Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Repérage
Abbaye de la Maigrauge

Abbaye de la Maigrauge

18 mai 1913
Inconnu
Albin Salamin

Le Monastère de la Maigrauge* fondé en 1255, est le premier couvent féminin du canton de Fribourg. Les nonnes sont des moniales cisterciennes depuis 1261. L'abbaye de la Maigrauge était placée sous la Juridiction de l'Abbaye d'Hauterive. Son église a été conçue dans le style cistercien proche de celle d'Hauterive, elle a été consacrée en 1284.

C'est un lieu de calme et de prière situé dans une des boucles de la Sarine.

Les bâtiments conventuels ont été reconstruits en 1660, suite à un incendie qui ravagea une grand partie du monastère. Dans l'abbaye nous trouvons un élément exceptionnel, une sculpture presque grandeur du Christ qui repose dans une arche en bois, il s'agit du "Christ au tombeau".

Malheureusement, suite à diverses expositions en dehors de la chapelle, le bois de cette sculpture a beaucoup souffert. Il a été décidé que l'original serait conservé au Musée de Fribourg et que dans la chapelle les sœurs gardent et exposent une copie.

Une belle statue de la vierge peut être admirée dans le chœur de l'église. Elle est en bois évidé à l'arrière et elle date du XIVe siècle :

Nous pouvons également admirer un crucifix près d'un ancien autel qui date du XIIIe siècle:

Détail:

A la Maigrauge, les stalles, sièges en bois pour les offices, œuvres du 14ème siècle, sont organisées en doubles rangées en fer à cheval, au nombre de 24 dans la rangée supérieure et 14 dans la rangée inférieure. Œuvres attribuées à Antoine de Peney.

La première stalles à gauche est réservée à l'abbesse

L'orgue actuel est un rescapé de l'orgue de 1648, dont l'aventure a failli mal finir car en 1881, les religieuses décidèrent de le changer et donc de le vendre. Il sera transféré à la paroisse d'Onnens. Hélas le nouvel orgue ne fut pas à la hauteur des attentes! C'est un concours de circonstances heureux qui permit le retour de l'orgue d'Onnens à La Maigrauge en 1986.

Si l'église est le lieu de prière, le cloître est un lieu de silence et de recueillement, entourant un jardin intérieur, un lieu de promenade. Espace vide il met en relation les autres bâtiments, l'église, la salle du chapitre, le réfectoire.

Cependant un drame, a frappé le monastère en plein épanouissement : par l'inattention d'une moniale, qui laisse brûler une bougie dans sa cellule pendant l'office de complies. Toute l'abbaye prend feu alors que la communauté entière se trouve à l'église, le 17 novembre 1660 au soir... L'abbaye, construite principalement en bois, voit disparaître presque tous les bâtiments, sauf l'église, la salle capitulaire, l'appartement de l'Abbesse, en pierre, et quelques constructions mineures. Les cellules sont anéanties, ainsi que le cloître, le réfectoire, les dortoirs...

Le monastère sera reconstruit en pierre en six ans et subira peu de modifications par la suite.

Remarquons également que les sœurs défuntes sont inhumées dans le cloître alors que les Abbesses le sont dans la salle du chapitre

Une partie du cloître entourant le jardin intérieur

Un autre point de vue de l'Abbaye:

Photo de la Bibliothèque cantonale de Fribourg

De nos jours le monastère met à disposition une maison d'accueil comprenant une dizaine de chambres, des salles de conférence et un oratoire.

Le 25 décembre 2005, la RTS retransmet en Eurovision, la messe de Noël depuis l'Abbaye.

En 2005, l'historienne Núria Delétra-Carreras a édité un livre pour les 750 ans de cette Abbaye, il est possible de le lire en partie sous Google Books

* Maigrauge: au début, le monastère est cité dans les sources historiques sous le nom de Macra Augia. Macra, nom féminin latin de "maigre". Augia proviendrait de l'allemand AU qui désigne une terre plane entourée d'eau mais non fertile ou pour d'autres historiens, du latin Alveus, "creux , cavité oblongue", d'où le dérivé auge "récipient, mangeoire".

Vue en montgolfière:

Lire ce document en format PDF

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
96,807
5,414
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.