Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Les pérégrinations d'une famille suisse en Russie

octobre, 2019
Pierre-Marie Epiney

Dans cette capsule vidéo, Jean Chaperon du Larrêt (*1924), évoque la Russie à travers le témoignage de ses parents.

Son grand-père Henri Chaperon du Larrêt né en 1853 a émigré en Russie en 1874. Il a épousé Marie Trubnikova fille d'une princesse Ravanski. C'est elle qui a apporté dans sa dot d'immenses domaines (une superficie égale à celle du Valais et comptant environ 200 villages).

Henri Chaperon a eu l'oreille du tsar puisque selon cette source, il est devenu un de ses conseillers d'état, il était aussi le responsable des cadets du tsar.

Le couple a eu six enfants, dont Alexis Chaperon du Larrêt devenu général dans l'armée blanche, Jean Chaperon du Larrêt le pianiste et Wladimir Chaperon du Larrêt, le père de Jean qui parle ici.

Wladimir (1882-1950) a aussi épousé une femme russe : Natacha Naoumoff (1889-1965). De cette union sont nés 8 enfants. Jean Chaperon du Larrêt que vous entendez ici est le dernier.

D'abord barine, une sorte de seigneur grand propriétaire terrien, possédant au moins 4 grandes maisons, Wladimir Chaperon était aussi officier dans l'armée blanche. Après la révolution d'octobre 1917, l'armée rouge (les Bolchéviques) a contraint la famille à s'exiler d'abord en Sibérie puis, après une halte en Pologne, à venir habiter Sierre en Suisse, grâce à la générosité de Mme Mercier (Marie de Molin) l'épouse de Jean-Jacques Mercier fondateur du château éponyme) qui a mis à leur disposition une maison près de Goubing.

Le docteur Turini de Sierre a proposé à Wladimir un emploi à l'usine d'aluminium de Chippis. Quel parcours de vie mouvementé pour cet homme !

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Gabrielle Hande

    Quel parcours fascinant. Merci de nous le faire partager.

  • Philippe Chappuis

    Oui, merci pour ce document d'une grande richesse à plus d'un titre. La vie de la famille d'Henri Chaperon, émigrée en Russie, subit, de façon heureuse puis malheureuse, les aléas de l'histoire du XIX puis du XXe s. en montrant du doigt l'aspect pernicieux de toute forme d'Idéologie prenant le pas sur le "bon sens" et broyant l'individu. Et puis il y a cette extraordinaire fraîcheur du témoignage de Jean, né à Sierre en 1924, dont la mémoire s'est chargée émotionnellement par le vécu peu banal transmis par ses parents, par ce père très puissant, par cette mère, extraordinaire figure .. Les photographies ne jouent pas un rôle mineur, sont très parlantes et pourraient bénéficier, si cela était possible, d'être réunies dans une galerie de NH
    Enfin survient la famille Mercier-de Molin avec un geste généreux, qui a un lien possible à la tradition huguenotte ( davel.vd.ch/qfpdavel/1/d5570.p... ) et à la mouvance libriste de Vinet ( le temple et l'école protestants de Planzette ont été offerts par la Famille Mercier-de Molin borzuat.ecolevs.ch/mercier/fam...) Une présentation du témoignage de Jean Chaperon en "plan fixe", brute aurait peut être eu un plus fort impact sur nous..

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
94,064
4,894
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.