Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Casque romain au cimetière de Glis

Casque romain au cimetière de Glis

3 mai 2022
Charly Arbellay
Charly Arbellay

Un général aux oubliettes

Une enquête de Charly-G. Arbellay

De qui l’on parle ?

LE COQ, Carl Christian Erdmann, von Le Coq (1767-1830), noble chevalier (Ritter, Edler), descendant d’une famille huguenote française. Lieutenant général saxon et commandant de l’armée de Saxe du roi Frédéric-Auguste 1er, il est formateur des officiers aux tactiques de la guerre moderne, il a combattu dans la Grande Armée de Napoléon au sein du 7e corps d’armée du général Jean-Louis-Ebénézer Reynier. Ce général allemand participe à de nombreuses campagnes militaires de 1795 à 1815.

notrehistoire.imgix.net/photos...

  • Lithographie de M. Knäbig nach Rentzsch, vers 1840, domaine public, source : Wikipédia.

Trois médecins n’y peuvent rien

Agé de 63 ans, malade, le général Erdmann Le Coq se rend en Italie pour suivre une cure. Son itinéraire passe par le Valais. Il arrive à Brigue la dernière semaine de juin 1830, accompagné de son adjudant, le comte Holtzendorff et de son médecin personnel. L’illustre officier et ses accompagnants descendent à l’Hôtel Couronne et Poste. Cependant, sa maladie s’étant aggravée, le trio interrompt le voyage. Erdmann Le Coq est alors hospitalisé à Brigue et deux autres médecins, les Dr Clausen et Bürcher se portent à son chevet. Le général meurt le 30 juin 1830. Il est enseveli au cimetière de Glis avec les honneurs militaires des tireurs valaisans et les hommages du comte et adjudant Albrecht Ernst Stellanus Holtzendorff et du chevalier impérial Fernand Wilhelm von Stockalper von Thurm.

C’est une honte !

L’histoire pourrait s’arrêter là ! Sauf que durant le percement du tunnel du Simplon qui dura de 1898 à 1905, des journalistes allemands qui visitaient le chantier du tunnel se sont piqués de curiosités touristiques et patrimoniales. Ils visitent la somptueuse église de Glis et son cimetière. Et là, c’est une terrible découverte : la tombe du grandissime général Carl Christian Erdmann von Le Coq est abandonnée. Les journalistes écrivent leur indignation dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung : « Es ist eine Schande !» (Traduction : c’est une honte !) C’est alors que le ministère de la Guerre de Saxe intervient par voie diplomatique à Berne et à Brigue.

La restauration de la tombe aux frais de l’Etat de Saxe a lieu et l’on demande aux autorités de Brigue de mieux respecter les témoins de l’histoire. La tombe située dans la partie ouest du cimetière est très visible. Un bloc monumental de plusieurs tonnes de granit surmonté d’un casque romain antique en bronze rappelle qu’ici est enseveli un illustre général allemand qui fait partie de l’histoire de l’Europe.

Lors des anniversaires de 75,100, 125, 150 ans 175 ans, des têtes couronnées, les familles nobles d’Allemagne et de France ainsi que les descendants de la famille Le Coq se réunissent dans cette localité devenue lieu de pèlerinage et d’histoire.

En savoir plus sur l'église de Glis à cette page.

Bibliographie :

Walliser Volkfreund du 28 septembre 1977, et du 10 mai 1980.Walliser Bote du 10 juin 1980 et du 10 mars 2003.

Wikipedia à cette page.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Renata Roveretto

    Cher monsieur Pierre-Marie Epiney et cher monsieur Charly-G. Arbellay, merci pour avoir relevé pour partage cette d'histoire certainement importante pour beaucoup de gens

    Amicalement Renata

Pierre-Marie Epiney
2,126 contributions
3 mai 2022
31 vues
4 likes
1 favori
1 commentaire
10 galeries
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
107,622
6,676
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.