Genolier, son église

Genolier, son église

1 janvier 1876
Carte postale
Claude Kissling

Dans le jardin de la cure, où, en été. M. le pasteur peut méditer en paix le texte de ses prêches, on remarque le baptistère enlevé à l'église au moment de la restauration de 1876, restauration assez maladroite, comme on fit tant à cette époque… Dans ce même jardin se voit aussi l'ancienne table de communion, grande dalle de pierre qui fut l'autel de l'église avant la Réforme. Elle porte encore, très visibles, les croix de consécration aux angles et au centre.

L'église à la fondation forte ancienne, a été restaurée en 1925. Le plafond d'autrefois fut remis au jour, peint par M. Correvon ainsi que tout l'intérieur, dans un style sobre et de bon goût. Une chapelle condamnée naguère par une cloison de planches (rappelant une vulgaire porte de grange !) pour servir de bûcher, a été rendue au culte. On a débarrassé le cœur de la caisse des poids de l'horloge, qui y descendaient en perçant la voute… L'électricité a été installée et les lustres en fer forgé, œuvre fort belle de M. Zaffinetti, à Nyon, utilisent des motifs évangéliques : la fleur, l'oiseau, l'épi de blé, la grappe de raisin, l'ancre, la croi

Le bâtiment du prieuré, qui se trouvait à côté de l'église, a été démoli au début de 1900. Il n'en reste qu'une pierre, au-dessus de porte, qui est encastré aujourd'hui dans l'une des chapelles de l'église. L'emplacement de l'ancien prieuré constitue actuellement une terrasse d'où l'on jouit d'une vue magnifique.

Photo provenant d'une carte postale du livre : La côte en long et en large des éditions Filanosa, Nyon. Edition de 1980.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Claude Kissling
342 contributions
7 décembre 2012
1,114 vues
1 like
0 favori
0 commentaire
3 galeries