Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Les guides de montagne et l'armée

Les guides de montagne et l'armée

Marcel Maurice Demont
Marcel Maurice Demont

Les guides de montagne et l'armée

On le sait, les guides de montagne constituent rarement des militaires conformes à la règle.

Pour ce qui me concerne, j'ai eu la chance d'être placé sous les ordres d'un chef particulièrement perspicace qui, après m'avoir détaché auprès de quatre cours alpins successifs, deux d'été et deux d'hiver, facilita mon transfert au Service Avalanche de l'Armée (A Law D). Ces heureuses circonstances, dont je suis redevable à un haut gradé sachant mettre en valeur les compétences, firent que j'échappai totalement aux tâches habituelles des fusiliers et grenadiers de montagne.

Après une formation au cours de laquelle je pus approfondir mes connaissances de la neige et des avalanches, je vécus mes cours de répétition en Elite, en Landwehr et en Landsturm, jusqu'à l'âge limite de cinquante ans, comme spécialiste, envoyé dans des unités effectuant leur service en montagne en hiver, avec pour mission la prévention des accidents, l'instruction de la troupe et le sauvetage en cas de malheur.

A cette époque, le Service Avalanche de l'Armée (A Law D) était commandé par le major Albert Eggler, lequel avait dirigé l'expédition suisse qui, en 1956, réussit la deuxième ascension de l'Everest (8850 mètres), et la première ascension du Lhotse (8501 mètres), sommets dressant leur cime, jusqu'alors, en dépit de nombreuses tentatives, gravie une seule fois pour la première (Hillary et Tensing Sherpa, 1953) et jamais, pour la seconde.

Outre Albert Eggler, les membres de l'expédition victorieuse étaient : Wolfgang Diehl, Hans Grimm, Hans Rudolf von Gunten, Fritz Luschinger, Jürg Marmet, Ernst Reiss, Dölf Reist, Ernst Schmied, Eduard Leuthold et Fritz Müller.

L'effectif du A Law D était alors constitué pour l'essentiel de guides de montagne, de pistards secouristes, de conducteurs de chiens d'avalanche, de professionnels de l'Institut pour l'étude de la neige et des avalanches du Weissfluhjoch sur Davos et de quelques alpinistes très expérimentés.

Photo : soldats avalanche en service lors d'un cours de répétition du Rgt inf mot 2 dans les Alpes valaisannes en 1984, à droite, l'auteur, guide et sergent avalanche.

MMD, mai 2017

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Michel Savioz

    Mon père qui était seulement appointé se targuait de commander même les commandants de corps lorsqu'il était engagé comme guide.

  • Marcel Maurice Demont

    Et il disait la stricte vérité. Lors de la révision du règlement alpin d'été et d'hiver en 1968, j'avais été engagé comme guide par l'Ecole militaire de combat en montagne d'Andermatt (commandée par le Colonel Peter Baumgartner). Les 'clients', tous portant un grade allant de major à colonel, déclarèrent à la fin du cours: "Non seulement c'est un sergent qui nous donne les ordres, mais, en plus, c'est nous qui portons les bouteilles et le tire-bouchon!" (Ils avaient beaucoup d'humour et la grande classe).