Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Repérage
Place du village de Troistorrents

Place du village de Troistorrents

1935
Pierre Auguste Chappuis
Philippe Chappuis

La place du village a connu plusieurs changements importants, parmi lesquels il convient de relever le tracé de la route de la vallée. Celle-ci parvenait autrefois, par une pente relativement forte, essoufflant les chevaux, à l’arrière de l’église, du côté de l’entrée, pour déboucher sur la place du Village et continuait vers Val-d’Illiez. Cette lithographie de Karl Rudolf Weibel-Comtesse (1796 – 1856) illustre l'ancien accès depuis la vallée

Collection des principales vues et chef-lieux des dizains du canton du Valais / par L. J. Ritz

Les ingénieurs de la nouvelle route construite vers 1860 réduisent la pente en réalisant le tracé actuel qui contourne l’église par l’est et passe entre elle et l'ancienne cure dont on aperçoit, ici, le toit à droite. Peu de temps après, à l'aube de l'essor touristique, un Hôtel-Pension, en pierre, sera érigé en 1866 au front de la route et donnant sur la place du village, visible sur la photographie des Editions Georges Pillet, Médiathèque Valais, Martigny

photo.memovs.ch/044ph/044phCj/...

La façade de l'Eglise Ste Marie Madeleine prise en photo par Pierre Auguste Chappuis vers 1935 va subir des modifications lors de la restauration de 1959. Ainsi, la sacristie à 2 niveaux, placée dans l'épaulement jouxtant le choeur, va être abaissée pour retrouver sa configuration d'origine. L'auvent abritant la porte cintrée sera modifié en une construction moins pentue. Le cadran solaire sera remplacé en 2000 à l'occasion du Jubilé de l'an 2000. Ces modifications sont visibles sur cette image de Claudio Abächerli

Sources Monument d'Art et d'Histoire Monthey par Patrick Elsig Valais tome VII accessible en ligne ici

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Le commentaire a été supprimé.

  • Claudio Abächerli

    Deux petites observations: en premier, sur le site de la Médiathèque Valais, Martigny on trouve la mention « Troistorrents ca. 1850 » . Si l’hôtel est de 1866, cette donnée est incorrecte. En plus, une recherche de cartes postales des Éditions Pillet semblent indiquer qu’elles étaient active entre 1895 -1905, donc cette carte serait datable eux environs de la fin du XIX siècle. En deuxième, et c’est ce que m’intrigue de plus, la cadran solaire sur la carte mentionnée semble être différent de celui sur la photo de votre grand-père en 1935. J’avais analysé l’image en détail avec un logiciel spécial, l’image de la Médiathèque montre un cadran avec des proportions différentes, plus large que haut, tandis que celui de 1935 est plus haut et plus étroit. En plus, sur l’image ancienne on arrive à voir que les heures étaient placées sur un demi-cercle ou croissant au bas du cadre. Donc il semble possible que entre, disons, 1890 et 1930, le cadran a été modifié. Comme sur l’image de 1935 le cadran n’apparait pas très neuf, la modification est de quelques dizaines d’années plus en arrière. Elsig dit: « en 1920 a lieu une importante rénovation: peintures extérieures et intérieures, orgue, horloge, chauffage » …peut-être c’est à cette occasion qu’on a refait non seulement l’horloge mais aussi le cadran. Il serait donc intéressant de trouver des images de l’église autour de 1880 - 1915.

    • Philippe Chappuis

      Tout à fait de votre avis la datation est erronée. Je suis content que vous ayez à disposition un logiciel permettant une meilleure interprétation de cette image manquant de précision, mais pas de doute ce n'est pas le même cadre. J'ai bien cherché pour trouver la perle rare qui telle l'étoile des bergers nous guiderait vers la solution libératrice, mais hélas rien. Il ne fait guère de doute que la durée de vie d'un crépi autorise à penser que restauration et réparation ont du s'avérer nécessaire à plusieurs reprises, sans nécessairement toucher au principe d'origine. Les archives de l'église Sainte Marie Madeleine contiennent peut-être des notifications sur les travaux entrepris. Je vais tenter de solliciter le chanoine Olivier Roduit procureur de l'Abbaye de Saint Maurice qui m'avait aidé à l'occasion d'une autre énigme. Cordialement !

    • Claudio Abächerli

      Merci pour vos efforts, cette énigme nous casse la tête depuis bien des années. Quant à « ....que restauration et réparation ont du s'avérer nécessaire à plusieurs reprises, sans nécessairement toucher au principe d'origine», je suis par expérience très sceptique. Je connais trop de cas ou le restaurateur n’a pas respecté les lignes de constructions anciennes du cadran et donc l’a faussé. Voir mon dernier poste sur le cadran de Salvan : notrehistoire.ch/entries/0z8bA... et je connais un tas d’exemples similaires en Suisse. En Allemand il y a un verbe pour cela : « verschlimmbessern ». Le problème c'est que on prend des restaurateurs qui sont des excellents artistes mais sans la moindre idée de gnonomique. PS comment faites-vous pour insérer des images dans un commentaire ?

Philippe Chappuis
2,039 contributions
4 juillet 2020
70 vues
2 likes
0 favori
3 commentaires
3 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,436
6,425
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.