Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Mon grand-père, apiculteur_19

Mon grand-père, apiculteur_19

1 janvier 1930
famille
Claire Bärtschi-Flohr

Première moitié des années 1930. Mon grand-père, chef monteur aux Téléphones à Genève, était apiculteur par plaisir. On le voit récoltant un essaim d'abeilles posé sur un échalas. Il doit trouver la Reine, plus grosse que les autres abeilles et la placer dans la ruche. Les autres abeilles vont alors suivre leur reine.

Au fil des années, mon grand-père fut immunisé : il ne ressentait aucune douleur et son corps n'avait aucune réaction particulière lors des nombreuses piqûres que les abeilles lui infligeaient.

Voir dans mes albums : "Famille Champendal" et "Emile Champendal_montagne"

voir : http://www.notrehistoire.ch/photo/view/10555/

http://www.notrehistoire.ch/photo/view/19534/

http://www.notrehistoire.ch/photo/view/25875/

Lire aussi : le journal de l'apiculteur : http://www.notrehistoire.ch/article/view/1573/

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • L'Inédit

    Je vois qu'en attendant d'être immunisé il utilise cet appareil - dont j'ignore le nom - dans lequel se consume du souffre dont la fumée, pulsée dans la ruche par le soufflet, endort les abeilles

  • Claire Bärtschi-Flohr

    Bien observé, Mr Curtet ! Je ne connais pas le nom de cet appareil. Mon grand-père utilisait aussi une sorte de scaphandre dans lequel il disparaissait complètement. Peut-être quelqu'un pourra-t-il nous renseigner sur ces objets ? Malgré toutes les précautions prises, les piqûres étaient inévitables. L'originalité de cette photo réside dans le fait qu'on voit l'apiculteur à visage découvert.

  • L'Inédit

    Il semblerait que l'appareil à enfumer s'appelle tout bêtement un enfumoir. Par contre le principe n'est pas ce que j'ai toujours cru, bien au contraire : je lis sur le Net que «dès que les abeilles perçoivent la fumée elles pensent que la ruche va être détruite. Elles ont donc le reflexe d'essayer de sauver toutes les provisions (elles se gorgent de miel pour l'emporter) ainsi que les œufs pondus par la Reine. Elles sont donc tellement occupées qu'elles en deviennent presque inoffensives, et ne font pas attention à l'apiculteur»

  • Claire Bärtschi-Flohr

    J'ai vu hier une émission sur Arte (Forêts encore sauvages d' Europe) : un apiculteur dans une forêt de Pologne enfume ses abeilles en faisant simplement un petit feu de copeau de bois qu'il a introduit dans l'appareil cité plus bas. Apparemment. il n'utilise pas de souffre.

  • Martine Desarzens

    J'aime cette photo...merci!

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,517
6,463
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.