Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Bleu à Guillaume Tell

Bleu à Guillaume Tell

Leclerc & Cie S.A. Genève
Michel Savioz

Petite boîte de Bleu mélangé trouvée dans la maison de ma maman.

À quoi servait ce colorant, j'ai un souvenir qu'on en rajoutait dans la lessive, mais est-ce correct ?

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Sylvie Bazzanella

    Le bleu à Guillaume Tell, qui était en fait du bleu de méthylène, servait à blanchir le linge. Je m'en souvient très bien, surtout de l'odeur très particulière que se dégageait de ces boules. Autre souvenir plus cuisant, si je puis m'exprimer ainsi, le bleu de méthylène liquide appliqué sur une tige de coton avec laquelle on nous badigeonnait la gorge lors de refroidissements :-(

    • Michel Savioz

      Merci Sylvie, il me semblait bien que ma maman en rajoutait dans la lessive dans les années 60. Peut-on donc imaginer qu'il avait également un rôle désinfectant pour le linge ? Dans cet emballage il est sous forme de petits bâtonnets.

    • Sylvie Bazzanella

      Oui, Michel, c'est ça, un pouvoir désinfectant. On ajoutait ces boules avant la cuite du linge.

  • Claudio Abächerli

    S’il est vrai que l’on utilisait des boules de « bleu » pour la lessive – je me rappelle d’en avoir achetés pour ma mère dans les années 50 – je ne pense pas qu’il s’agissait de bleu de méthylène. Il s’agissait d’agents azurants pour le blanchissement optique du linge. Comme le teint naturel des textiles naturels tend au beige –jaune, en ajoutant du bleu, la couleur complémentaire donne l’effet d’un linge plus blanc. (Aujourd’hui on utilise au lieu des substances bleues des agents azurants fluorescents qui transformant la lumière ultraviolette en lumière visible bleuâtre qui donnent le même effet). On a utilisé beaucoup de colorant bleus comme azurants, pourvu qu’ils étaient bon marchés et surtout résistants au conditions basiques et bouillantes de la lessive d’antan ! Le bleu de méthylène n’aurait pas supporté ces conditions extrêmes. On utilisait de l’indigo (Boules de bleu, bleu céleste, bleu anglais) mais aussi le bleu Guimet, le bleu de Prusse et les pigments ultramarine et indigocarmine, souvent mélangés à de l’amidon en poudre. Il n’avaient pas de pouvoir désinfectant. Quant au bleu de méthylène on l’a utilisé dans des tablettes (ou en badigeonnage) pour les maux de gorge, mais son effet désinfectant se dégage seulement en l’exposant à la lumière….Le permanganate était bien plus efficace. On nous en donnait à l’école de recrue, mais il est violet et non pas bleu. Aujourd-hui le bleu de méthylène est utilisé en médicine pour traiter la méthémoglobinémie (aussi dite syndrome du bébé bleu). Il a aussi d'autres usages p.ex en microscopie pour colorer les tissus .

Michel Savioz
1,757 contributions
21 octobre 2021
50 vues
3 likes
0 favori
5 commentaires
0 galerie
Déjà 5,818 documents associés à 1950 - 1959
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
105,080
6,529
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.