Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
00:00:00
00:03:31

Pierre Crevoisier lit "une lettre à son petit-fils"

9 août 2020
Ami Schneider
André Durussel

Cette lettre a été lue par Pierre Crevoisier dans le cadre d'une opération spéciale en collaboration avec le Festival de la Correspondance de Mase le 9 août dernier. Voici le lien pour le document d'origine notrehistoire.ch/entries/q2YaE...

et l'article d'André Durussel qui en a été inspiré inedit.notrehistoire.ch/demain...

Voici le texte du 27 mai 1954:

"Si le temps a suivi sa marche immuable ce jour-là, comme un autre jour, autour de moi on a voulu me témoigner du contentement et du plaisir de me voir encore là, en bonne santé, malgré que je sois un peu boiteux. Parmi les invitées et invités à cette fête d’anniversaire, nous avions tante Ida B. et son mari, de Pampigny. Elle a aussi bien de la peine à marcher, quoique son mal soit bien différent du mien. Aujourd’hui, c’est votre oncle et parrain S. qui fête ses quarante-trois ans. Avant-hier, c’était Odette N. et, le 22 mai, un autre petit-fils, votre cousin, Pierre S., actuellement à Lonay. Vous voyez comme cela que si le mois de mai est le mois des fleurs, c’était aussi le mois des fêtes pour moi et les miens! Septante-cinq ans! Cela fait un moment que je «cours par le monde» sans être allé bien loin et sans avoir trop «roulé». Je ne puis m’empêcher de songer au temps de ma jeunesse et de faire des comparaisons avec le temps d’aujourd’hui. Ainsi, en 1887, à l’âge de huit ans, j’étais petit bovairon à Cuarnens. J’avais gagné 7 francs, ce qui avait permis à ma maman de m’acheter mes premiers souliers. Souliers qu’on appelait «Napolitains», parce qu’ils venaient d’Italie. En 1891, 92, 93 et 1894, dès ma douzième année et jusqu’à l’âge de quinze ans, j’étais en place à Moiry. Pour 45 francs, 50, 55 et 60 francs la dernière année, il fallait me lever à quatre heures du matin, aller appeler trois domestiques et deux ouvriers, puis «turbiner» avec eux comme un homme. L’hiver 1894-1895, qui a été un hiver des plus longs, a aussi été pénible dans mes souvenirs. Au mois de mars encore, les hommes, à l’Isle où nous habitions, remuaient la neige pour rien, la Commune ne pouvant plus les payer. Notre père ne gagnait rien non plus. Il y avait trop de neige dans les bois pour les travaux du bûcheron. Un certain soir, notre maman nous a dit (nous étions déjà sept enfants en famille): «Demain matin, il vous faudra aller à l’école sans petit-déjeuner, car je n’ai rien à vous donner!» Et voici que ce même soir, vers 21 heures, une voisine était venue nous apporter un panier de pommes de terre! Cela avait permis à notre maman de cuire une soupe pour ce premier repas de la journée. Apprendre à gagner sa vie Ce sont là des choses que je vous raconte, parce que je suis content de voir les progrès qui ont été réalisés. Je constate que les œuvres sociales, si elles chargent un peu les budgets, font beaucoup de bien! Tout cela pour vous dire aussi que je suis content de vous voir bien décidés et bien courageux pour apprendre à gagner votre vie et entrer ainsi dans une école technique pour accomplir un apprentissage. Il faut surtout vouloir le faire honnêtement, vaillamment. Non seulement pour vous, mais pour tous ceux qui s’intéressent et pensent à vous et à votre avenir! Et voilà! Ce sont des choses que je n’avais jamais pensé à vous raconter et que mes sep-tante-cinq ans m’ont remis en mémoire. Avec mes bien cordiales amitiés à tous deux et à votre papa.»

Signé Ami Schneider

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
18 septembre 2020
65 vues
0 like
0 favori
0 commentaire
0 galerie
00:03:31
Déjà 5,528 documents associés à 1950 - 1959
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
102,852
6,158
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.