Au Linage

Au Linage

août, 1936
Inconnu
Yannik Plomb

Le Linage

Les frères Dubied, des Geneveys, exploiteront les premiers jours de septembre, dans leur propriété du Linage rière Coffrane, un four à chaux. Les personnes qui auraient besoin tle chaux sont priées de s'adresser de suite aux propriétaires ou au clerc de M. Philippin, notaire et avocat, à Neuchâtel. L'Express, 26 août 1847

Dimanche passé, dit le Val-de-Ruz, un nombreux cortège a accompagné au cimetière de Coffrane deux vieillards qui comptaient ensemble la belle somme de 174 années. Marianne Jeanfavre, de Crotet, était âgée de 83 ans, et Christian Fahrni, du Linage, en avait 91. Ce dernier était le doyen d'âge du district du Val-de-Ruz.

Le National Suisse, Volume 25, Numéro 43, 20 février 1880

VENTE DU LINAGE aux Geneveys sur Coffrane. Le samedi 26 mars 1881, dès 8 h. du soir, à l'hôtel de Commune aux Geneveys sur Coffrane, l'hoirie de David François Dubied et M. Jules Dubied vendront aux conditions qui seront lues avant les enchères, le domaine du Linage, territoire de Coffrane, composé d'une maison d'habitation avec partie rurale, champs, jardin, pâturage et bois en un seul mas, contenant le tout 170’551 mètres. Pour visiter l'immeuble et pour les conditions, s'adresser à M. Emile Dubied, aux Geneveys ou à Paul L’Eplattenier, à Coffrane. Fontaines, le 28 février 1881. A. PERREGAUX-DIELF, notaire.L'Express, 5 mars 1881

ENCHÈRES Au LINAGE sur COFFRANE Frédéric-Paul PERRENOUD, fermier au Linage, fera vendre par enchères publiques, lo mardi 12 avril 1892, dès 11 heures du matin, 2 jeunes bœufs, 4 vaches, 4 génisses dont 2 portantes, 7 poules, 1 bois de lit avec sommier à ressorts, 50 mesures d'orge, 30 mesures de pommes de terre, ainsi que le matériel d'une ferme , composée principalement de chars, gros van, concasseur, colliers, jougs, herse, cuves, chaînes, divers petits outils. — Un jeu de quilles, etc. — Terme de paiement. L'Express, 7 avril 1892

Promesses de mariagePierre-Joseph Bochud, agriculteur, et Pauline Angeloz, les deux Fribourgeois, domiciliés au Linage, rière Coffrane. L'Express, 15 novembre 1893

Mais au fur et à mesure que l’on prend de la hauteur on enfonce davantage et les flocons tombent de plus en plus dru ; dans la clairière du Linage ils dansent une sarabande si échevelée qu’on ne trouve quasi, plus son chemin. Au Linage même, où j’entre pour m’asseoir un instant, quelques bûcherons discutent désarmement, gaz et mitrailleuses ; de la prochaine guerre. Ces questions angoissantes sont donc à l’ordre du jour jusque dans ces solitudes. La Sentinelle, 27 février 1925

notrehistoire.imgix.net/photos...

Vente de bois de service et de bois de feu Au Linage sur les Geneveys sur Coffrane (fermier Jeanmaire) : 64.68 m2 bois de service épicéa en 73 pièces et 60 stères sapin. L'Express, 13 avril 1929

Café du Linage GENEVEYS SUR COFFRANE

Souper aux tripes

SAMEDI SOIR Se recommande : A. Jeanmaire

notrehistoire.imgix.net/photos...

L'Express, 23 juillet 1937

DIMANCHE 14 AOUT 1938 Grande kermesse AU LINAGE donnée par l'HARMONIE des Geneveys, Coffrane et Montmollin CONCERT APERITIF PIQUE-NIQUE Se recommande.

L'Express, 12 août 1938

ENCHÈRES PUBLIQUES de bétail au Linage M. Roger Jeanmaire, agriculteur, au Linage, les Geneveys-sur-Coffrane, fera vendre par voie d'enchères publiques, à son domicile, jeudi 3 mai 1956, à 14 heures précises, le bétail ci-après : 9 génisses de 1 à 2 1/2, ans, dont 1 grise portante Bétail indemne de tuberculose. PAIEMENT COMPTANT. Cernier, le 25 avril 1956. Le greffier du tribunal : A. DUVANEL.

L'Express, 1 mai 1956

notrehistoire.imgix.net/photos...

FERME — Ou plutôt ce qu'il en reste depuis l'incendie d'hier matin. (Avipress - J.-P. Baillod) L'Express, 21 octobre 1967

La ferme-restaurant du Linage anéantie par un incendie

Sans le manque d'eau, les pompiers auraient pu sauver une partie du bâtiment

ENCORE un incendie dans le Val-de-Ruz.

Hier matin, le feu a anéanti la ferme-restaurant du Linage, au-dessus du Louverain, sur le territoire de Coffrane. Il était 6 h 15. Le jeune fermier, sa femme et leurs deux enfants dormaient encore dans les chambres du premier étage lorsque les flammes, venues du rural, attaquèrent le toit du bâtiment. Celui-ci, fait d'un matériau synthétique, commença à éclater en mille morceaux. C'est ce bruit qui réveilla M. René Jeanmaire. Il alerta les pompiers... — De Coffrane, disaient ces hommes, on voyait les flammes au-dessus des sapins. Et le toit qui explose, cela fait autant de bruit que si l'on tirait à balles ! Le corps des Geneveys-sur-Coffrane, puis celui de Coffrane grimpèrent au Linage. A l'aide de la motopompe des premiers, on s'attaqua au brasier puisant l'eau clans la citerne de la ferme qui ne put en fournir que durant 18 minutes. Alors, plus rien. Selon le cap. Henri Perregaux, de Coffrane, le premier étage où habitait la famille Jeanmaire aurait pu être épargné si la citerne ne s'était trouvée subitement à sec. On prit le relais avec le tonne-pompe du centre de secours de Fontainemelon qui est également doté d'appareils à mousse. De plus, deux agriculteurs, MM. Monnier et Magnin, prêtèrent leurs citernes à purin. Remplies d'eau à ras bord, on les tira au Linage et cela fit 6000 litres d'eau d'un précieux secours. Va pour le bétail qui était aux champs. Une truie qui se trouvait dans le rural, attenant à l'arrière du restaurant, une voiture et le mobilier des deux chambres à l'étage ont pu être évacués. Mais les fermiers ont perdu tous leurs effets personnels et quelque argent. Les pompiers firent également la chaîne pout évacuer la cave du restaurant qui fut descendue à Coffrane, alors que le pasteur Bonjour offrait deux pièces de la ferme du Louverain pour y abriter les meubles sauvés au Linage. Ce qu'il faut relever également, c'est le courage des pompiers qui, en la faisant rouler sur des bûches dc bois, ont réussi à évacuer une citerne de mazout. Pleine, elle renfermait 1000 litres et se trouvait à l'ouest du bâtiment. Deux pompiers ont été légèrement blessés aux mains ainsi que la femme du fermier. Brûlée à l'avant-bras gauche. De cette ferme-restaurant appartenant à M. de Reynier, de Lausanne, il ne reste que les murs et un peu de toit. L'intérieur du bâtiment, et, justement, cette toiture, avaient été refaits à neuf il y a trois ans. Au début de l'après-midi, des flammèches léchaient encore la poutraison et le foin n'en finissait pas de brûler. Un piquet de surveillance devait être laissé sur les lieux pour la nuit. DE PÈRE EN FILS Le fermier, sa femme et leurs deux enfants âgés respectivement de trois ans et 18 mois, ont pu se reloger aux Geneveys-sur-Coffrane, chez leurs parents. Le juge d'instruction des Montagnes, la police de sûreté et la gendarmerie se trouvaient sur les lieux. Selon certains, le feu se serait déclaré à proximité d'un fourneau à pétrole situé dans la porcherie. Les flammes, avivées par un trou d'aération, se seraient alors attaquées au toit. Ce n'était là qu'une hypothèse émise en fin de matinée par les sauveteurs. De toute façon, la ferme n'avait pas l'électricité. Pourtant, dans un communiqué publié en fin d'après-midi, le juge Wyss précisait que dans cette porcherie se trouvait, non seulement le fourneau à pétrole, mais un falot tempête, l'un chauffant et l'autre éclairant la truie qui avait eu des petits. Or, selon les constats faits sur place, le poêle avait bougé. Est-ce la truie ? Enfin, un expert a été nommé en la personne de M. Voirol, de Bienne. De père en fils, il y a 70 ans que la famille Jeanmaire tenait cette ferme restaurant de montagne. Hier, au petit matin, un incendie a mis provisoirement fin à cette belle lignée. Cl.-P. Ch.

L'Express, 21 octobre 1967

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Yannik Plomb
1,874 contributions
3 avril 2023
105 vues
3 likes
1 favori
2 commentaires
4 galeries