Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Voyage de noces_5_Une visite au moulin

Voyage de noces_5_Une visite au moulin

18 juillet 1938
Claire Bärtschi-Flohr

Cette photo, prise lors du voyage de noces de mes parents, en juillet 1938, m’a posé un problème. Mon père, tellement intéressé par le fonctionnement du moulin, a écrit ce qui suit au dos du document :

« Sur une crête. En fonctionnement. La partie conique du toit tourne autour de l’axe du cône. Ce mouvement est assuré par la petite roue qui met ainsi la grande dans le vent ».

Mais il a oublié de noter le lieu ! Je savais par déduction qu’il devait se trouver entre St-Malo et Quiberon. J’ai donc entrepris des recherches. Sur internet, bien sûr. Quelle chance nous avons d’avoir un tel outil.

J’ai d’abord repéré un blog appartenant à une Patricia, amoureuse des moulins à vent. Elle m’a donné des indications précieuses sur les caractéristiques des moulins de Loire Atlantique. Puis, j’ai découvert le moulin de Kerbroué, à La Turballe, Je trouvais qu’il ressemblait à celui de la photo et son histoire pouvait correspondre. J’ai donc pris contact avec la mairie de La Turballe. Ce n’est pas leur moulin, mais ils m’ont mis en contact avec l’AMLA, l’Association des moulins de Loire Atlantique. Très vite, j’ai reçu une réponse. Un de leurs jeunes membres, Grégoire Judic, a identifié le moulin comme étant situé près de Muzillac, en Morbihan. Le moulin Antoine, du nom de son propriétaire de l’époque, Antoine Piveau. Ce moulin était équipé de deux paires de meules, bluteries à froment et à blé noir. (ah, les crêpes!!!)

Il a été transformé en maison d’habitation. Il ne subsiste que la tour, sans ailes et sans mécanismes, évidemment.

Joli aussi : les bottes de paille à l’ancienne...

notrehistoire.imgix.net/photos...

Le Voyage de noces : Un voyage de huit jours, du 14 au 21 juillet 1938..

Quelques jours à Paris, puis visite du Mont-St-Michel, étape à St-Malo.

Traversée de la Bretagne en direction de Carnac et Quiberon.

Rencontre avec le peintre Ernest Guérin.

Retour à Genève en passant par la vallée de la Loire : Nantes, et les châteaux d’Azay le Rideau et de Chenonceaux. Un an plus tard, c’était la guerre… Une petite fille venait de naître, en juillet 1939. Albert, de nationalité française, fut mobilisé dans la Ligne Maginot.

Ayant vécu bien des vicissitudes dans leurs années de jeunesse (grande dépression de 1929, guerre), ils ont toujours gardé de ce voyage de noces un souvenir inoubliable. Ma mère n’avait jamais voyagé hors de Suisse. Mon père, oui, par obligation. Il avait fait son service militaire à Montpellier et au Mont-Valérien à Paris et lors de la grande dépression, il avait dû chercher du travail hors de Suisse et en avait trouvé à Lyon et à Bourgoin, dans l’Ain.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Claire Bärtschi-Flohr
936 contributions
26 septembre 2020
86 vues
2 likes
0 favori
1 commentaire
4 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,524
6,464
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.