Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Un drôle de Genevois, Laurent Mégevand

1800
Genève, Le Locle, Besançon
Claire Bärtschi-Flohr

Laurent Mégevand naît à Genève en 1754. Il y devient maître monteur de boîtes de montres.

En 1778, il a 24 ans, il est banni de la ville pour cinq ans. Il est accusé de fabrication frauduleuse de boîtes de montres avec de l’or à bas prix.

Il se réfugie au Locle, où il épouse Marianne Breguet, fille du pasteur de l’endroit. Cette jeune femme est également petite-cousine d’Abraham Breguet.

Pour rappel, Abraham-Louis Breguet (né à Neuchâtel en1747/décédé à Paris en1823), est un célèbre horloger et physicien devenu français.

Au Locle, Laurent Mégevand s’installe comme négociant de montres.

En 1793, en pleine révolution française, il a 39 ans, il passe la frontière et s’installe à Besançon avec 80 confrères horlogers. Il fonde le pôle horloger de cette ville. Les raisons de cet exode ne sont pas claires : était-ce pour fuir le chômage ou à cause d’activités politiques ?

Cette immigration fut largement encouragée par les pouvoirs publics français. Un décret, édicté en 1793, fonde la Manufacture Française d’Horlogerie de Besançon. De spacieux locaux sont mis à disposition de Mégevand et de ces collègues, ainsi que des subventions.

Aujourd’hui, une rue de Besançon porte le nom de Laurent Mégevand, une rue importante, celle de la mairie.

« Ces liens avec le milieu ouvrier suisse s’avéreront, socialement et politiquement, déterminants quant au projet de commune de Besançon fomenté en 1871. » peut-on lire dans l’excellent article intitulé « Histoire de l’Horlogerie à Besançon » publié sur wikipedia.

En 1795, on compte mille horlogers dans la ville. Beaucoup d’horlogers suisses viennent encore y travailler dans la seconde moitié du XIXème siècle. Venu du Locle, mon arrière grand-père, Paul Guillard, y vécut et y travailla dans les années 1880. Il s’y maria et trois de ses cinq enfants y naquirent.

Photo que j'ai prise à Besançon le 17 juin 2012, en me promenant le long du Doubs.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Claire Bärtschi-Flohr
936 contributions
21 août 2021
27 vues
0 like
0 favori
0 commentaire
6 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,517
6,463
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.