Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Repérage
Sophie Favarger-Jeanrenaud (1773-1862)

Sophie Favarger-Jeanrenaud (1773-1862)

1 janvier 1860
Phot. Bruder Frères, Neuchâtel
Laurent de Weck

Sophie Jeanrenaud est née à Cressier, le 4 octobre 1773. Elle était la fille de Daniel-François Jeanrenaud, greffier, et de Henriette Berthoud, sœur de Frédéric Berthoud, horloger du roi de France sous Louis XV et Louis XVI. Les Jeanrenaud avaient fait construire à Neuchâtel une maison en pierre d'Hauterive, encore visible aujourd'hui, dont les façades Louis XV donnent sur la rue du Trésor et celle de l'Ancien Hôtel-de-Ville.

Sophie Jeanrenaud épousa Jean-François Favarger. Le mariage fut célébré dans l'église de Cornaux, le 11 janvier 1803. Le livre de raison de Pierre Favarger nous apprend que le couple vécut alors à Cressier, dans la maison Jeanrenaud, où de nombreux émigrés français avaient trouvé asile lors de la Révolution. Il résida ensuite à Vaumarcus dans un grand domaine que les deux époux exploitaient.

C'est dans l'éducation que les Favarger-Jeanrenaud se distinguèrent: un premier établissement pour jeunes demoiselles à Cressier, un externat à Saint-Aubin, puis un pensionnat de jeunes gens à Neuchâtel, aux Sablons, puis au Faubourg du Crêt (maison Blancard, actuellement Jéquier, écrit Pierre Favarger vers 1910).

"Malheureusement, relève-t-il, Jean-François Favarger, parallèlement à son établissement de Neuchâtel, eut l'idée de créer à l'Evole une blanchisserie modèle qui ne prospéra pas. Les deux époux renoncèrent alors à toute activité lucrative et vinrent habiter chez leur fille Borel-Favarger, rue du Pommier, puis rue de l'Hôpital 22."

Jean-François Favarger mourut à Voëns, le 26 juillet 1849. "Il avait de beaux dons naturels; il était d'une bienveillance extrême, mais un manque de volonté et d'énergie l'empêchèrent de faire valoir les qualités qu'il avait reçues en partage." Quant à Sophie, elle vécut encore plusieurs années chez sa fille Henriette et mourut à Neuchâtel, le 19 décembre 1862. Pierre Favarger conclut à son sujet: elle avait été "belle, vaillante, énergique, un peu sévère mais très bonne et le poète Divernois avait chanté sa beauté dans de jolis vers."

Sophie Favarger-Jeanrenaud est morte à Neuchâtel, le 19 décembre 1862. Elle est la cinquième aïeule de mes enfants, dans la 7ème génération, qui réunit, entre le XVIIIe et le XIXe siècle, 64 de leurs ascendants.

Jean-François Favarger et sa femme Sophie eurent quatre enfants, dont Charles-Louis, fondateur, avec Philippe Suchard, de l'éphémère colonie Alpina dans l'Etat de New-York. LdW

Sources: Archives de l'Etat, Neuchâtel, Fichier des personnes; Pierre Favarger, "Livre de Raison".

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Laurent de Weck
517 contributions
25 août 2013
1,326 vues
1 like
0 favori
0 commentaire
3 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,318
6,469
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.