Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Hommage aux Girardet_675

Hommage aux Girardet_675

28 décembre 2015
Claire Bärtschi-Flohr
Claire Bärtschi-Flohr

Monument situé à l'angle de la rue du Marais et du Crêt-Vaillant au Locle.

Sculpteur :Léon Perrin, 1948_Le Locle

Léon Perrin : Né le 19 novembre 1886 au Locle (NE) - Mort le 29 novembre 1978 à Montézillon (NE).
Elève de Charles L'Eplattenier. Fonde les Ateliers d'Arts Réunis à La Chaux-de-Fonds avec Georges Aubert et Charles-Edouard Jeanneret (Le Corbusier). Enseigne à l'Ecole d'art et au Gymnase de La Chaux-de-Fonds. Bustes, bas-reliefs, oeuvres funéraires et monumentales. (extrait de la biographie que vous pouvez lire sur le site:

fondation.leonperrin.ch

Sur ce mur, il a représenté toute une dynastie d'artistes, Les Girardet, 3 générations de graveurs et peintres du Locle (fin XVIIIème-début XXème siècles).

Dans les années 1940, il est projeté de démolir la maison familiale, achetée en 1768 déjà par le premier de la lignée : Samuel Girardet. La maison est condamnée par l'aménagement de la route cantonale.

Le monument se compose d'une stèle sur laquelle sont notés tous les noms des Girardet dont on a voulu conserver le souvenir,

Et d'un bas-relief, mur de forme arrondie, voulant rappeler les pages d'un livre, car c'est comme libraire que Samuel s'établit au Locle à la fin des années 1750. De plus nombre de ses descendants vécurent de l'illustration d'ouvrages.

« Enfin, le livre constituant symboliquement le support même de l'œuvre de Perrin, son bas-relief apparaît comme un hommage rendu par la sculpture à la gravure… »

… « Son bas-relief déroule ainsi, de droite à gauche, contrariant nos habitudes de lecture - Faut-il voir dans cette inversion une nouvelle allusion au travail du graveur ? -, une longue théorie de vingt et un illustres représentants de la famille. Les premiers à apparaître sont Samuel et sa femme Anne-Marie entourant leur fils Abraham qui est assis, en plein ouvrage, sans doute en train d'illustrer une bible. Suivent les autres enfants, dont le regard, symboliquement, est de plus en plus distant du couple originel : Charlotte, Alexandre, Samuel fils, Abraham-Louis, Julie (devenue Brandt) et Charles. Ce sont les descendants de ce dernier qui composent ensuite le groupe central : Karl, le peintre, représenté palette en main, Pauline (devenue Roulet), Paul et, en position assise, Edouard, accompagné de ses fils Henri et Robert. Tout à gauche enfin, la troisième génération, les enfants de Paul - c'est-à-dire la branche des Girardet ayant fait fortune à Paris : Paul-Armand, Eugène, Léon, Jules (assis), Théodore, Julia (devenue Burnand). (Cette identification nous est fournie par Maurice Jeanneret, « le retour des Girardet », « Le Messager boiteux », 1949, pp90-94.).

(Christophe Stawarz)

Source : « la sculpture publique en pays de Neuchâtel », Christophe Stawarz_Cahiers de l'Institut Neuchâtelois, Ed.Gilles Attinger

Sur la droite :

sur la gauche :

La stèle :

Voir aussi le document de Mme Ariane Gualtierotti-Gafner :

http://www.notrehistoire.ch/photo/view/79901/

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
107,558
6,700
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.