Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
00:00:00
00:20:37

J. Haydn, Symphonie No 95, SOBR, Ernest Ansermet, 3/4.05.1962

4 mai 1962
Bayerischer Rundfunk
René Gagnaux

**Joseph HAYDN, Symphonie No 95 en ut mineur, Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise (SOBR = SymphonieOrchester des Bayerischen Rundfunks), Ernest ANSERMET, concerts des 3 et 4 mai 1962, "Herkules-Saal" de la Résidence de Munich

Cette symphonie No 95 en mineur de Joseph Haydn fait partie de ses symphonies dites 'londoniennes', composées pendant son premier séjour à Londres en 1791, dont elle est la seule à avoir été composée en mineur, et aussi la seule dépourvue d'introduction lente. La date exacte de sa première audition n'est pas connue.

Photo illustrant ce fichier: montage d'un portrait de Franz Joseph Haydn / J.L. Benoist d'après Thomas Hardy (Ref.:Auteur: Benoist, J.-L. (17..-18..; graveur, Auteur: Hardy, Thomas (1757-1804), Date d'édition: 1810, Sujet: Haydn, Joseph (1732-1809) -- Portraits, Type: Portraits,image fixe,estampe, Format: 1 estampe: pointillé ; 28 x 20,5 cm, Identifiant: ark:/12148/btv1b8420892m, Source: Bibliothèque nationale de France, département Musique, Est.HaydnF.033, Relation: http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39608367p (catalogue), http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8420892m.r=%22Joseph+Haydn%22.langFR (photo)) et d'une photo d'Ernest Ansermet (Ref.: publication Decca de la fin des années 1950).

Pour présenter cette symphonie quelques extraits des notes rédigées par Richard Wigmore en 2009 pour Hyperion:

"[...] Pour les auditeurs de la fin du XVIIIe siècle, le mode mineur sous-entendait une gravité qui rendait tout préambule solennel superflu. Ici, l'austère «motif conducteur» à l'unisson rappelle la Symphonie no 78 en ut mineur antérieure (1782), volet d'une trilogie écrite pour un séjour londonien avorté. Comme dans cette symphonie, le motif conducteur appelle un vigoureux traitement contrapuntique. Ici, cependant, Haydn prend soin d'enjôler autant que de défier son auditoire, opposant une gravité en ut mineur à un second thème qui irrite l'oreille, savoureusement orné dans la réexposition en ut majeur par un solo de violon pour Salomon.

Après un allant thème-et-variations Andante en mi bémol incluant un expressif solo de violoncelle et un épisode minore libre, le menuet juxtapose une nouvelle fois ut mineur et majeur. La section principale est tour à tour nerveuse et agressive, tandis que le tranquille trio en ut majeur met en scène un autre solo violoncellistique, plus étendu. [...] Le finale en rondo-sonate s'ouvre sur une large et sereine mélodie en ut majeur, qui est ensuite travaillée dans une complexe démonstration de contrepoint. Avec sa virtuosité polyphonique et sa retentissante splendeur en ut majeur (fugacement assombries par une tempétueuse explosion en ut mineur), le mouvement a suscité d'inévitables comparaisons avec la Symphonie «Jupiter» de Mozart. [...]" Citations extraites des notes rédigées par Richard Wigmore en 2009 pour Hyperion.

La partition peut-être librement téléchargée sur cette page de l'IMSLP, ainsi que sur cette page du site musedata.

Les 3 et 4 mai 1962 Ernest Ansermet dirigeait l'Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise dans la Herkules-Saal de la Résidence de Munich, la salle de concert habituelle de cet orchestre.
En ouverture de programme cette symphonie de Haydn, puis le Concerto pour sept instruments à vent, timpani, et cordes de Frank Martin, les Six Épigraphes antiques de Claude Debussy (dans l'orchestration d'Ernest Ansermet) et la Suite de l'Oiseau de Feu d'Igor Strawinski.

Ouvrir le programme avec cette symphonie de Haydn montre l'importance qu'Ernest Ansermet a toujours donné aux oeuvres de Joseph Haydn, qu'il n'a malheureusement pas pu autant souvent diriger qu'il le voulait. Cet enregistrement est d'autant plus intéressant qu'Ernest Ansermet n'a - à ma connaissance - pas souvent dirigé cette symphonie No 95.

L'enregistrement que vous écoutez dans une excellente prise de son de la Radio Bavaroise:

Joseph Haydn, Symphonie Nr. 95 in c-moll, Hob I:95, Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Ernest Ansermet, 03./04.05.1962, Herkules-Saal der Münchner Residenz (1. Allegro moderato 06:07/06:07, 2. Andante 05:44/11:50, 3. Menuet - Trio 04:50/16:39, 4. Finale. Vivace 03:58/20:36)

Radiodiffusion (Archives BR) -> WAV -> MP3 320 kbps

Les temps indiqués sont les temps nets resp. cumulés de resp. à la fin de chaque mouvement.**

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • René Gagnaux

    Comme d'habitude: du fait de sa première diffusion par la radio il y a plus de 50 ans, et le compositeur et autres ayants droits décédés il y a plus de 70 ans, cet enregistrement est libre de droits - conformément à notre législation suisse, la première diffusion radio étant considérée comme une première publication http://www.admin.ch/ch/f/rs/231_1/a39.html

  • Martine Desarzens

    René, merci pour cette belle symphonie pour ce dimanche 29 septembre.....et merci à Ernest Ansemet pour cette belle direction d'orchestre que l'oreille remarque à la qualité de l'interprétation des musiciens!

René Gagnaux
1,411 contributions
29 septembre 2013
758 vues
0 like
2 commentaires
3 galeries
00:20:37
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
96,791
5,409
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.