Concours photo "La rue, témoin de nos passions": publiez-vous images jusqu'au 25 mars ! Toutes les infos
Portrait du Lieutenant-Général belge Keucker de Watlet

Portrait du Lieutenant-Général belge Keucker de Watlet

novembre, 1918
Phot. Attinger, Neuchâtel
Stéphane Thurnherr

Le Lieutenant-Général belge Keucker de Watlet a été interné à Neuchâtel en été et en automne 1918.

Sa présence à Neuchâtel est relevée dès juillet 1918, dans le cadre des activités des internés et notamment dans le cadre des formations organisées par l’université.

Lors de l’armistice, il a participé à toutes les cérémonies marquant la fin de l’internement des soldats alliés au nom de la Belgique en novembre 1918. Les journaux de l’époque soulignent le caractère sympathique du Lieutenant-Général qui prononce quelques mots en chaque occasion et qui, après son retour dans sa patrie, ne manquera pas de remercier la ville de Neuchâtel de l’accueil réservé aux internés belges.

Il publie d’ailleurs en octobre 1922, un article dans le journal l’Indépendance Luxembourgeoise, pour rendre hommage à Philippe Godet (1850-1922), qui a beaucoup oeuvré pour les internés, sous le titre : « Un page d’histoire de l’internement en Suisse » que La Suisse Libérale reproduit dans son édition du 31 octobre 1922 et dont voici un extrait :

« Interné à Neuchâtel, en 1918, à la suite d’une longue captivité en Allemagne, j’ai eu le bonheur d’apprendre à connaître et à estimer ce grand cœur, cet homme d’élite qui occupait en ce moment les hautes fonctions de Recteur de l’Université de Neuchâtel.

M. Philippe Godet avait été, dès le début de la guerre mondiale, le champion de la cause de l’Entente et particulièrement de la Belgique et de la France, en Suisse. Lorsque les premiers réfugiés belges arrivèrent en Helvétie, il fut parmi les organisateurs les plus dévoués des œuvres de secours à mes compatriotes. Beaucoup de nos réfugiés étaient dans un dénuement complet, ils trouvèrent à Neuchâtel, grâce au Comité de M. Godet, le toit hospitalier et la main largement ouverte. Quand plus tard, les internés militaires vinrent à leur tour s’asseoir aux foyers de la bonne ville, l’Université, en véritable Alma Mater, donna le pain intellectuel à ces jeunes hommes dont beaucoup avaient été arrachés aux études par la guerre inexorable. Non seulement, l’Université permit aux internés à suivre sans frais, les cours existants, mais elle créa même à leur usage de nombreux cours spéciaux, tels que le cours de Droit commercial belge, etc. Lors de la clôture de l’année académique qui coïncidait avec le départ des étudiants militaires «(juillet 1918), il y eut une cérémonie d’adieux émouvante où le Recteur Ph. Godet prononça un discours, tout vibrant de sentiments exquis, discours qui dépeint l’homme tout entier. »

En 1932, il sera anobli par Albert 1er et l’on trouve encore son nom dans les personnalités du quartier de Pafendall à Luxembourg et qui donne les indications suivantes:

« Albert Jean-Marie, Baron Keucker de Watlet (1851-1943), Lieutenant-Général de l’Armée belge et Administrateur de la Banque Centrale Luxembourgeoise. »

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Stéphane Thurnherr
666 contributions
13 août 2023
27 vues
2 likes
0 favori
0 commentaire
0 galerie
Déjà 4,756 documents associés à 1910 - 1919