Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Victor Desarzens et l'OCL

18 février 1963
Emission Carrefour
Radio Télévision Suisse

A l'occasion des vingt ans de l'Orchestre de Chambre de Lausanne qu'il a créé, Victor Desarzens répond à une interview de Carrefour. Il rappelle que l'OCL n'a jamais été voulu se placer en concurrence avec l'Orchestre de la Suisse Romande, fondé par Ernest Ansermet. Il livre également cette confidence sur le rôle du chef d'orchestre qui ne doit jamais asservir la musique par sa seule volonté.

La séquence s'achève avec la répétition de la symphonie Haffner de Wolfgang Amadeus Mozart.

(D'autres documents sur

le site des archives de la RTS)

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Martine Desarzens

    En 1963, l’OCL fête ses vingt ans. L’orchestre et son chef ont été fêtés, honorés, applaudis, remerciés etc. La Ville de Lausanne à marqué cet évènement par de nombreuses manifestations musicales ainsi une plaquette contenant de nombreux témoignages. Dans cet interview donné à la télévisons, mon père n’a pas pu dire que 20 ans auparavant parmi les auditeurs du 1èr concert il y avait Gustave Doret, René Auberjenois, Charles-Albert Cingria, Charles Clément, Casimir Raymond, Marcel Poncet…. Mon père vivait une période de grand bonheur avec ce que nous appelions, son 5èm enfant ; l’orchestre de chambre de Lausanne. Il était certainement à l’apogée de sa carrière de chef d’orchestre. A vingt ans, l’OCL était devenu un foyer de culture qui rayonnait bien au-delà des frontières de la Suisse. L’OCL avait reçu une médaille de bronze aux semaines musicales de Paris. Mon père avait obtenu que la Municipalité de Lausanne subventionne « les concerts populaires », concerts du dimanche matin, pour lesquels toutes les places de la grande salle du Théâtre municipal étaient offertes pour un prix unique et très réduit. Dès le début, ces manifestations musicales ont remportés un très grand succès. Elles se déroulaient devant des salles souvent archi-combles composé d’un public de jeunes et d’enfants accompagnées par leurs parents. Dans cette interview Victor Desarzens rend un bel hommage de remerciement à la Ville de Lausanne.

Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
92,880
4,630
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.