Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Simplon, le pont Napoléon

Simplon, le pont Napoléon

Editions Phototypie, Neuchâtel
Albin Salamin

Sur la route du col du Simplon, la route entre dans la vallée de la Ganter. Pour franchir cette rivière, affluent de la Saltina.

Historiquement, le col du Simplon était un lieu important pour le commerce entre l'Italie et le Valais voir la Suisse romande. D'ailleurs M. Gaspard Jodoc Stockalper, fit fortune de ce commerce et en particulier pour le sel. Il fut surnommé "le roi du Simplon". Le franchissement de ce col se faisait au péril de sa vie, à pied et à dos de mulet.

Mais l'importance du Simplon et sa renommée sont dus à la réalisation d'une route par Napoléon afin d'y faire passer ses troupes. Après la victoire de Marengo (14 juin 1800), Napoléon voulait montrer aux Autrichiens que l'armée française était toujours prête à déboucher en Italie. Le 7 septembre 1800, Napoléon ordonna la construction d'une route praticable par son artillerie. Les ingénieurs Lescot et Duchesse, sous l'autorité du général Turreau furent chargés de la réalisation de cette route jusqu'à Domodossola, la suite étant à la charge de la République Cisalpine, proclamée le 17 juin 1897. Cette route avait déjà 8 mètres de large.

Le 22 mars 1801, l'inspecteur des travaux, M. Céard définit le tracé avec un départ depuis le centre de Glis (Glitz) et l'endroit de la construction du pont sur la Ganter "Le pont Napoléon".

Cette route construite entre 1801 et 1806, avait coûté 28 millions de francs. Elle fut la première des routes alpestres qui ont relié le Nord avec le Sud.

La carte postale date du 18 août 1906. Nous savons que Napoléon désirait que la construction des ponts fut réalisée en partie en bois, ce qui permettait leur démontage devant l'ennemi. Sur la photo ci-dessous, le tablier est en pierre. A l'époque pour le sommier les constructeurs avaient utilisé du sapin au lieu du mélèze prévu au départ.

Sur le haut à droite, le village de Bérisal.

L'arche en pierre a remplacé l'ancienne construction en bois en 1933.

Photo de Daniel A. Kissling, avec dans le fond le nouveau pont de Ganter

Quelques années plus tard, le Valais avec l'aide de la Confédération décida de modifier et d'améliorer le tracé de la route du Simplon, route nationale d'importance et un nouveau pont sur la Ganter fut construit (entre 1976 et 1980).

Photo Fred Boissonnas vers 1900-1904

Photo Library of Congress 1890

Un premier pont au départ de Brigue sur la Saltine avait également été construit en partie en bois et couvert pour le protéger de la pluie. Il a aussi été appelé "Pont Napoléon" que l'on peut voir sur la reproduction ci-dessous:

Sources*:*

- Le Conteur vaudois 1890, numéro 28

- La route du Simplon Frédéric Barbey, 1906

- Les ponts du Valais, Georges de Kalbermatten, Éditions Pillet, Martigny, 1991

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Sylvie Bazzanella

    S'il s'agit bien du pont de Ganter, le tablier a été remplacé par une arche de pierre en 1933. Sur la route du Simplon se construisit au début du 19e siècle, deux ponts arqués célèbres : le pont Napoléon sur la Saltine et celui de Ganter. Source : Ponts du Valais. A consulter en ligne : https://books.google.ch/books?id=H66EUoZT-5gC&lpg=PA5&dq=Pont%20du%20valais%20kalbermatten&hl=fr&pg=PA5#v=onepage&q=Pont%20du%20valais%20kalbermatten&f=false

  • Albin Salamin

    Effectivement, au moins deux ponts sur la route vers l'Italie, avant le cl du Simplon. Celui sur la Saltine se trouvait à Brigue mais à ma connaissance il a été démoli. Il a longtemps était couvert afin de protéger le bois du pont.

  • Sylvie Bazzanella

    Le pont sur la Saltine fut construit en 1820 par Lescot et Céard. Lorsque le trafic du Simplon fut détourné par Brigue, le magnifique pont en bois d'autrefois tomba en ruines. L'Etat du Valais ne voulant pas s'imposer l'entretien onéreux d'un pont si peu utilisé, le remplaça par une passerelle en fer, qui a gardé le nom de Pont de Napoléon, mais qui n'est plus celui que fit construire le grand général. Source : Journal et Feuille d'Avis du Valais, 3 avril 1928 Photographies du Pont Napoléon sur la Saltine, Brigue, 1957 : http://xml.memovs.ch/030phA18-001.xml

  • Marianne Carron

    il existe dans le bois de Finges deux tours de cette apparence dans une dépression entre deux étangs.

  • Albin Salamin

    Effectivement, ce pont fut détruit en 1993 lors de l'inondation de ville de Brigue. Un nouveau pont "Levant" fut construit dans l'espoir que la prochaine crue de la rivière, n'inonde pas la ville. En 1954, l’État du Valais décréta la route du Simplon comme route cantonale d'importance et décida de construire une nouvelle route de déviation depuis Glis vers l'ancien pont Napoléon. A cette époque, la commune de Brigue était opposée à cette déviation car elle pensait perdre une partie des touristes se dirigeant vers le col du Simplon (Nouvelliste du 30 mai 1954) . La Médiathèque du Valais montre cinq photos de la construction du nouveau pont en 1957: - http://xml.memovs.ch/030phA18-001.xmlAvec la construction de la semi-autoroute du Simplon, je ne sais pas ce qu'est devenu ce pont.

  • Pierre-Marie Epiney

    Très intéressant document ! Petite question : dans son livre "Histoire du Valais de 1798 à 1940" Michel Salamin signale qu'une "loi décrète l'érection d'un monument en l'honneur de Napoléon sur le Simplon et le Saint-Bernard". A part le monument dédié au général Desaix au St-Bernard, y a-t-il eu un autre monument à la mémoire de Napoléon ?

Albin Salamin
2,150 contributions
21 décembre 2015
3,026 vues
2 likes
2 favoris
8 commentaires
7 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
103,708
6,293
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.