Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Le parler romand: un accent de vérité

Durant des décennies, on a cherché à éradiquer les accents et les expressions régionales des bouches romandes, au profit de ce que l'on appelle le bon français. Face à cette "dictature parisienne", la résistance s'est organisée: de Gilles à Cuche et Barbezat, en passant par des écrivains et des linguistes, un mouvement de réhabilitation a été amorcé. D'objet de complexe, le parler romand, dans ses différentes variations cantonales, est devenu un authentique produit du terroir. Dégustation en images.

Une galerie animée par Radio Télévision Suisse Radio Télévision Suisse
Dans cette édition de Viva de novembre 1995, le journaliste Pascal Rebetez nous invite à u...
0
0
1
Natif de Villeneuve, Guy Pache est un gai luron. Entre lac et montagne, il cultive sa vign...
0
0
1
Évidemment, il n'y a pas un seul accent valaisan. Mais celui de Pascal Couchepin est recon...
0
0
2
C'est un drôle de personnage, au manteau trop grand et au pantalon trop court, qui arpente...
0
0
2
Et pourquoi ne pas créer un Conservatoire de l'accent genevois? Un brin provocateur face à...
0
0
2
Une déclaration d'amour sans complaisance de Gilles pour le parler des Vaudois qui, tout l...
0
0
2
En 2004, l'acteur suisse Vincent Perez campe dans Bienvenue en Suisse un encombrant cousin...
0
0
1
Au mois de mars 2005, Manuella Maury accueille dans la cuisine d'A côté de la plaque le co...
0
0
1
Dans le chalet de Bernard Bovet, neveu du célèbre abbé compositeur fribourgeois, on fabriq...
0
0
1
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,520
6,464
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.