Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Afficher le diplôme lausannois de Mussolini au Musée historique provoque le scandale Repérage

18 octobre 2021
Lausanne
notreHistoire

Voici l'article paru dans le journal "Le Temps" du lundi 18 octobre concernant l'exposition au Musée Historique concernant l'exposition "Losanna, Svizzera" et transmis par Martine Desarzens. Elle écrit "Cet article est écrit par mon ami politicien Mario Carera qui a été tellement choqué de voir l'affiche du diplôme "Honoris causa" sans aucune explication. Mario Carera a été le bras droit de Ruth Dreifuss, conseillère nationnale socialiste, c'est une grand ami depuis notre belle jeunesse."

"Benito Mussolini, docteur honoris causa de l'Université de Lausanne depuis 1937. A quand la récusation ? L'exposition au Musée historique de Lausanne, en cours jusqu'en janvier 2022 nous présente l'histoire de l'immigration italienne à Lausanne ces 150 dernières années. On y trouve de nombreuses photos de travailleurs/euses confrontés à des conditions de travail difficiles (je revois mes grands-parents piémontais), des objets de vie quotidienne (les cafetières, le verre de Cinzano...) et des rappels de luttes politiques (Initiative Schwarzenbach, Etre Solidaire...). On y voit aussi la construction du Pont Chauderon il y a plus d'un siècle, les rues du centre ville entre belle animation et mauvaises conditions de logement ainsi que la joie azzurra lors de la victoire au championnat du monde de football en 1982. Et puis – stupéfaction – on y découvre aussi une grande affiche de l'Université de Lausanne décernant en 1937, lors de son quatre centième anniversaire, "le grade de docteur es sciences sociales et politiques – doctorat Honoris causa – à Benito Mussolini, ancien étudiant à la Faculté de droit (1903-1904) pour avoir conçu et réalisé dans sa patrie une organisation sociale qui a enrichi la science sociologique et qui laissera dans l'histoire une trace profonde". Le choc. C'est tout. Sans explication ou commentaire, ni analyse de contexte, ni rappel des protestations d'intellectuels ou des colonies italiennes. Rien. Comme une affiche de l'Apero Cinzano à cinq pas de là.

Benito Mussolini, établi en Suisse de 1902 à 1904 pour éviter le service militaire, a fréquenté quelques mois l'Université de Lausanne sans laisser de trace académique historique. Après avoir créé le Parti national fasciste un an plus tôt et la marche sur Rome, il devient Président du Conseil du Royaume italien en 1922 et, sous son autorité, l'Italie devient un régime fasciste à parti unique. En 1935-36 notamment, - avant la nomination en 1937 de l'Université de Lausanne -, il mène la guerre à l'Ethiopie, avec armes chimiques et massacres, est condamné par l'ONU mais proclame la naissance de l'Empire. Dès 1936 aussi, en accord avec Hitler, Il soutient activement le général Franco en Espagne." Comment les Autorités politiques lausannoises et italiennes ayant pris la parole au vernissage à mi-aout ont-elles pu ignorer cette affiche bien présente? Comme d'ailleurs votre journal lors de la présentation de l'Exposition dans son édition du 4 septembre. Plutôt qu'à la discrétion et aux archives fermées, l'heure ne serait-elle pas plutôt à la récusation publique de cette inadmissible, intolérable nomination de ce dirigeant fasciste par les autorités universitaires et politiques lausannoises et vaudoises (Le Conseil d'Etat a ratifié la chose en 1937) ? Au nom de l'amitié avec le peuple italien, de la reconnaissance universitaire, de l'histoire et au respect de l'Etat de droit.

Mario Carera petit fils d'immigrant piémontais "

Photo de Mussolini après avoir été arrêté à Berne en 1903 (police bernoise)

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Renata Roveretto

    Oui effectivement que c'est un scandale de devoir s'y retrouvé de nous jours, confronté à une absence totale de bon sens impliquant une volonté maximale pour nous transmettre l'Histoire telle quelle a été, et telle qu'elle est réellement. Ceci surtout dans un lieu désigné spécialement pour le faire et ayant le devoir d'informer la vérité autant qu'elle est connue à nos jours ! Je peu m'imaginer le choc vécu par monsieur Mario Carera qui en sait certainement beaucoup plus long que moi sur l'histoire. Et malgré, pour ma part je dois dire comme je vous l'avais déjà fait remarqué, ayant écouté l'une de vos interview (monsieur David Glaser avec madame la responsable de l'exposition) concernant cette exposition au musée Historique de Lausanne, pour moi le noyaux de l'histoire était déjà largement manquant et la chose pas suffisamment prise au sérieux ! Chose laquelle bien que dommage, m'avait prédite mon absence à cette exposition. Avec mes salutations respectueuses à toutes et à tous. Avec mes remerciements à madame Martine Desarzens pour la transmission de l'information de son ami. Amicalement Renata

    Voici le lien de l'interview dont je vous parle ici en dessus: notrehistoire.ch/entries/zaY2V...

    • Martine Desarzens

      Chère Renata, bonjour. Merci, je pense que cette mise au point était nécessaire ! Prenez bien sois de vous, en espérant que vous allez bien, je vous embrasse. Martine

notreHistoire
694 contributions
20 octobre 2021
76 vues
2 likes
1 favori
2 commentaires
1 galerie
Déjà 1,241 documents associés à 2020 - 2029

Galeries:

Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
105,110
6,532
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.