Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Barberine, contruction du barrage

Barberine, contruction du barrage

Editions Lugon, Finhaut
Albin Salamin

Barrage construit par les CFF. L'électrification du réseau ferroviaire suisse et la suppression des locomotives à vapeur car le charbon devenait difficile à obtenir et très cher, pousse les CFF pour la construction de ce premier barrage entre 1920 et 1930.

Ce barrage a fermé le verrou de la haute vallée de Barberine, en amont du plateau d'Émosson.

Lors de la construction, des wagonnets de matériaux étaient tirés par de petites locomotives. Elles amenaient le gravier extrait par des machines à vapeur vers le lavage et le broyage. Ces graviers une fois calibrés et triturés gagnent l'emplacement du barrage par un câble aérien.

Le barrage de Barberine s'appuie sur des roches cristallines servant de soubassement au Beloiseau. A la base, le barrage a 58,5 mètres d'épaisseur et à sa couronne il a 4,5 mètres. Sa largeur au sommet est de 264 mètres. C'est un barrage de type arqué. En béton, les parties extérieures sont de moellons de gneiss.

A plaine capacité le barrage retient environ 38 millions de mètres cubes d'eau. La prise d'eau était à 10 mètres au-dessus du fond et l'eau conduite au château d'eau ou chambre d'équilibre, avant une chute vers l'usine de Châtelard, 717 mètres plus bas, longeant la ligne du funiculaire (lire l'article).

Le château d'eau à droite

Une fois terminé:

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire