», édition de Walter Werbeck, page 451.

L'oeuvre fut publiée en 1894 chez Steingräber (Leipzig), mais Richard Strauss ne lui donna pas de numéro d'opus. C'est certainement à cause de cette négation du compositeur que l'oeuvre ne fut d'abord que très peu jouée: ce n'est que vers la fin du 20e siècle qu'elle apparaît au répertoire de nombreux pianistes - depuis elle fait partie du répertoire standard des virtuoses.

Pour plus de détails voir par exemple cette page en allemand du site de Verena Großkreutz, un texte rédigé en 2009 pour un concert à la «Komische Oper Berlin».

Concerts burlesques

Concerts burlesques, extrait d'une estampe de Jean de Saint-Igny, env. 1600 (Source: Bibliothèque Nationale de France)

Une courte description citée du texte de Michel Stockhem publié dans la brochure du CD FUG546 de FugaLibera:

"[...] Écrit à l’origine pour le «petit» orchestre de Meiningen, Burleske n’implique qu’un effectif raisonnable: bois par deux et deux trompettes. En vedette, l’unique percussionniste dispose de quatre timbales, qui vont en solo commencer et achever l’oeuvre et y jouer un rôle essentiel. Oeuvre spirituelle, Burleske est un tableau de lutte entre thèmes tour à tour rythmiques et lyriques. L’influence de Brahms, souvent relevée, paraît somme toute assez limitée, et concentrée sur les entrelacs binaire/ternaire; la forme, hybride, tient du scherzo et de la forme-sonate.

Le premier thème en ré mineur, entamé aux timbales, est transformé dans le premier tutti orchestral et servira de base, plus tard, aux moments les plus lyriques de la partition. Il recèle également (2e mesure) la tête du deuxième thème, exposé en fa majeur (lettre D) par le piano seul. Là, sans qu’aucun changement de mesure n’intervienne, on passe d’un ternaire chahuté, furieux et échevelé, à une valse tranquille exposée au piano seul; elle se met à tournoyer une fois reprise à l’orchestre, et l’on se met à penser, moins à „Till Eulenspiegel“ ou à tel épisode incongru d’„Ainsi parlait Zarathoustra“, qu’à „Rosenkavalier“ distant de vingt ans. Cette valse se prête à des développements capricieux culminant dans un retour à l’atmosphère furieuse du début.

Le piano enchaîne alors par un thème secondaire en la mineur, de nouveau exposé en solo et repris par l’orchestre en un climax assourdissant. C’est le moment choisi pour énoncer l’élément le plus lyrique, le plus cajoleur de la partition: dans une nouvelle séquence piano solo/piano orchestre, un motif du premier thème réapparaît en la bémol mineur (aux antipodes du ton original), nimbé d’une poésie dont semble presque s’être souvenu le Leonard Bernstein de West Side Story.

À mi-chemin, presque, de l’oeuvre, Strauss estime qu’il est temps de passer au développement. On perçoit quelques relents de scolastique juvénile, peut-être, dans ce grand déploiement orchestral, mais aussi un beau souffle, s'éteignant brusquement dans une transition rêveuse, dialoguée entre piano et timbales, vers la réexposition. Celle-ci est loin d’être abrégée – on le reprochera souvent au compositeur –: d’innombrables détails et modulations viennent lui donner de nouvelles saveurs. Une grande cadence attend alors le soliste. Elle ouvre au retour du thème amoureux, subtilisé au développement par la coda qui peut dès lors déployer ses beautés magiques – non plus en la bémol mineur, mais en ré mineur. Le rythme de valse s’immisce subrepticement; tout se met à tournoyer, mais cette fois dans une indicible nostalgie. Un grand trait final, brusquement rageur, s’éteint dans une pirouette poétique: un feu-follet, caressé par de derniers coups de timbales, vient nous dire que tout „Burleske" n’était qu’un rêve: burlesque, si l’on veut, mais au sens romantique que l’on pouvait donner au mot „Fantasie“. [...]"

Ernest Ansermet en 1963, date exacte, lieu, nom du photographe inconnus

Le 8 octobre 1958 Ernest ANSERMET dirigeait l'Orchestre de la Suisse Romande dans un concert mémorable avec le jeune Friedrich GULDA en soliste... Ce dernier était déjà bien connu en Suisse Romande, ayant remporté un fulminant premier prix de piano au Concours International de Musique de Genève plus de dix ans auparavant, en 1946.

Friedrich GULDA, photographe et lieu inconnus, datant probablement des années 1950

Entretemps, il n'avait toutefois que rarement joué à Genève. Au programme de ce premier concert de l'abonnement de la saison 1958-1959 - dans le Victoria Hall de Genève:

➣ Georg Friedrich Haendel, Concerto grosso en sol mineur op. 6 n° 6

➣ Wolfgang Amadeus Mozart, Concerto pour piano et orchestre No 9 en

mi bémol majeur, KV 271

➣ Richard Strauss, Burleske pour piano et orchestre

➣ Frank Martin, Concerto pour sept instruments à vent, André Pépin, flûte, Roger Reversy, hautbois, Léon Hoogstoel, clarinette, Henri Helaerts, basson, Edmond Leloir, cor, Paolo Longinotti, trompette, Pierre Aubapan, trombone

Le concert fut diffusé en direct sur l'émetteur de Sottens, dans le cadre des traditionnels concerts du mercredi soir.

Un extrait du compte-rendu de Franz WALTER publié le lendemain dans le Journal de Genève en page 11:

"[...] Haendel, Mozart, Strauss et Frank Martin, bel équilibre pour ce premier concert de l'abonnement marqué par la présence de Frank Martin, venu écouter son oeuvre, et par le retour parmi nous de Friedrich Gulda, soliste du Concerto en mi bémol KV 271 de Mozart et de la Burlesque de Richard Strauss.

Il y avait longtemps que nous n'avions entendu Gulda. Depuis l'année 1946 où, à l'âge de 16 ans, il remporta le premier prix du Concours international de Genève, Gulda a fait une carrière qui le classe aujourd'hui parmi les solistes que les associations de concerts se disputent. Mais si, à 28 ans, il a acquis évidemment une autorité et un métier supplémentaires, on a l'heureuse surprise de retrouver le jeune Gulda intact, on pourrait dire dans sa fraîcheur première et qui permet de le classer dans une catégorie tout à fait à part. Il reste en effet une sorte d'ingénuité dans son talent, cette même ingénuité qui devait habiter un Mozart. Je veux dire par là qu'il y a dans son jeu une aisance et un naturel tels qu'ils en échappent presque aux lois de l'effort humain. Nul problème, nulle question ne semble jamais avoir eu à intervenir, de même que nul problème ne se pose à l'auditeur qui reçoit un message d'une telle évidence. Et si l'on peut dire d'une musique qu'elle coule de source, c'est bien à propos de Gulda. Ceci autant devant Strauss que devant Mozart. Car il réalise les traits les plus fulgurants et les plus scabreux du premier avec la même incroyable aisance, le même apparent détachement qu'une gamme du second. Est-ce à dire que l'oeuvre de Strauss, qui semble avoir été conçue pour des interprètes échevelés, ne retrouve pas son envolée romantique ? Nullement. Certes Gulda la décante singulièrement, mais tout y est pourtant, tout y est en quelque sorte à l'état pur; et l'éloquence de cette Burlesque bénéficie même de cette purification. Du moins ai-je pris un vif plaisir, hier soir, à écouter un auteur qui n'est guère parmi mes favoris et dont la Burlesque m'est apparue d'une veine singulièrement moins frelatée que nombre de grandes — mais surtout grosses — oeuvres subséquentes. [...]"

L' enregistrement que vous écoutez...

Richard Strauss, Burlesque (Burleske) en ré mineur, AV 85, TrV 145, Friedrich Gulda, piano, Orchestre de la Suisse Romande, Ernest Ansermet, 8 octobre 1958, 1er concert de l'abonnement, Victoria Hall, Genève

  • Allegro vivace 17:34

Provenance: Radiodiffusion, archives RSR resp. RTSR

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
René Gagnaux
1,524 contributions
12 janvier 2020
89 vues
1 like
0 favori
0 commentaire
1 galerie
00:17:35
Déjà 5,501 documents associés à 1950 - 1959

Galeries:

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
102,501
6,088
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.