Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Le versant méridional du Simplon, Gabi et Simplon-village

Le versant méridional du Simplon, Gabi et Simplon-village

Neuchâtel Phototypie Co
(ETH-Bibliothek Zürich, Bildarchiv / Fotograf: Unbekannt / Fel_000568-RE / Public Domain Mark)

Cette carte postale, timbrée le 26 juillet 1921 appartient à la collection de l'industriel suisse Adolf Feller, (1879-1931) confiée aux archives de l'ETH. Elle montre les prairies du versant méridional du Simplon et c'est là que commence l'histoire conjuguée du village du Simplon et celle du col, documentée seulement depuis le Moyen-Âge.

Au bas de l'image les quelques maisons près d'un pont en pierre, c'est Gabi (ou Algaby sur la carte Siegfried), à l'entrée des redoutables gorges étroites taillées par la Doveria menant à Gondo. Le pont en bois napoléonien franchissant le Chrummbach a été remplacé entre 1850 et 1880 par un pont à une arche en pierre. Au XIXe s, ce lieu a pris de l'importance grâce au trafic de passage de la route du col. Les maisons bordant la route ont développé une vocation touristique. Ainsi le bâtiment principal qui était primitivement le refuge n° VIII datant de 1810 sera transformé en 1892 en Hôtel Weissmies, illustré ci-dessous par l'image de Robert Horvay sur NH datée de 1957

Sur cette image, on aperçoit le porche de la chapelle Mariä Opferung qui date de 1815 dont l' architecture parle pour un maître-d 'oeuvre italien (in Die Kunstdenkmäler des Kantons Wallis, Band IV. Der Bezirk Brig)

En 1967-68, rénovation complète , mais depuis 2010, la chapelle n'est plus entretenue et se dégrade rapidement (image de Wikimedia ci-dessous)

upload.wikimedia.org/wikipedia...

C'est ici que passait la route du col du Simplon ordonnée par Napoléon Bonaparte pour relier Paris à Milan et faire passer son artillerie à canons, inaugurée en automne 1805. C'est une réalisation magistrale de l'ingénieur de l'Empire, Nicolas Céard (1745-1821) dont la biographie est intéressante, en ce sens qu'il réalisa notamment des plans du pont de Serrières (1789), du port d'Ouchy (1791), de la correction de l'Aar (1794), du pont Saint-Antoine à Vevey (1795), du pont sur l'Arve, entre Carouge et Genève (1806). Dans la collection de Pierre Marie Epiney, cette belle carte lithographique de 1810 de la route du Simplon

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Philippe Chappuis
2,195 contributions
16 avril 2020
72 vues
1 like
0 favori
0 commentaire
2 galeries
Partenariats éditoriaux 2022:
Partenaires de soutien:
108,791
6,794
© 2023 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.