Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Premier après l'incendie

Premier après l'incendie

septembre, 1898
Danièle Candaux

Voici un extrait du texte proposé par la commune au sujet de cette catastrophe :

" En 1898, un important incendie ravagea pour la seconde fois le village.

Pierre Boulaz, bourgeois de la commune de Premier, alors âgé de 79 ans décrit, en 1900, l'incendie qui ravagea son village pour la 2ème fois.

"En l'an de grâce 1898, le 26 septembre, à 2 heures de l'après-midi, par un temps magnifique et un soleil radieux, un affreux incendie a éclaté au village, de Premier alors que les habitants valides étaient aux champs à leurs ouvrages".

Le feu a pris au bas du village, les maisons des deux côtés de la rue ont été instantanément et simultanément enflammées. Le fléau s'est propagé avec une telle rapidité qu'en quelques instants un groupe de 26 maisons, pleines de récoltes, étaient détruites et réduites en cendres, hélas, presque la moitié du village. La Tour elle-même a flambé et s'est écroulée avec un épouvantable fracas. "

A Juriens, les toitures en tavillons furent copieusement arrosées de crainte que les étincelles de Premier n'y mettent le feu. L'eau ne fit pas défaut; quatorze pompes étaient sur les lieux. Toutes les récoltes à Premier furent détruites. La sympathie et la solidarité vaudoise se manifestèrent à cette occasion par de nombreux dons.

"Mais Dieu soit loué, cette fois, comme en 1885, de belles maisons se sont élevées à la place de celles detruites par le feu, et de superbes bâtiments, tels que le collège, la tour, la fromagerie et d'autres qui font un bel effet au milieu du village et font l'admiration des passants."

En 1900, on plaça une cloche dans la tour. Elle porte le nom de Confiance et les lignes suivantes:

"Fondue en suite du sinistre du 26 septembre 1898"

"Dieu est un secours qui ne manque jamais dans la détresse"

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Serge Goy
820 contributions
3 mars 2022
50 vues
1 like
0 favori
0 commentaire
5 galeries
Partenariats éditoriaux 2022:
Partenaires de soutien:
108,293
6,772
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.