Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Théâtre Boulimie, mes souvenirs

Théâtre Boulimie, mes souvenirs

13 mars 1997
Claire Bärtschi-Flohr

En octobre 2021, la Fondation vaudoise pour la Culture va décerner son Grand Prix à Lova Golovchiner et Martine Jeanneret pour la création, il y a cinquante ans, du théâtre Boulimie, Place Arlaud, qui fait les belles soirées du public de Lausanne et d’ailleurs.

J’ai fait la connaissance de Lova et Martine en 1961, lorsque nous avons joué, Martine et moi, une pièce de Strindberg dans l’Arc Jurassien. Voir mon document : La maison Jeanneret à Cressier :

Pendant des années, Lova a écrit des textes pour la radio et la télévision qui ont rencontré beaucoup de succès. Vous avez pu le voir et l’entendre à la télévision dans l’émission satirique : « Le Fond de la Corbeille ».

Et tout au long de ces cinquante ans, Lova et Martine ont animé avec passion, talent et originalité la vie lausannoise de Boulimie.

En automne 1997, Martine m’a demandé de participer à leur spectacle : « Brèves de Comptoir » de Jean-Marie Gourio et Jean-Michel Ribes. Un condensé de « moments de vie » évoquant la vie quotidienne des bistrots. Ce fut très amusant de jouer plusieurs personnages, souvent truculents. Il fallait passer de l’un à l’autre, changer rapidement de costume, de coiffure, d’accessoires, être très attentive et réactive au jeu des autres comparses, comparses doués et habitués à ce style de théâtre. C’était une pièce qui demandait beaucoup de rythme, car les scènes s’enchaînaient rapidement.

Quel plaisir d’arriver chaque soir au théâtre sis sur cette place Arlaud, située un peu à l’écart de l’agitation urbaine, dans un espace piétonnier tranquille, et d’aller jouer et provoquer les rires du public.

Chaque fin d’après-midi, je prenais le train pour Lausanne (parfois la voiture) et je rentrais, sauf exceptions, le soir même, au dernier train de 22 heures. Car, à La Chaux-de-Fonds, les tâches habituelles d’une mère de famille et d’une enseignante d’initiation musicale et de théâtre m’attendaient. La vie d’une comédienne professionnelle est ainsi faite. D’abord, les rôles féminins classiques sont très stéréotypés et beaucoup moins nombreux que les rôles masculins. D’autre part, il est difficile de trouver des engagements, surtout quand on privilégie d’autres activités dans l’attente d’une proposition et qu’on habite une région très décentralisée.

A l’origine, « Brèves de comptoir » est une série de livres publiés de 1987 à 2015 par Jean-Marie Gourio. Les Brèves de comptoir sont des recueils de citations authentiques, recueillies dans la vie de tous les jours, surtout dans les bars et les bistrots. (wikipedia).

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Claire Bärtschi-Flohr
945 contributions
27 septembre 2021
24 vues
1 like
0 favori
0 commentaire
6 galeries
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
105,110
6,532
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.