Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
00:00:00
00:03:41

Albert Roussel, «Odelette», Op. 8 No 4, Flore Wend, Christiane Verzieux

1958
Decca
Decca

Sur le disque Decca 163.785 sont rassemblés 9 poèmes et idylles d'Albert Roussel, chantés par Flore Wend, accompagnée par Christiane Verzieux au piano, respectivement Christian Lardé à la flûte. Ils furent enregistrés en 1958.

La première plage du disque est consacrée à «Odelette», le 4e des «Quatre Poèmes», Op. 8, sur un texte d’Henri de Régnier provenant de «Les Jeux rustiques et divins» paru en 1897.

Albert Roussel composa son opus 8 en 1907 à Paris; le manuscrit du premier poème est perdu, on ne connait donc pas la date de sa composition; les trois suivants datent des 4 mai, 19 février et 27 avril 1907 (datés en fin des manuscrits conservés à la Bibliothèque Nationale de France). La première audition fut donnée à Paris, salle Erard, par Jane Bathori, soprano, et le compositeur au piano le 11 janvier 1908 (concert de la Société Nationale).

«Odelette» est dédicacé à Mme Octave Maus, l'épouse d'un avocat, écrivain et critique d'art et de musique belge.

Les paroles:

J’aurais pu dire mon Amour
Tout haut
Dans le grand jour
Ardent et chaud
Du bel été d’or roux qui l’exalte et l’enivre
Et le dresse debout avec un rire
À tout écho!

J’aurais pu dire:
Mon amour est heureux, voyez
Son manteau de pourpre qui traîne
Jusqu’à ses pieds!
Ses mains sont pleines
De roses qu’il effeuille et qui parfument l’air;
Le ciel est clair
Sur sa maison de marbre tiède
Et blanc et veiné comme une chair
Douce aux lèvres...

Mais non,
Je l’ai vêtu de bure et de laine;
Son manteau traîne
Sur ses talons;
Il passe en souriant à peine
Et quand il chante, c’est si bas
Que l’on ne se retourne pas
Pour cueillir sa chanson éclose
Dans le soir qu’elle a parfumé;

Il n’a ni jardin ni maison,
Et il fait semblant d’être pauvre
Pour mieux cacher qu’il est aimé.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
René Gagnaux
1,290 contributions
21 juillet 2019
2 vues
0 like
0 commentaire
1 galerie
00:03:41
Déjà 5,081 documents associés à 1950 - 1959

Galeries:

Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,771
4,722
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.