Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Copie d'attestation d'origine

Copie d'attestation d'origine

1 janvier 1587
Gautier, Syndic de Genève
Jean-Georges Mallet

Ce document daté du 26 juillet 1587 est une transcription effectuée en 1930 d'un original déposé aux Archives cantonales de Genève et figure probablement parmi les plus anciennes attestations (ou certificats) d'origine conservés. Il confirme l'origine genevoise de mon ancêtre Jaques Mal(l)et, réfugié huguenot.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Nicolas Ogay

    Magnifique! Un grand merci pour ce document! Rien que la date à la fin: "mil cinq cens OCTANTE sept! Comme en Belgique, ça c'est très intéressant! L'orthographe est aussi très libre, on pourrait presque dire que c'est écrit phonétiquement. J'ai vu d'autres documents contemporains à celui-ci mais vaudois et valaisans, on peut voir qu'il n'y avait pas encore d'unité du Français! Aussi le nom de famille avec un "L" et après deux! Formidable!

  • L'Inédit

    Il n'était pas d'usage de préciser, parmi cette foison de détails, la qualité de réfugié ?

  • Jean-Georges Mallet

    Les étrangers demandant à recevoir le droit d'habitation à Genève devaient en effet indiquer les raisons de leur venue. Dans la "lettre d'habitation" reçue par mon ancêtre Jaque Mallet il est précisé ce qui suit: " ...nous ayant remontré l'occasion de sa venüe en ce lieu être seulement pour le désir et bonne affection qu'il a de vivre selon la Sainte Réformation de l'Evangile icy purement annoncée, il nous auroit suplié et requis lui permettre d'y habiter et résider, ...." Les personnes devenues "habitants" pouvaient, après quelques années de résidence, acquérir le droit de bourgeoisie. Pour mon ancêtre cela s'est fait "Moyennant la somme de six Ecûs d'Or au Soleil, et un seillot de cuir bouilly pour la deffence contre le feu qu'il nous devra payer." Le seillot était un seau servant à porter l'eau en cas d'incendie. Ces seaux demeuraient attachés aux murs près des fontaines.

  • L'Inédit

    C'est très intéressant, merci

  • Pierre-Marie Epiney
Jean-Georges Mallet
695 contributions
7 janvier 2013
1,317 vues
4 likes
2 favoris
5 commentaires
3 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
103,464
6,255
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.